La revue de presse du jeudi 30 avril

DR.

Voici les principaux titres développés dans la presse nationale de ce jeudi 30 avril:

Le Matin

El Otmani rend visite à la cellule de suivi de l’approvisionnement du marché et de la production pour faire face au coronavirus.

Le Chef du gouvernement, Saad Dine El Otmani a rendu visite au siège du ministère de l’Industrie, du commerce et de l’économie verte et numérique, qui abrite plusieurs cellules de suivi de la situation du marché local et des mesures prises par les secteurs concernés pour faire face aux retombées de la propagation du coronavirus sur certains produits et marchandises. Un communiqué du département du Chef du gouvernement indique qu’El Otmani a salué les cadres de cinq cellules opérant au sein du ministère, et dont le travail s’articule principalement autour de la supervision de l’approvisionnement du marché et du suivi des prix des denrées alimentaires de base, de la fabrication et la distribution des masques, et des produits devenus prioritaires durant la propagation de la pandémie de coronavirus, tels que les produits d’hygiène et les produits utilisés par les cadres médicaux comme les combinaisons, les couvre-chaussures, les couvre-chefs et autres équipements de protection qui sont très sollicités dans ces circonstances.

L’Economiste :

Coronavirus: il est prématuré de parler de réussite!

« Pour le moment, il est prématuré de parler de réussite. Le pays qui va réussir est celui qui va sortir de cette crise pandémique avec le moins de victimes humaines et dégâts sur le plan économique et social », a indiqué Mohamed Rhajaoui, directeur de l’Institut national d’hygiène de Rabat. La stratégie intégrée déployée par le Maroc a permis à l’épidémie d’évoluer de telle sorte à retarder le pic, et à minimiser son ampleur si jamais il arrive, a-t-il assuré dans un entretien, notant que la réalisation de cet objectif est extrêmement conditionnée par le comportement des citoyens en restant chez eux et respectant les mesures d’hygiène.

Aujourd’hui le Maroc 

1er mai virtuel, une première!

Exit les cortèges et rassemblements dans les rues, place aux discours Online. Les centrales syndicales ont préféré remplacer les festivités traditionnelles pour célébrer le 1er mai par des programmes virtuels. Et pour cause, l’épidémie du coronavirus. A cette occasion, le secrétaire général de l’UMT, Miloudi Moukharik a appelé le gouvernement et les autorités publiques à œuvrer pour le respect des droits des travailleurs et des libertés syndicales et à renforcer les moyens de contrôle pour dissuader certains employeurs de profiter de la crise pour licencier leurs salariés.

L’Opinion 

Banques: Moody’s dégrade ses perspectives.

A cause des indicateurs liés au Covid-19 et de la sécheresse, l’agence de notation internationale, Moody’s, dégrade les perspectives du système bancaire marocain de stable à négatif. « Les banques marocaines seront confrontées à un affaiblissement aussi bien de la qualité que de la rentabilité des prêts », explique l’agence, ajoutant cependant qu’elles bénéficient d’un bon accès au financement et à la liquidité bien que leur capitalisation soit relativement modeste. En cette période de crise, Moody’s prévoit aussi une hausse des créances en souffrance entre 9% et 11% du total des prêts en 2020, contre 8,1% à la fin de 2019. Une situation qui sera observée surtout dans le secteur du tourisme (hôtellerie et restauration), suivi du secteur du commerce, puis celui du transport.

Akhbar Al Yaoum

CNSS: Moins de 4 jours pour effectuer les déclarations au titre du mois d’Avril.

Après un retard de 17 jours, le portail CNSS dédié à accueillir les déclarations pour bénéficier de certaines mesures dans le cadre du Covid-19 est de nouveau ouvert pour permettre aux entreprises de déclarer leurs salariés en arrêt total ou partiel de travail du fait de la pandémie du coronavirus. La suspension du service de la plateforme toute cette période avait suscité des interrogations car l’opération devait reprendre dès le 11 avril. À cet effet, les entreprises n’ont désormais que 4 jours pour effectuer leurs déclarations, ce qui suscite des inquiétudes quand on sait que la plateforme pourrait tomber en panne en cas de nombre important d’opérations. Un incident qui s’est déjà produit lors de la première phase de l’opération.