La revue de presse du jeudi 9 juillet

3349
Crédit : DR

Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce jeudi:

Le Matin 

El Ouafi: accord pour l’instauration de la couverture sociale au profit des MRE.

Il a été convenu avec le ministère du Travail et de l’insertion professionnelle, la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) et certains départements et ministères concernés, d’assurer la couverture sociale pour les Marocains résidant à l’étranger (MRE), a souligné la ministre déléguée chargée des Marocains résidant à l’étranger, Nezha El Ouafi. En réponse à une question centrale sur « La situation des MRE à la lumière des répercussions de la pandémie du coronavirus » à la Chambre des conseillers, El Ouafi a indiqué qu’un procès-verbal portant sur la couverture sociale au profit les Marocains résidant à l’étranger a été conclu, notant que le traitement de ce dossier a débuté en 2014. La ministre a, en outre, rappelé que plusieurs réunions ont été tenues avec les partenaires du ministère pour la préparation d’un plan d’urgence afin d’anticiper les répercussions économiques et sociales de la crise du coronavirus.

L’Economiste

Les secteurs les plus impactés par la Covid.

Selon le projet de loi de Finances rectificative, les secteurs les plus touchés par cette crise sont le tourisme (94% des établissements hôteliers touristiques classés en arrêt à fin mai 2020), l’industrie du textile et du cuir (76% des entreprises en arrêt en avril 2020 et une chute cumulée des exportations de 74% à fin mai 2020). Plus encore, l’industrie automobile a accusé une chute drastique de 90% de ses exportations. L’aéronautique enregistre une baisse de l’ordre de 76%. Par ailleurs, 73% des entreprises des industries mécanique, métallurgique et électrique sont en arrêt en avril 2020 avec un choc prononcé, durant le mois de mai 2020. Enfin, 56% des entreprises des BTP sont en arrêt en avril en plus d’une baisse des ventes de ciments de 55%.

Maroc le Jour

Casablanca: l’ONEE dément « formellement » être à l’origine de la panne d’électricité.

L’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) a démenti « formellement » être à l’origine de la coupure d’électricité survenue, mercredi matin, à Casablanca, en réaction à des informations relayées par « certains organes de presse ». « L’Opérateur Système de l’ONEE dément formellement être à l’origine de cet incident. Le poste de distribution siège de cet incident est toujours alimenté par le réseau ONEE Très Haute tension (225 kV) », souligne l’Office, dans un communiqué de presse. La même source ajoute que « le poste ONEE 225/60 kV qui se trouve à l’intérieur du poste du distributeur et alimenté par le même réseau très Haute Tension ONEE est opérationnel et alimente normalement les postes sources alimentant des zones de Casablanca ». Plusieurs secteurs de Casablanca et sa région ont été privés d’électricité, suite à cet incident qui a affecté le réseau Moyenne Tension de Lydec, opérateur d’eau et d’électricité dans la métropole.

L’Opinion

Réouverture des piscines: risques de contamination.

«Le Coronavirus ne peut pas se transmettre dans une piscine qui a été correctement traitée. Le chlore tue le virus et empêche une contamination par l’eau. En revanche, il peut se transmettre par des postillons d’où la nécessité de respecter les mesures de distanciation même dans une piscine», explique Dr Jamal Bakhat, président de la Société Marocaine des Médecins d’Hygiène et de Salubrité Publique. Le spécialiste qui est également chef de division d’hygiène et de contrôle sanitaire à Tanger confirme que les résidences touristiques, dans la région de Tanger, n’ont pas encore eu l’autorisation d’ouvrir leurs piscines au public. «La réouverture des piscines doit être graduelle, en fonction de la mise en place d’un protocole sanitaire. Nous avons élaboré des fiches de contrôle dédiées aux piscines que nous soumettrons aux autorités. Ces check-lists qui se présentent comme des recommandations sanitaires pour l’exploitation des piscines permettront de mieux uniformiser la méthodologie, les indicateurs et les normes pour me contrôle», précise Dr Bakhat.

Al Ahdath Al Maghribiya 

Ait Taleb: la vigilance reste de mise pour éviter un rebond épidémique.

Le Maroc mise sur le maintien d’un dépistage de masse couplé à une vigilance accrue afin d’éviter tout rebond épidémique, a affirmé le ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb. Dans un exposé devant la Commission de l’enseignement et des affaires culturelles et sociales à la Chambre des conseillers sur « la situation épidémiologique et les mesures sanitaires post-confinement », le ministre a souligné qu’il s’agit de maintenir un taux bas de létalité et les mesures de protection individuelle et collective pour enrayer l’épidémie, estimant que pour faire réussir les mesures prises, il convient de réunir les conditions nécessaires à la mobilisation de tous les partenaires et acteurs à tous les niveaux. Ait Taleb a passé en revue les cinq fondements du plan stratégique visant à accompagner la levée progressive du confinement axés sur le recours en masse aux analyses pour les secteurs de production qui ont un lien direct avec le citoyen, ainsi que l’accompagnement d’un certain nombre de professionnels, d’unités de production et d’entreprises pour promouvoir les mesures de santé, de sécurité et de prévention conformément aux normes nationales et internationales de sécurité sanitaire.

Bayane Al Yaoum

Agadir: un policier suspendu provisoirement et déféré devant le conseil disciplinaire.

La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a annoncé la décision de suspendre provisoirement un fonctionnaire de police, avec grade de gardien de la paix, exerçant à la préfecture de police d’Agadir, et de le déférer devant le conseil disciplinaire qui doit se prononcer au sujet des dépassements professionnels et des manquements personnels qui lui sont reprochés. Le policier en question a violé les obligations disciplinaires imposées par le statut particulier du personnel de la sûreté nationale, indique la DGSN, précisant que le fonctionnaire a quitté le lieu de travail sans disposer de l’autorisation administrative nécessaire et qu’il se trouvait en dehors du périmètre urbain de la ville d’Agadir en compagnie d’une fille mineure, qui faisait l’objet d’un avis de recherche au profit de la famille.