La présidente de la commune de Mohammedia destituée

La mairie de Mohammedia est, encore une fois, paralysée. Le tribunal administratif de Rabat a, en effet, annulé l’élection de la PJDiste Imane Sbiyer à la présidence de la commune. Les détails.

Pour la deuxième fois consécutive en moins d’un an, le conseil communal de Mohammédia est à la recherche d’un nouveau maire.

Après la destitution de l’ex président, Hassan Antara (PJD), et l’élection d’une autre PJDiste, Imane Sbiyer, le conseil revient à la case de départ. Le tribunal administratif de Rabat a annulé l’élection de cette dernière à la tête du conseil communal de ville des fleurs, rapporte Assabah dans son édition du vendredi 18 octobre.

Le quotidien arabophone explique que cette décision intervient suite à un appel interjeté par le RNIste Mohamed Atouani, qui était aux prises avec Imane Sbiyer pour la présidence.

Assabah ajoute que le tribunal administratif avait rejeté cet appel en première instance, mais il a fini par annuler l’élection après avoir constaté de graves violations des lois et des règlements.

Toujours selon le quotidien arabophone, Mohamed Atouani a déposé un certificat médical qui atteste qu’il a subi des violences physiques, devant les locaux du Conseil du la ville, lors du jour de l’élection d’Imane Sbiyer, le 31 décembre.

Assabah explique que Sbiyer a remporté l’élection par 22 voix seulement, alors que 23 membres du RNI ont été empêchés d’assister aux élections afin de ne pas voter pour Atouani. Le tribunal administratif a donc tranché et a fini par tout annuler. Les élus du Conseil communal doivent désigner un nouveau président.

Rappelons que le Conseil communal de Mohammedia avait voté, en octobre dernier, la décision de destituer son président Hassan Antara à cause de profondes divergences avec plusieurs conseillers. Imane Sbiyer a été élue lundi 31 décembre, mais devra faire ses valises bientôt.