La revue de presse de ce mercredi 28 octobre

2663
DR.

Doctorats: la problématique du paiement refait surface, les points de discorde autour du PLF 2021, colère chez le corps médical…Les principaux titres développés par la presse nationale ce 28 octobre

L’Economiste
Doctorats : faut-il payer pour faire de la recherche?

La question refait surface : faut-il imposer des frais d’inscription aux professionnels souhaitant s’inscrire en doctorat? Jusque-là, l’université Mohammed V de Rabat est la seule à exiger des frais, à la fois pour les licences, masters et doctorats. L’expérience dure depuis maintenant cinq ans. Avec le contexte Covid, des doctorants, salariés et fonctionnaires à la faculté des sciences de l’éducation reviennent à la charge, revendiquant la suppression pure et simple des frais. «Le doctorat est un cycle de recherche. Il n’implique ni adaptation des horaires ni charges supplémentaires pour l’université. Nous payons 5.000 à 10.000 DH par an, en fonction de nos salaires. Or, ces montants ne sont pas justifiés», argue l’un des doctorants. Pour les étudiants, afin de promouvoir la recherche au Maroc, il faudrait subventionner les chercheurs pour qu’ils s’impliquent dans le domaine, et non leur imposer des frais.

Télétravail : 4 sondés sur 10 ont tenté l’expérience

4 personnes sur 10 ont travaillé à partir de chez elles pour éviter la propagation du coronavirus. C’est ce que révèle l’enquête menée par L’Economiste-Sunergia auprès d’un échantillon d’internautes représentatif. Le télétravail s’est imposé depuis le déclenchement de la pandémie. Il constitue toujours une actualité brûlante puisque les autorités locales de la région Casablanca-Settat ont recommandé de privilégier ce mode de travail pendant une période d’au moins un mois, lorsque cette organisation est possible. Selon les résultats de l’enquête L’Economiste-Sunergia, 6 personnes sur 10 n’ont pas expérimenté le télétravail. Par sexe, la proportion reste la même. Le pourcentage des personnes ayant travaillé à distance augmente au fur et à mesure que l’on monte dans les tranches d’âge: 37% chez les 18-24 ans, 42% respectivement pour la tranche d’âge 25-34 ans et 35-44 ans et 46% respectivement chez les 45-54 ans et 55-64 ans.

Aujourd’hui le Maroc
PLF 2021 : Les points de discorde

Des moments difficiles attendent le gouvernement au Parlement. Et pour cause. Les choses sérieuses viennent à peine de commencer il y a quelques heures au Parlement pour le futur budget du pays. Un examen qui va porter sur la première partie du PLF 2021, celle qui comporte la majorité des points litigieux en rapport avec les mesures fiscales et douanières. L’examen du projet démarre ainsi sur fond de mobilisation contre plusieurs dispositions. La palme d’or revient à la réintroduction de la contribution sociale. Le gouvernement devra se montrer très persuasif pour valider cette disposition sachant que les syndicats et l’opposition ne cessent de se mobiliser contre cette mesure. Mais il existe d’autres mesures qui feront l’objet d’un débat au sein de la commission notamment la hausse des droits de douane sur certains produits comme le chocolat et le recours à la dette même si le gouvernement affirme souvent que cette dernière est surtout affectée au budget d’investissement.

L’ONMT fonde ses espoirs sur l’international

Assouplir les conditions d’accès au Maroc, réinventer l’aérien, renforcer le partenariat avec les tour-opérateurs et consolider la relation avec le client final… Ce sont, en gros, les contours de la nouvelle feuille de route de l’Office national marocain du tourisme (ONMT). Cette vision a été partagée avec les professionnels du secteur lors de la deuxième édition des «Tourism Marketing Days» qui, compte tenu de la conjoncture actuelle, s’est tenue sous un format digital. Ce rendez vous qui a été orienté «marché international» a été une occasion de débattre des principaux enjeux du secteur pour une reprise à la fois sûre et pérenne. «Les prémices d’un nouveau tourisme se dessinent aujourd’hui. Il s’agit d’un tourisme plus responsable et plus durable, de nature ou du bien-être mais également d’un tourisme plus digital et plus moderne», fait savoir Nadia Fettah Alaoui, ministre du tourisme, de l’artisanat, du transport aérien et de l’économie sociale.

L’Opinion
Les blouses blanches montent au créneau

Face la recrudescence de cas de contamination au Coronavirus dans les rangs des infirmiers et des professionnels de la Santé, les protestations reprennent de plus belle. Ces soldats de l’ombre, souvent ignorés, sont indubitablement en première ligne dans la lutte contre le virus mortel, et par la même, exposés à tous les dangers qui découlent de cette pandémie planétaire. Le Mouvement des Infirmiers et des Techniciens de Santé du Maroc (MITSM) annonce donc un sit-in pour le 14 novembre 2020 devant le siège du ministère de la Santé, exception faite des services d’urgence et de réanimation. Dans ce contexte, le MITSM revendique clairement au gouvernement une reconnaissance de tous les efforts et les sacrifices consentis par les infirmiers et autres techniciens pendant cette crise sanitaire.

Plus de 2 tonnes de chira incinérées à Dakhla

Une grande quantité de drogue, dont 2,33 tonnes de chira (résine de cannabis), et de produits illicites et de contrebande, a été incinérée récemment à Dakhla. Outre cette importante quantité de chira, l’incinération a concerné 24,197 tonnes de tabac parfumé (maassel), 449.628 de paquets de cigarettes et 30,5 kg de tabac en poudre, selon la direction inter-régionale de Sud des douanes. La destruction, qui s’est déroulée à la décharge contrôlée intercommunale Dakhla-Al Argoub (province d’Oued Eddahab), porte également sur 54 comprimés psychotropes, 255 grammes de cannabis (Kif) et 4,15 grammes de cocaïne, précise la même source.

Al Bayane
Tanger : de nouvelles mesures restrictives en vigueur à l’approche de la fête du Mawlid

De nouvelles mesures restrictives ont été décidées mardi 27 octobre dans la matinée. C’est à la suite d’une réunion tenue au siège de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima que les autorités compétentes ont annoncé ces batteries de mesures. Ces dernières surviennent à l’approche de la fête du Mawlid, des vacances scolaires et de la Marche Verte. De nouvelles mesures restrictives vont être appliquées. Ces dernières entreront en vigueur aujourd’hui, et seront maintenues jusqu’au mercredi 11 novembre prochain. Ces mesures, décidées par les autorités locales, s’appliqueront également aux cafés et aux commerces de la ville du Détroit. Ils sont sommés de fermer à 22 heures. Aussi, l’interdiction de diffuser les matchs de football est de nouveau d’actualité. Les restaurants quant à eux devront fermer à 23 heures. Les règles de distanciation sociale et les 50% de capacité d’accueil devront être respectés par l’ensemble de ces établissements, ainsi que l’obligation du port du masque sanitaire.

Al Massae
Tourisme: Hausse de 7,1% de la contribution au PIB en 2019

La contribution du PIB touristique au PIB national a connu une légère hausse pour se situer à 7,1% en 2019 contre 6,9% une année auparavant, selon le Haut-commissariat au plan (HCP). Compte tenue de l’augmentation de 2,4% des impôts nets de subventions sur les produits touristiques, le PIB du tourisme s’est, au total, accru de 5,9% contre 6,2% l’année précédente, se chiffrant à 81,4 milliards de dirhams (MMMDH) en 2019 contre 76,9 MMDH en 2018, fait savoir le HCP dans une note d’information relative aux résultats du compte satellite de tourisme pour l’année 2019. Quant à la consommation intérieure du tourisme, elle s’est établie à 138,3 MMDH en 2019 au lieu de 130,8 MMDH en 2018, en augmentation de 5,7%, indique le HCP, expliquant cette évolution par l’accroissement de la consommation intérieure du tourisme récepteur de 4,8% à 93,2 MMDH et celle du tourisme interne et émetteur de 7,6% à 45 MMDH.