La France réagit aux condamnations du Hirak et se dit «attachée au respect des libertés publiques»

13342
AFP PHOTO / Tobias SCHWARZ

La France, par le biais du ministère des Affaires étrangères, a réagi lors d’une conférence de presse aux lourdes condamnations dont ont fait l’objet les meneurs du Hirak du Rif.
Interrogée lors d’un point de presse tenu mercredi 27 juin au Quai d’Orsay, la porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Agnès von der Mühll, a répondu à une question relative aux lourdes condamnations dont ont fait l’objet les leaders du Hirak du Rif, dont Nasser Zefzafi.
«Nous avons pris connaissance des condamnations prononcées dans le cadre du procès des manifestants du Hirak du Rif marocain», a d’abord répondu la porte-parole de Jean-Yves Le Drian avant d’ajouter que la France reste «attachée au respect des libertés publiques».
Lire aussi: Vidéo. Des centaines de personnes manifestent à Casablanca en soutien aux détenus du Hirak
«Nous sommes également attentifs à la situation économique et sociale dans le Rif où nous menons des actions de coopération avec les autorités marocaines, au travers de l’Agence française de développement, au bénéfice de la population de cette région», a poursuivi la porte-parole du Quai d’Orsay.
Pour rappel, mardi 26 juin, la Chambre criminelle près la Cour d’appel de Casablanca a rendu son verdict concernant cinquante-quatre détenus du Hirak. Le Tribunal a distribué pas moins de 260 années de prison aux accusés. Les quatre meneurs de la contestation, à savoir Nasser Zefzafi, Nabil Ahamjik, Ouassim El Boustati et Samir Ighid, ont tous écopé de 20 ans de prison ferme pour « atteinte à la sécurité de l’Etat ».