La revue de presse de ce jeudi 13 août

2701
DR.

La fin programmée du Ramed, OCP double sa production d’acide phosphorique, le secteur automobile gravement touché par la crise du covid-19. Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce jeudi.

L’Économiste
La fin du Ramed programmée

Pour la mise en forme de la réforme de la protection sociale, Sa Majesté le Roi Mohammed VI a donné un délai de 5 ans, avec un démarrage le 1er janvier prochain. Le ministère des Finances commencera par la couverture médicale. «Seul un tiers des Marocains dispose d’une couverture médicale. Ce n’est pas sérieux», s’est exclamé Mohamed Benchaâboun. Ainsi, la période de 5 ans a été divisée en deux étapes. La première, de deux ans (2021-2023), «servira à mettre en place la couverture médicale, pour tous les Marocains, avec le même niveau, les mêmes critères,…. qu’ils cotisent ou non au système, ils auront le même panier de soins. Pour nous, ce panier est celui de l’AMO aujourd’hui, qui sera unifié». Il faudra donc le généraliser rapidement. Dans ce cadre, le Ramed disparaîtra. Il sera remplacé par l’AMO. Actuellement, un tiers des Marocains sont à l’AMO, un tiers au Ramed et un autre n’a rien, dit-il. Les travailleurs non-salariés vont adhérer et cotiser au système.

Acide phosphorique purifié: OCP double sa production

Le Groupe OCP et ses partenaires allemand (Budenheim) et belge (Prayon), lancent la construction d’une nouvelle usine de production d’acide phosphorique purifié, à travers leur filiale Euro Maroc Phosphore (EMAPHOS), annonce le Groupe OCP. Cette nouvelle usine permettra de doubler la capacité de production annuelle d’EMAPHOS, pour passer de 140.000 T P2 O5/an à 280.000 T P2 O5 /an à partir du 4ème trimestre 2022, indique le Groupe dans un communiqué, relevant que ce projet s’inscrit dans le cadre de la stratégie du Groupe OCP de ses partenaires visant à asseoir son leadership mondial dans la production de l’acide phosphorique purifié par voie humide, technologie reconnue comme MTD (Meilleure technique disponible) en terme d’émissions CO2. Ce projet permettra ainsi de répondre aux évolutions du marché mondial de l’acide phosphorique purifié destiné à des usages spécialisés, souligne la même source, notant que ce doublement de la capacité mettra, par ailleurs, à la disposition du Groupe OCP une partie de la production pour valorisation, dans le futur, sous forme de produits de niche à base d’acide purifié permettant, ainsi, de renforcer le statut du Groupe de producteur mondial de produits phosphatés de spécialité.

Aujourd’hui le Maroc
Automobile : Corona m’a tué !

Policy center for the new south décrypte dans une récente analyse la situation des exportations du secteur automobile. Il semblerait que durant les 3 premiers mois de l’année, celles-ci se sont contractées de près du quart par rapport à la même période de l’année 2019, avant même que l’état d’urgence et le confinement ne soient décrétés au Maroc. A fin mai, l’atonie du secteur automobile s’est davantage concrétisée et la baisse des exportations est passée à près de 40% de manière plus prononcée cette fois-ci pour les produits intermédiaires, peut-on lire dans cette analyse. Dans ce contexte, le recul de cette ampleur est équivalent à 13,9 milliards de dirhams sur les 5 mois de l’année. «Si le secteur clôture l’exercice 2020 sur la même contre-performance, le manque à gagner pour le secteur automobile franchi-rait les 33 milliards de dirhams ou l’équivalent de 3% du PIB», souligne la même source.

L’Opinion
Reconfinement généralisé: Un scénario inévitable?

Face aux pronostics incertains, aux graves pénuries de ressources, à l’imposition de mesures sanitaires inconnues, aux pertes financières importantes et aux messages contradictoires des autorités, plusieurs facteurs de stress contribuent sans aucun doute à une détresse émotionnelle généralisée et à un risque accru de maladie psychiatrique associée à la Covid-19. A cela s’ajoute cette crainte d’être à nouveau reconfiné. Au cours des derniers mois, les mesures prises pour ralentir la propagation du Coronavirus, telle que la distanciation sociale, ont conduit à un plus grand isolement et à de graves difficultés financières pour beaucoup. Aujourd’hui, alors que la pandémie se poursuit, plusieurs mesures, comme le retour au confinement, pourraient infliger des traumatismes émotionnels de longue durée et avoir un impact indéniable sur la santé mentale.

Libération
L’automobile, le textile et l’aéronautique en panne d’exportation

Les chiffres sont formels et la situation pourrait empirer si rien n’est fait. Selon les derniers indicateurs des échanges extérieurs à fin juin, les exportations des secteurs de l’«automobile», du «textile et cuir et de l’aéronautique ont été lourdement affectées par les effets de la pandémie de coronavirus (Covid-19). La dégringolade des ventes observée au cours des quatre premiers mois de l’année 2020 s’est ainsi poursuivie jusqu’à fin juin. En effet, les exportations à l’étranger des secteurs «automobile», «textile et cuir et «aéronautique» ont connu des baisses respectives de 33%, 34,9% et 18,1% au premier semestre de l’année. Pour rappel, à fin avril 2020, les ventes réalisées avec l’étranger dans ces trois secteurs avaient fondu de 39% pour l’«automobile», 28,3% pour le «textile et cuir» et 33,9% pour l’«aéronautique», selon le bulletin de l’Office des changes sur les indicateurs des échanges extérieurs à fin avril 2020.

Akhbar Al Yaoum
Covid-19: Des centres de santé de référence seront mis à disposition dans les quartiers

Des centres de santé de référence seront mis à disposition dans les différents quartiers pour accueillir les cas suspects de la Covid-19, a souligné, mardi, le ministre de la Santé Khalid Ait Taleb. S’exprimant lors d’un webinaire organisé par la Société marocaine des sciences médicales (SMSM), sous le thème « Situation épidémiologique Covid-19 préoccupante: La riposte », M. Ait Taleb a indiqué que des centres de santé de référence seront déployés dans les différents quartiers en vue d’accueillir les cas suspects de la Covid-19 qui leur seront transférés par les médecins des secteurs privé, public et autres, ou par des pharmacies situées au niveau de chaque quartier. Le déploiement de ces centres vise notamment à augmenter le nombre des espaces de dépistage pour une prise en charge urgente des patients, a-t-il indiqué, ajoutant que les cas asymptomatiques qui ne souffrent pas d’une maladie chronique et ne présentant aucun risque pour leur entourage peuvent être traités à leur domicile et ce, en coordination avec les représentants de l’administration territoriale.