La revue de presse de ce jeudi 23 juillet

1133
DR.

Les réserves de changes épargnés par la crise, les demandes de subventions agricoles digitalisées, Laâyoune découvre une vocation diplomatiques…Voici les principaux titres développés par la presse nationale ce jeudi 23 juillet. 

 

Aujourd’hui le Maroc
Réserves de change: le Maroc dans une position confortable

«Certains observateurs affirment que la baisse de consommation pourrait même faire gagner aux réserves de change du Maroc un à deux mois supplémentaires». Les chiffres du gouvernement confirment cette projection. Selon le ministère de l’Économie et des finances qui présentait devant les parlementaires des deux Chambres à Rabat les données chiffrées sur l’exécution de la loi de Finances 2020 à fin juin dernier, les réserves de change au Maroc se sont nettement améliorées. Ainsi, la même source précise que le matelas de devises du Royaume se situe actuellement à plus de 7 mois de couverture d’achat alors qu’il dépassait à peine les 5 mois avant le déclenchement de la pandémie du coronavirus au Royaume en mars dernier. De plus, le matelas de devises pourrait se renforcer davantage au cours de la deuxième moitié de l’année en cours. Et pour cause, la hausse des droits de douane décidée dans le cadre de la loi de Finances rectificative devrait avoir un impact significatif.

Digitalisation: une plateforme électronique dédiée aux demandes des subventions agricoles

Une plateforme électronique dédiée au dépôt des dossiers de demande de subventions agricoles, appelée « Guichet Unique Electronique » (GUE), a été mise en place par le ministère de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts. Accessible via l’adresse « https://fda.agriculture.gov.ma/gue », cette plateforme électronique dédiée aux agriculteurs vise à maintenir la dynamique d’investissement dans le secteur agricole, indique mercredi un communiqué du ministère, notant que l’objectif est de faciliter aux agriculteurs le processus de dépôt des dossiers de demande de subventions, de réduire les déplacements aux guichets uniques et d’assurer une meilleure gestion des flux au niveau des guichets, notamment avec l’état d’urgence sanitaire.

L’Opinion
L’ASMEX relance le débat sur la priorité de l’économie alimentaire

L’Association Marocaine des Exportateurs (ASMEX) traite de l’export agroalimentaire comme levier de création d’emploi et de relance économique inclusive. Une feuille de route pour la valorisation du secteur tant au Maroc qu’en Afrique a été établie. Les maîtres mots sont le commerce inter-africain, la complémentarité des chaines de valeurs et de savoir-faire, la souveraineté agricole régionale, la mise en place de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA). Dans cette perspective, l’enjeu est l’adoption de la notion de hub marocain agroalimentaire international dédié à la fois au sourcing, à la production, la transformation et l’export valorisant. La finalité est de faire du Maroc un véritable trader valorisant les exports africains vers le monde.

Quand Laâyoune se découvre une vocation diplomatique!

Laâyoune est l’une des villes les plus dynamiques du Maroc avec un taux de croissance moyen de 12,5% sur la dernière décennie et un réseau d’infrastructures modernes à faire pâlir d’envie bien des cités aux gros budgets. Mais Laâyoune ce n’est pas seulement ce centre urbain prospère au milieu du désert. C’est la ville qui a été projetée sous les feux de l’actualité ces derniers mois après la décision de plusieurs pays d’y ouvrir des représentations diplomatiques. C’est la Côte d’Ivoire qui avait ouvert le bal en juin 2019 en faisant le choix judicieux et souverain d’inaugurer un consulat honoraire à Laâyoune, avant de le hisser quelques mois plus tard au statut de consulat général pour être tout près de l’important contingent de ses ressortissants vivant actuellement dans les villes du Sahara marocain. Cinq autres nations africaines lui ont emboîté le pas quelques mois plus tard : Union des Comores, Gabon, République Centrafricaine, Sao Tomé-et-Principe et Burundi.

Al Bayane
Akhannouch: l’interaction a été positive avec les observations de la Cour des comptes au sujet de l’ONSSA.

L’interaction a été positive avec la plupart des observations soulevées par la Cour des comptes au sujet de l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA), a indiqué le ministre de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, Aziz Akhannouch. Il a souligné, devant la commission du contrôle des finances publiques et de la gouvernance à la Chambre des représentants, que la majorité des observations présentées dans le rapport de la Cour des comptes ont été prises en considération, puisque d’importantes étapes ont été franchies dans ce sens depuis la publication dudit rapport jusqu’à présent. S’agissant de la possibilité d’accorder l’autonomie à l’ONSSA vis-à-vis du ministère, il a affirmé que l’Office est un établissement public placé sous la tutelle de ce département, ajoutant que « l’établissement ne peut en aucun cas œuvrer sans tutelle et que le fait qu’il dépende du ministère permet la reddition des comptes ».

Amekraz : La prévention, gage de continuité de l’activité des entreprises

La santé et la sécurité au travail sont un gage de continuité de l’activité des entreprises et de promotion du développement économique du Royaume, a indiqué le ministre du Travail et de l’insertion professionnelle, Mohamed Amekraz. Intervenant lors d’une rencontre mardi tenue en visioconférence, le ministre a insisté sur l’importance de s’engager en faveur de la santé et la sécurité des salariés et des employés, tout en passant en revue les diverses actions initiées par son département en vue d’éviter la propagation du coronavirus dans les espaces de travail.

Akhbar Al Yaoum
Visite technique: Délais supplémentaires accordés aux poids lourds jusqu’au 15 août

La période de validité des procès de visite technique périodiques des poids lourds ayant expiré entre le 18 mars et le 11 juin derniers a été prolongée jusqu’au 15 août prochain, a annoncé l’Agence nationale de la sécurité routière (NARSA). Dans un communiqué publié lundi, l’Agence affirme qu’il a aussi été décidé d’accorder aux propriétaires de véhicules lourds disposant de procès de visite technique périodiques ayant expiré à partir du 12 juin dernier ou qui sont devenus soumis au contrôle technique pour la première fois à partir de cette date, un délai jusqu’au 15 août prochain afin de renouveler ou d’effectuer le contrôle technique de leurs véhicules. Toutefois, pour bénéficier de ce délai supplémentaire, le propriétaire du véhicule doit disposer d’un reçu de réservation de rendez-vous pour le contrôle technique de son véhicule, avant la date du 15 août, délivré par un centre de visite technique des véhicules et le présenter si nécessaire, précise la même source.