La revue de presse du jeudi 4 février

2082
DR.

L’aviculture en crise, les zones franches d’exportation abrogées, Berkane digitalise ses déchets ménagers… Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce jeudi:

L’Economiste

Déchets ménagers: Berkane digitalise sa gestion de collecte.

Berkane s’enorgueillit d’être une province pionnière en matière de gestion intelligente de collecte des déchets ménagers et assimilés. Le service qu’elle vient de lancer via sa Société de développement local « Marafik Berkane » est numérisé à 100%. Toute sa flotte est géo-localisé avec des applications de suivi, des caméras de contrôle couvrant l’opération de collecte des déchets ménagers de A à Z. Et pour assurer une meilleure identification des points noirs, gestion des pesées des bacs, traitement des données, conduite informatisée des ramassages et des temps de passage. Tout un arsenal pour assurer une meilleure gestion du service de la propreté et une rationalisation des dépenses.

Abrogation des zones franches d’exportation.

Les zones franches d’exportation seront définitivement abrogées. La Chambre des conseillers a voté, mardi 2 février, une proposition de loi déposée par le groupe parlementaire de la majorité prévoyant l’amendement de la loi 19-94. Ainsi, l’expression “zones franches d’exportation” sera remplacée par “zones d’accélération industrielle” conformément aux dispositions de la loi de finances 2020.

Aujourd’hui le Maroc

Les investissements indiens au Maroc en chute libre.

Les investissements directs indiens au Maroc se sont inscrits en baisse de 70% en 2019 totalisant ainsi un flux de l’ordre de 180 millions de dirhams, indique la Direction des études et des prévisions financières (DEPF). A noter que 200 entreprises indiennes opèrent ou commercent au Maroc. Elles sont localisées essentiellement dans les secteurs de l’automobile, du tourisme, de l’offshoring, des nouvelles technologies de l’information, des mines, de la chimie, du textile et dans l’industrie pharmaceutique. « Ces domaines constituent un gisement d’opportunités de nature à permettre au Maroc et à l’Inde d’élargir leurs intérêts économiques communs sur les marchés européens, arabes, africains et asiatiques », relève-t-on de la DEPF qui cite la joint-venture maroco-indienne établie entre le Groupe OCP et le groupe indien Birla comme exemple réussi de coopération économique entre les deux pays.

Al Bayane

Aviculture: à quand la sortie de l’impasse ?

Les acteurs du secteur avicole marocain, toujours dans l’impasse en raison de la crise persistante du nouveau coronavirus (Covid-19), se trouvent face à l’envolée des prix des aliments composés pour volailles. Mais comment arrêter l’hémorragie ? Cette situation trouve son origine notamment dans la hausse des prix des matières premières, dont le maïs et le soja qui ont vu leurs cours augmenter significativement pour atteindre des plus hauts. « La hausse des prix des aliments vient s’ajouter aux problèmes du secteur avicole. Cette hausse provient essentiellement de l’envolée des cours de certains intrants à l’international comme le soja et le maïs. En cause, la diminution des exportations de l’Argentine, dont la production a souffert de la sécheresse », a expliqué Abderrahmane Ryadi, Secrétaire générale de l’Association nationale des producteurs des viandes de volailles (APV).

Rissalat Al Oumma

Covid-19: l’amélioration des indicateurs favorise la vaccination des soignants.

L’amélioration de la situation épidémiologique au Maroc favorise le bon déroulement de la campagne nationale de vaccination contre le nouveau coronavirus (covid-19) dans les rangs du personnel soignant, s’est réjoui le Dr. Moulay Saïd Afif, président de la Société marocaine des sciences médicales (SMSM). Le développement positif des indicateurs au Maroc « permet au personnel de santé de se faire vacciner de manière calme et de ne pas être perturbé par l’augmentation du nombre des contaminations, comme ce qui a été vécu, à titre d’exemple, en Angleterre », a expliqué le Dr. Afif. Pour preuve, il a évoqué le cas des médecins privés, des pharmaciens et des chirurgiens dentistes de Casablanca, où plus de 3.300 professionnel de ces corps ont été vaccinés en trois jours, ce qui représente 60% du personnel soignant âgé de plus de 40 ans, d’après les chiffres fournis par le Conseil régional de l’ordre des médecins.