La majorité des parents d’élèves du privé veulent le report de la rentrée

9763
DR.

Prévue pour le 7 septembre, la rentrée scolaire divise. Un report est même souhaité par la majorité des parents d’élèves inscrits dans le secteur privé, selon un sondage.

«L’année scolaire 2020-2021 débutera le 7 septembre, tous cycles et niveaux confondus, dans l’ensemble des établissements publics et privés ainsi que dans les écoles des missions étrangères», a tranché le ministère de l’Education nationale.

Une décision qui crée polémique, au vu de la situation épidémiologique alarmante dans le pays. Certains souhaitent même un report à une date ultérieure ou plaident carrément pour une année blanche, c’est ce que révèle un sondage mené par l’Union des parents et des tuteurs d’élèves des établissements d’enseignement privé au Maroc.

En effet, 76,84% des 7448 parents d’élèves sondés souhaite un report de la rentrée scolaire au 4 janvier 2021, indique le quotidien Al Ahdath Al Maghrbia. Plus loin encore, 0,71% des parents ont choisi de reporter la rentrée au mois d’octobre 2020, alors que d’autres (1,40%) ont plaidé carrément pour une année blanche.

 

Lire aussi: Amzazi: trois scénarios prévus pour la rentrée scolaire 2020-2021

 

Autre débat houleux actuellement, celui de l’adoption des cours à distance. Selon ce même sondage, parmi les parents ayant souhaité que la rentrée scolaire soit maintenue durant le mois de septembre, 13,45% préfèrent une adoption des cours en présentiel uniquement, tandis que 7,59% des sondés optent pour une rentrée en mode alterné présentiel/à distance.

Pour rappel, trois modèles ont été préparés par le ministère de l’Education en prévision de la rentrée scolaire 2020-2021. Le premier scénario prévoit l’adoption de l’enseignement présentiel à 100 pc en cas d’amélioration de la situation, alors que le deuxième concerne l’alternance entre enseignement présentiel et auto-enseignement en cas d’amélioration de la situation avec nécessité du respect des mesures préventives. Selon lui, le troisième scénario porte sur le recours uniquement à l’enseignement à distance si la situation épidémiologique s’aggrave.