Colère des entreprises contre le frère d’un ancien ministre

L’entreprise du frère d’un ancien ministre bénéficie d’un traitement spécial de la part de certains décideurs au sein de la Direction générale des collectivités locales. Plusieurs entreprises ont, en effet, tiré la sonnette d’alarme pour pousser les autorités à intervenir. Les détails.

La colère de plusieurs entreprises marocaines gronde contre la société du frère d’un ex-ministre, qui bénéficie d’un traitement spécial de la part des collectivités locales.

Selon Assabah, qui rapporte cette information dans son édition du jeudi 24 octobre, ce dernier décrocherait facilement des marchés financés par des fonds publics et reçoit ses dividendes financiers en un temps record.

Le quotidien arabophone explique que certains décideurs au sein de la Direction générale des collectivités locales lui facilitent la tâche et accélèrent le processus du payement de ses factures, tout en laissant attendre la plupart des autres entreprises pendant des mois.

De nombreuses petites et moyennes entreprises, qui risquent la faillite, ont, en effet, tiré la sonnette d’alarme en raison du retard persistant dans le paiement de leurs factures, selon les informations d’Assabah. Elles ne disposent pas de liquidités suffisantes pour faire face à la volatilité du marché marocain et aux exigences des fournisseurs.

« Ces entreprises qui ne trouvent pas de soutien, contrairement à d’autres, soutenues par des parlementaires, ou des décideurs, tout comme la société du frère de l’ancien ministre, ont toujours recours aux banques pour obtenir des énormes crédits qui seront utilisés dans leurs activités », indique Assabah.

Et d’ajouter que « ces dernières n’ont pas manqué d’exprimer leur profonde inquiétude quant au payement de leurs dettes ». Selon le journal, la situation de ses petites entreprises est alarmante. Des sources bien informées ont révélé au quotidien que leur dette avait augmenté de 3,5% durant ces derniers temps.