La revue de presse de ce mardi 26 mai

DR.

Covid-19: Vers une deuxième vague liée aux maladies chroniques, Le taux de retransmission est descendu à 0,7%, Levée du confinement sur le personnel de la DGAPR, Recettes records pour la Douane, Les artisans en souffrance face à l’arrêt d’activité…Voici les principaux points développés par la presse nationale aujourd’hui. 

L’Economiste
La 2ème vague sera celle des maladies chroniques

« Après le déconfinement, il ne faut pas baisser la garde dans nos hôpitaux, car on devrait attendre l’apparition de nouveaux cas et des foyers de Covid-19 durant une période de 10 à 12 mois », a souligné Al Mountacer Charif Chefchaouni, professeur à l’hôpital Ibn Sina. Les différentes structures hospitalières du pays doivent reprendre leur activité normale en vue de continuer à répondre aux besoins de santé des citoyens, a-t-il poursuivi, jugeant probable un retour en force des pathologies habituelles dont la prise en charge a été impactée par la pandémie Covid-19.

 

Contrats commerciaux : Le cas de force majeure, pas un abri

La crise du Covid a bousculé l’exécution des contrats commerciaux. Excepté ceux qui sont engagés sur les marchés de l’Etat, beaucoup d’opérateurs économiques se trouvent dans l’incertitude. Ils ne peuvent pas toujours se justifier par le cas de force majeure. Il faut relire le contrat qui lie l’entreprise qui exécute le projet au client et surtout, vérifier si le retard d’exécution du contrat est irrésistible, insurmontable et indépendant. Sinon, l’entreprise en question s’expose à des pénalités de retard, voire à des dommages et intérêts.

Aujourd’hui le Maroc
Covid-19 : Le taux de transmission descend à 0,76

L’indicateur de reproduction (Ro) du virus a enregistré une légère baisse pour se situer à nos jours à 0,76 au niveau national, a annoncé le ministère de la Santé. Cet indicateur varie d’une région à une autre, a précisé le directeur de l’épidémiologie et de lutte contre les maladies au ministère de la Santé, Mohamed El Youbi, expliquant que si dans certaines régions du Royaume il est inférieur à 0.5, il demeure à 0.93 dans la région de Casablanca-Settat.

L’Opinion
La Douane collecte des recettes record de plus de 103 MMDH en 2019

La Douane marocaine a pulvérisé tous ses records de recettes en recouvrant 103,7 milliards de dirhams (MMDH) durant l’année écoulée contre 100,8 MMDH en 2018. « Poursuivant leur trend haussier, les recettes douanières encaissées durant l’exercice 2019 se sont situées à 101,1 MMDH. Les recettes constatées ont, quant à elles, atteint 103,7 MMDH, dépassant la réalisation de 2018 de 3% », indique l’Administration des Douanes et impôts indirects (ADII) qui vient de publier son rapport d’activité de 2019, notant que cette performance est due principalement à une évolution remarquable des importations. Pour ce qui des recettes douanières budgétaires encaissées, elles ont affiché une progression de 3,1% à 94,6 MMDH, ajoute la même source. Hormis la redevance gazoduc, tous les droits et taxes recouvrés par l’ADII ont enregistré une évolution positive.

3 tonnes de chira saisies à Guelmim

La brigade de police judiciaire du district provincial de sûreté de Guelmim a saisi dimanche, sur la base d’informations précises fournies par les services de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), trois tonnes de chira à bord d’un camion de transport routier de marchandises et a arrêté trois individus pour leur implication présumée dans une tentative de trafic de drogue. Le camion a été arrêté au niveau de la commune de « Tagante », à 30 kilomètres au nord de Guelmim, alors que les opérations de fouilles effectuées ont permis de saisir ladite charge de drogue qui était emballée dans 94 paquets et conditionnée parmi une cargaison de produits agricoles, indique la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) dans un communiqué, ajoutant que le chauffeur du véhicule a été appréhendé ainsi que deux de ses compagnons.

Libération
Levée du confinement des fonctionnaires de la DGAPR

La Délégation générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR) a fixé le 27 mai comme date de levée du confinement sanitaire pour ses fonctionnaires, en tenant compte de l’évolution de la situation épidémiologique dans le Royaume et de la nature, la taille et l’emplacement de chaque établissement pénitentiaire. Cette mesure, qui s’inscrit dans le cadre du plan de la DGAPR de lutte contre la propagation du nouveau coronavirus et en préparation au retour au fonctionnement normal des établissements pénitentiaires, concernera 41 établissements pénitentiaires et sera appliquée le 10 juin dans 35 autres prisons, indique un communiqué de la Délégation. Il note que ladite mesure ne s’appliquera pas aux établissements pénitentiaires qui connaissent encore des cas confirmés d’infection au coronavirus.

Les administrations publiques bientôt ouvertes au public

Le ministère de l’Economie, des Finances et de la Réforme de l’administration vient de publier une circulaire sur les procédures et les mesures de reprise de travail dans les établissements publics, après la levée de l’état d’urgence sanitaire. Dans cette circulaire, signée par le ministre de l’Économie, des Finances et de la Réforme de l’administration, Mohamed Benchaaboun, le département de tutelle invite les fonctionnaires et employés des établissements publics et des collectivités locales, qui ont précédemment bénéficié des facilités accordées par la circulaire du ministre du 16 mars 2020, à rejoindre progressivement leurs lieux de travail et à mettre en œuvre les dispositions de cette circulaire. Dans ce cadre, le ministère souligne avoir élaboré un guide pratique pour la gestion de la phase post-état d’urgence sanitaire dans les services publics, visant à fournir un ensemble d’orientations et de directives pour les administrations, les établissements et entreprises publiques et les collectivités locales, ainsi que pour les employés de ces établissements et ce, afin de clarifier les tâches et les activités qui peuvent être reprises progressivement, tout en garantissant la sécurité et la santé des fonctionnaires et des usagers et tout en assurant la continuité des services publics.

Al Alam
Covid-19: Cri d’alerte des artisans

Le membre du bureau exécutif de la Confédération générale des entreprises et professions, Ali Dahbi, a mis en garde le gouvernement contre la négligence du secteur de l’artisanat qui souffre des effets de la pandémie du coronavirus. Les artisans sont parmi les catégories les plus impactées par la crise pandémique et par le confinement parce que le gouvernement n’a pas pris les mesures financières efficaces et adaptées aux travailleurs de ce secteur. « L’artisan est contraint d’honorer ses engagements vis-à-vis des fournisseurs en plus d’autres frais tels que les loyers et les factures d’électricité. Des engagements ne peuvent plus être tenus durant cette 3ème phase de confinement », a-t-il expliqué.