La contre-initiative de l'Algérie en réponse à la main tendue de Mohammed VI

55

L’Algérie a saisi le SG de l’Union du Maghreb arabe pour l’organisation d’une réunion du conseil des ministres des Affaires étrangères de l’UMA, pour la relance de l’édification de l’ensemble maghrébin et de la réactivation de ses instances.
L’Algérie a formellement demandé la réunion rapide du Conseil des ministres des Affaires étrangères des cinq pays de l’Union du Maghreb arabe (UMA) en vue de relancer l’organisation, paralysée depuis deux ans par le différend entre Alger et Rabat.
Alger a «saisi officiellement le secrétaire général de l’UMA» afin que cette rencontre soit organisée «dans les délais les plus rapprochés», a indiqué jeudi le ministère algérien des Affaires étrangères dans un communiqué. Le 6 novembre, le roi Mohammed VI avait appelé l’Algérie à «un dialogue franc et direct» via «un mécanisme conjoint» et à formuler des «propositions et initiatives», mais Alger n’a jamais répondu officiellement à cette proposition.
Lire aussi : Maroc-Algérie: Washington réagit à la main tendue du roi Mohammed VI à Alger
Les relations des deux pays voisins, poids lourds du Maghreb, sont plombées depuis 40 ans par la question du Sahara.  Alger a toujours refusé d’être considéré comme une partie au conflit et d’en discuter directement avec Rabat. En outre, les 1.500 km de frontière terrestre entre Maroc et Algérie sont fermés depuis 1994, à l’initiative d’Alger, après un attentat commis à Marrakech que Rabat avait attribué aux services secrets algériens.
Selon le ministère algérien, la demande de réunion du Conseil des ministres de l’UMA traduit «la nécessité de la relance de l’édification de l’ensemble magrébin et de la réactivation de ses instances». «La relance des réunions du Conseil des ministres est susceptible de redynamiser les activités des autres organes de l’UMA», d’après le communiqué du département de Abdelkader Messahel.
Lire aussi : Algérie, UA, autonomie, processus onusien... 4 choses à retenir du discours royal
Créée en 1989 mais aujourd’hui moribonde, l’UMA regroupe le Maroc, l’Algérie, la Tunisie, la Libye et la Mauritanie. Le dernier Conseil des ministres de l’organisation s’est tenu à Tunis en mai 2016. L’appel de Mohammed VI en direction d’Alger a été prononcé à l’occasion du 43e anniversaire de la Marche verte. Les pourparlers onusiens entre Rabat et le Polisario sont bloqués depuis 2012. Une «table ronde» les réunissant sous l’égide de l’ONU, avec l’Algérie et la Mauritanie, est prévue les 5 et 6 décembre à Genève.