La militante pour les droits des femmes Najat Ikhich entame une grève de la faim

532
DR

La présidente de la fondation Ytto, Najat Ikhich, a annoncé entamer une grève de la faim vendredi dernier, en réaction à la fermeture forcée d’un de ces centres à Casablanca dédié à l’hébergement et la réhabilitation des femmes victimes de violence.

Dans un communiqué relayé par plusieurs médias, Najat Ikhich déclare avoir reçu un courrier de la part des autorités locales de la préfecture d’Aïn Sebaâ – Hay Mohammadi lui enjoignant d’évacuer l’un des centres gérés par la fondation Ytto dont elle est présidente.

Il s’agit du centre de Derb Moulay Cherif pour les femmes et les filles en situation difficile, géré par l’ONG depuis 2014 et qui bénéficie d’un accord avec le service social de la préfecture depuis l’annonce de l’état d’urgence sanitaire en mars 2020. Cet accord autorise deux organisations à interagir au sein du local pour accueillir les femmes sans-abri durant la période d’urgence sanitaire.

 

Lire aussi : Dans les sciences, les femmes toujours sous-représentées

 

Alors que cette mission est effectivement honorée, la fondation se dit « surprise de recevoir la correspondance » des autorités, datée du 19 février dernier et ordonnant « d’évacuer le centre » qui reçoit actuellement une soixantaine de femmes.

En réaction, Najat Ikhich a ainsi annoncé une «grève ouverte de la faim jusqu’à ce qu’un dialogue soit ouvert sur cette question, dont la décision n’a fait l’objet d’aucun débat ou d’une participation de la part de la Fondation Ytto».