La ministre espagnole des AE rencontre Saad Eddine El Othmani

DR.

La ministre espagnole des Affaires étrangères a rencontré, ce vendredi, le chef du gouvernement Saad Eddine El Othmani.

Accompagné du chef du gouvernement marocain, la ministre Arrancha González Laya s’est rendue au mausolée Mohammed V. Une réunion bilatérale a animé par la suite cette matinée, avant que la ministre ne se rende à l’ambassade espagnole de Rabat, l’occasion d’inaugurer le nouveau siège du Consulat Général du Royaume d’Espagne.

La cheffe de la diplomatie espagnole s’est adressée aux citoyens et aux autorités marocaines, exprimant son souhait de consolider les liens humains entre les deux peuples à travers les prestations de ce nouveau siège, note l’agence MAP.

« L’Espagne souhaite sérieusement que nos relations humaines avec les étudiants, les hommes d’affaires, les familles et les citoyens en général soient plus étroites et pour cela nous sommes disposés à fournir les moyens nécessaires », a-t-elle assuré.

« Nous investissons dans le réseau de consulats au Maroc pour rendre ces relations humaines plus étroites », a-t-elle ajouté.

La ministre espagnole aura également des entretiens, dans la journée, avec le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, ainsi qu’avec plusieurs hauts responsables marocains.

Annulation de sa visite prévue à Algérie

Par ailleurs, la ministre espagnole, Arrancha González Laya, a annoncé qu’elle ne se rendra finalement pas en Algérie, mais ira aux Iles Canaries, pour rencontrer le président canarien, Ángel Víctor Torres.

Cette décision fait suite à l’adoption des projets de loi par le Maroc, qui revoient la délimitation de l’espace maritime marocain, et qui suscite la controverse chez le voisin ibérique, plus particulièrement dans les Iles Canaries.

 

Lire aussi: Domaine maritime: la réaction espagnole à l’aube d’une rencontre importante

 

Avant cette rencontre à Rabat, les deux gouvernements ont longuement échangé autour de la délimitation du domaine maritime, expliquait-elle sur Twitter.

« Comme nous en avons discuté avec le Maroc lors d’échanges durant ces dernières semaines, il n’y aura pas de politique de fait accompli ou d’actions unilatérales », a écrit la ministre.

Dans ce sens, la ministre a également réitéré le plein soutien de son ministère au président des Iles Canaries, Ángel Víctor Torres, dans cette affaire. Ce dernier a été le premier à contester le projet de loi, en y voyant une décision unilatérale, qui n’aura aucunement l’aval du gouvernement canarien ni du gouvernement central. Pour l’heure, aucune décision majeure n’a été annoncée par les responsables marocains, ni espagnols.