La revue de presse de ce mardi 3 novembre

2365
DR.

La prise en charge covid-19 de l’AMO opérationnelle, le secteur automobile continue de se développer à Tanger malgré la crise du covid-19, réunion très attendue entre BAM et les parlementaires. Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce mardi.

Le Matin
Envois de fonds des migrants : le Maroc, 3ème destination arabe et africaine en 2020

Impactés par la crise liée au coronavirus, les envois de fonds des migrants devraient reculer dans toutes les régions du monde. Le Maroc ne fera pas exception. La Banque mondiale table sur 6,4 milliards de dollars de transferts vers le Royaume cette année. Soit une baisse de 5% par rapport à 2019. Le Maroc serait ainsi le troisième pays récipiendaire de ces flux dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA), selon le dernier rapport sur la migration et le développement fraîchement publié par la Banque mondiale. À l’échelle de la région MENA, les envois de fonds des migrants régresseraient de 8% en 2020, à 55 milliards de dollars. Cette baisse est notamment attribuable à une chute attendue de 9% des flux vers l’Égypte. Cette dernière demeurerait, néanmoins, le premier destinataire dans la région arabe (28,9 milliards de dollars), devant le Liban (6,9 milliards de dollars, soit une diminution de 7%).

AMO : la prise en charge de la Covid-19 opérationnelle

L’Agence nationale de l’assurance maladie (ANAM) a annoncé le remboursement et la prise en charge de la Covid-19, au titre de l’Assurance maladie obligatoire de base. « Dans le cadre des mesures urgentes prises pour faire face à la situation sanitaire exceptionnelle, marquée par la propagation de la pandémie liée à la Covid-19, que vit notre pays, et vu les missions dévolues à l’Agence nationale de l’assurance maladie, le protocole thérapeutique de prise en charge de la Covid-19 approuvé par le M. le ministre de la Santé a été diffusé auprès des organismes gestionnaires de l’assurance maladie obligatoire (CNOPS-CNSS), des professionnels de santé et l’ensemble des acteurs de la couverture médicale de base au Maroc accompagné de la grille tarifaire des prestations », a affirmé l’ANAM dans un communiqué. Ce protocole évolutif, liste l’ensemble des cas cliniques, définit les examens nécessaires pour le diagnostic et le suivi de la Covid-19, et les traitements y afférents, explique le communiqué, précisant que la grille tarifaire fixe le tarif pour chaque prestation et chaque catégorie de cas clinique, par secteur d’activité (public et privé).

L’Economiste
Covid-19 : les tests antigéniques, une nécessité

Alors que la situation épidémique s’aggrave, des médecins appellent à l’introduction des tests antigéniques au Maroc. « Ce qui éviterait la sous-déclaration manifeste des cas Covid positifs due essentiellement à l’insolvabilité des tests sérologiques et réduirait le taux « très élevé » de létalité qui frôle les 10% dans certaines régions, souhaite l’anesthésiste réanimateur, Mounir Mikou. Pour cet expert, «les tests sérologiques rapides ne détectant pas tous les cas actifs a conduit à l’incursion épidémique dans des villes comme Casablanca, Oujda et Tanger». Pour y remédier, les tests antigéniques s’avèrent nécessaires et peuvent cerner les cas probables de la même manière que le dépistage PCR. « Ils sont rapides, validés par l’OMS et les autorités sanitaires des USA et de France, moins onéreux et beaucoup plus fiables par rapport aux tests sérologiques. En plus, le résultat est donnée dans les 30 minutes qui suivent, et ce sans avoir besoin de laboratoire », explique-t-il.

Covid ou pas, le secteur automobile continue de se développer à Tanger Med

La proximité des usines automobiles de Tanger et de Kénitra, mais aussi la possibilité d’exporter vers les sites des constructeurs automobiles en Europe attise l’appétit des investisseurs. Pas moins d’une demi-douzaine de nouveaux arrivants se sont installés lors des derniers mois parmi plusieurs entreprises, fournisseurs de rang 2 du secteur. Parmi eux on peut citer Kwangjin, spécialiste coréen des modules de lève-vitres et d’ouverture des potières automobiles. Gravesa, filiale de l’Espagnol Gravalos vient lui aussi d’inaugurer une unité spécialisée dans la fabrication de pièces mécaniques dans la plateforme industrielle Tanger Med. Etendue sur une superficie de 3.700 m2, la nouvelle usine a pour activité la fabrication de composants de connexion et de pièces techniques pour l’industrie automobile mais aussi pour les fabricants d’électroménagers.

Aujourd’hui le Maroc
Réunion très attendue entre, le numéro un de la banque centrale, et de l’autre, les parlementaires de la première Chambre

Le compte à rebours semble même enclenché puisque la rencontre d’Abdellatif Jouahri avec la commission des finances à la Chambre des représentants, est annoncée pour la troisième semaine du mois de novembre. Il sera question bien évidemment de la politique monétaire du Maroc pilotée par Bank Al- Maghrib (BAM). Le rôle de cette dernière dans la stratégie de relance économique dans un contexte marqué par la pandémie du coronavirus. Le Wali de Bank Al-Maghrib va profiter de l’occasion pour défendre sa vision mais également et surtout celle du conseil d’administration de Bank Al-Maghrib au sujet des mesures d’accompagnement. Mais l’autre question épineuse qui sera fort probablement au centre des échanges concerne le côté fiscal. Dans ce sens, Jouahri semble miser sur le Parlement afin de décider des mesures fiscales pour faire décoller le paiement mobile au Maroc.

L’Opinion
34 barrages d’ici 2027

Le Programme national d’approvisionnement en eau potable et d’irrigation 2020-2027, élaboré en exécution des Hautes Orientations Royales et lancé le 7 janvier 2020, vise à renforcer le potentiel hydrique national en portant le nombre des barrages à 179. 14 barrages sont actuellement en cours de construction, et 20 autres seront prêts à l’horizon 2027. Grâce à ce programme, le Royaume compte augmenter les capacités de ses réserves en eau (18 milliards de m3 en 2020 vers 27 milliards de m3en 2027).

Al Bayane
Les médecins du public annoncent une grève

La tension monte d’un cran dans le secteur de la santé. En fait, après le corps des infirmiers, les médecins ont décidé d’observer un débrayage de 48 heures, et ce les 4 et 5 du mois courant, à l’exception des services d’urgence, de réanimation et les unités de soin de la Covid-19, apprend-on dans un communiqué rendu public par le syndicat indépendant des médecins du secteur public (SIMSP). La même source ajoute que des sit-in de protestation seront organisés dans toutes les régions du Royaume le mercredi 4 novembre à partir de 10h00. Parmi les principaux points de discorde opposant les médecins de la fonction publique et le ministère, le syndicat soulève la non concrétisation des résultats de l’accord du 21 décembre 2015 et revendique la révision totale de l’indice salariale 509.

Al Massae
Covid-19 : 8 régions du Royaume connaissent une détérioration de la situation épidémiologique

Huit régions du Royaume connaissent une détérioration de la situation épidémiologique à cause de l’augmentation des contaminations au Coronavirus qui dépassent les 400 infections par jour. Malgré les récentes restrictions sanitaires décidées par les autorités, la ville de Casablanca enregistre, à elle seule, plus de 1000 infections à la Covid19 par jour. Un total de 567 nouveaux cas de contamination ont été détectés hier dans la région de l’Oriental, dont 319 personnes à Oujda-Angad. De son côté, la région de Rabat-Salé-Kénitra a été frappée par 639 contaminations au cours des dernières 24 heures et ce, en raison de l’augmentation vertigineuse des infections dans les villes de Skhirat, Témara, Salé et Kénitra.