Revue de presse: les Unes de vos quotidiens, ce mardi 23 juin

2624
DR.

Réouverture des hôtels et restaurants, reprise des Auto-écoles, Les pertes des cliniques privées, projet de loi de Finances rectificative… Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce mardi:

 

Le Matin
Aide solidaire du Royaume du Maroc: les lauréats étrangers témoignent de leur reconnaissance au roi

• Des quatre coins du continent, les lauréats étrangers du Maroc ont exprimé leur gratitude face à ce geste humanitaire initié par SM le Roi Mohammed VI d’accorder des aides médicales à plusieurs pays africains frères en vue de les accompagner dans leurs efforts pour mettre fin à la crise sanitaire du Covid-19. De Dakar aux îles Comores en passant par Yaoundé, et de manière tout à fait spontanée, les présidents des associations nationales des lauréats étrangers du Maroc ont tenu à exprimer leurs vives reconnaissances et remerciements face à cet acte de solidarité et d’assistance dont ont bénéficié leurs pays respectifs.

 

Rehamna : plus de 3.000 candidats aux examens du baccalauréat

• Le nombre de candidats et candidates aux examens du Baccalauréat au niveau de la province de Rehamna, au titre de la session de juillet 2020, s’élève à 3.358, auxquels quelque 20 centres d’examens seront consacrés. Ces données ont été révélées lors d’une visite de terrain effectuée par le gouverneur de la province, Aziz Buignane, accompagné du directeur provincial de l’Education nationale, et de chefs de services relevant de ladite Direction, à certains établissements et espaces sportifs qui accueilleront ces examens. Dans ce cadre, la Direction provinciale du ministère de l’éducation nationale a aménagé 20 centres d’examens, dont 12 pour les candidats scolarisés (2.437) et 08 centres pour les candidats libres (921).

 

L’Economiste
Auto-écoles: faux départ en zone 2

• Les propriétaires des auto-écoles n’en croyaient pas leurs yeux lorsqu’ils ont été sommés de fermer après avoir été officiellement autorisés à rouvrir quelques jours plus tôt. Ils étaient incapables de répondre aux interrogations incrédules des candidats. Lorsqu’elle avait préparé sa deuxième version de la charte de reprise signée avec les organisations professionnelles, l’Agence nationale de la sécurité routière (Narsa) n’avait pas précisé que seules les auto-écoles situées en zone 1 pouvaient reprendre l’activité. Par conséquent, celles situées en zone 2, ayant ouvert le lundi 15 juin, devaient baisser le rideau de nouveau et attendre de nouvelles instructions. Narsa a diffusé un communiqué traitant de la reprise des activités des centres d’immatriculation chargés de délivrer les permis de conduire. Il en ressort que seuls les centres en zone déconfinée sont habilités à accueillir les candidats à l’examen du permis de conduire à partir du 24 juin.

 

Tourisme: feu vert pour les hôtels et les restaurants.

• L’heure de la reprise a sonné pour les filières de la restauration et de l’hôtellerie. Après trois mois de suspension de leur activité, les professionnels vont reprendre le collier. Le ministère du tourisme, de l’artisanat, du transport aérien et de l’économie sociale vient de donner le top départ pour la réouverture, à partir du 25 juin, avec comme condition des mesures sanitaires strictes que les opérateurs doivent adopter et une limitation de la capacité d’accueil ne dépassant pas les 50%. De même que le ministère annonce la reprise des vols domestiques à partir de la même date. Un « ouf » de soulagement chez ces professionnels qui attendaient ce feu vert avec beaucoup d’impatience et d’inquiétude pour leur business et leur survie. La plupart des hôteliers, même s’ils n’avaient pas été sujets à fermeture administrative, avaient dû clore leurs portes, faute d’activité.

 

Aujourd’hui le Maroc
PLF rectificative : Bras de fer gouvernement-Parlement.

• Il existe actuellement un véritable bras de fer entre le gouvernement et le Parlement sur l’adoption du projet de loi de Finances rectificative très attendu. Chaque partie y va de sa propre interprétation. Selon des sources parlementaires, le gouvernement aimerait bien faire adopter le texte en question sans forcément reproduire à l’identique la même méthode conventionnelle suivie pour l’adoption des lois de Finances normales chaque automne. Ainsi, les mêmes sources expliquent que le scénario gouvernemental tablerait sur une adoption avec un débat limité au ministre de l’économie et des finances, sans besoin de faire venir d’autres membres du gouvernement au Parlement pour défendre leurs budgets sectoriels.

 

Cliniques privées: 1 milliard DH de perte en deux mois

• Les cliniques privées ont été touchées de plein fouet par la pandémie. Celles-ci ont subi des chutes drastiques de leurs chiffres d’affaires durant le confinement. Selon Redouane Semlali, président de l’Association nationale des cliniques privées, ces établissements ont vu leurs chiffres d’affaires baisser de 60% à 85% selon les villes. Les cliniques privées à Casablanca ont limité leurs pertes à 60%. Ce qui n’a pas été le cas pour les cliniques dans les autres villes qui ont subi des réductions du CA de 80%, C’est notamment le cas pour les cliniques à Beni Mellal, Rabat, Oujda et Tanger. Dans les villes de Fès, Marrakech, Agadir, les réductions des chiffres d’affaires de ces établissements ont atteint les 85%. En termes de remboursements (CMIM, CNSS et CNOPS), les pertes ont atteint 1 milliard de DH en deux mois.

 

L’Opinion
A quand la numérisation totale du Maroc ?

• Cette année s’achève le plan « Maroc digital 2020 ». À son lancement, en juillet 2016, il était question de dématérialiser la moitié des procédures administratives et qu’au moins une PME sur cinq soit connectée. En ce qui concerne les procédures administratives, c’est à peine près de la moitié du travail qui a été faite, selon une étude du ministère des Finances, également en charge de la réforme de l’administration. D’après la même source, 700 administrations marocaines, départements ministériels, collectivités locales et établissements publics sont entrés dans l’ère numérique. Sauf que la crise de la Covid-19 a laissé voir une profonde fracture numérique au sein même de l’administration publique. Certains départements ministériels, comme ceux de la Défense, de l’Intérieur, de l’Economie et des Finances, de la Justice… sont parfaitement à la page. D’autres, dont on a peu ou pas entendu parler durant toute la période du confinement, sont toujours hors-course.

 

La CNSS rouvre ses portes

• La Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) a décidé la réouverture de ses agences au grand public à partir d’hier. Néanmoins, elle limitera le nombre de personnes au niveau des agences entre 2 à 5, selon la capacité d’accueil de chaque agence. La CNSS précise que les délais légaux applicables aux dépôts de dossiers de remboursement prendront effet dès le lendemain de la levée de l’état d’urgence sanitaire, conformément à l’article 6 du décret de loi n ° 20.292.20 du 23 mars 2020.

Al Bayane
ONCF: Al Boraq et Al Atlas reprennent progressivement à partir du 25 juin

• Les trains de lignes Al Boraq et Al Atlas assurant les dessertes inter-villes reprennent progressivement leur circulation à partir du jeudi 25 juin, dans le respect strict des mesures de protection et de sécurité sanitaire, annonce l’Office National des Chemins de Fer (ONCF). Faisant suite à la décision des autorités publiques relative au passage à la deuxième étape du « plan d’allègement du confinement sanitaire », cette reprise se fera sur les axes Tanger-Casablanca, Fès-Casablanca-Marrakech, Casablanca-Nador et Oujda, Casablanca-Safi et Khouribga, ainsi que Tanger-Fès et Oujda, indique l’ONCF dans communiqué.

 

Akhbar Al Yaoum
CDG Capital prévoit une relance conditionnée des crédits et de la demande intérieure

• Les décisions récentes prises par Bank Al-Maghrib, en l’occurrence la baisse de 50 points de bases (Pbs) du taux directeur à 1,5% et la neutralisation de la réserve monétaire obligatoire (RMO), permettront une relance conditionnée des crédits et de la demande globale intérieure, estime CDG Capital. « L’objectif espéré suite aux différentes mesures expansionnistes prises par Bank Al-Maghrib est d’accompagner l’économie nationale en vue de surmonter les répercussions de cette pandémie et ce, à travers une facilitation de l’accès au financement à des conditions avantageuses et à un coût réduit », explique CDG Capital dans un flash « post-Conseil Bank Al-Maghrib ».

 

Les transporteurs refusent de contrôler les voyageurs

•. Pour pouvoir reprendre leur activité le 25 juin, les sociétés de transport et les travailleurs du secteurs ont été contraint de signer le cahier des charges relatif aux dispositions de lutte contre la Covid-19, imposé par le ministère de tutelle. Parmi les conditions contestées par les professionnels du secteur, l’obligation de disposer d’un registre contenant les informations sur le conducteur, son assistant et les passagers. Les transporteurs, qui doivent enregistrer les numéros de CIN des passagers et leurs numéros de téléphone, sont obligés de garder ces registres et les archiver pendant au moins un mois après la levée de l’état d’urgence sanitaire. Les transporteurs refusent d’assumer ces tâches car ils estiment qu’elles ne relèvent pas de leur domaine d’intervention et que ça pourrait leur créer des problèmes avec les voyageurs.

 

Al Yaoum Al Maghribi
Rehamna : vers la réalisation d’un Centre pour enfants autistes

• Le Comité provincial du Développement humain (CPDH) de Rehamna s’est engagé, dans le cadre de ses interventions dédiées à l’enfance, en faveur de l’appui des enfants autistes, à travers la réalisation d’un centre ayant pour objectif la qualification et l’assistance de cette catégorie. Ainsi, le CPDH œuvrera en partenariat avec la délégation provinciale de l’Entraide nationale à Rehamna, à la création de ce centre conforme aux standards modernes, tout en réservant deux classes à l’école Ahmed Mekouar pour la mise sur pied de ce projet. Dans ce sens, les parties prenantes vont se consacrer, dans une première phase, à l’aménagement et à l’équipement de ces deux classes afin d’avoir un Centre intégré offrant des thérapies paramédicales (orthophonie, psychomotricité et assistance psychologique) et doté d’un espace de jeux et de dépendances sanitaires réservées aux enfants autistes.

 

L’artisanat reprend du service

. Loin de se réduire à une quelconque forme de luxe ou à des accessoires pour décorer les maisons et les magasins, les produits de l’artisanat occupent une place de choix dans la culture commune des Marocains, avec moult métiers axés sur la valorisation du savoir-faire éblouissant de l’artisan. Qu’il s’agisse de matériaux utilisés pour la décoration des maisons, des magasins de commerce, des hôtels et restaurants ou d’ustensiles de cuisine, ou encore d’habits traditionnels, les produits d’artisanat qui demeurent le témoignage vivant d’un art manuel ancestral sont présents dans le quotidien des Marocains et même des étrangers. Couturiers, potiers, maroquiniers et bien d’autres artisans, contraints de fermer leurs échoppes depuis environ trois mois à cause de l’état d’urgence sanitaire instauré sur fond de pandémie du coronavirus (Covid-19), ont commencé à retrouver des couleurs grâce à la reprise progressive de leur activité pour accueillir à nouveau des clients potentiels qui ont hâtent de se procurer des produits à saveur authentique.

 

Al Alam 
Covid-19: Des experts excluent le risque d’une 2ème vague de contamination

• Le passage à la deuxième étape du « plan d’allègement du confinement sanitaire » intervient après une étude approfondie des autorités concernées en vue de redémarrer l’économie nationale, a indiqué Abdelfattah Chakib, spécialiste des Maladies infectieuses, appelant à respecter scrupuleusement les mesures préventives sous peine de fermeture de toute structure n’appliquant pas le protocole de gestion de la Covid-19 en milieu professionnel. Il a également mis en garde les cafés, restaurants ou encore les hammams contre le non-respect de la distanciation sociale, la distance de sécurité…etc. Les Marocains, qui se sont confinés durant 3 mois, ont fait montre d’un comportement responsable durant cette période de crise, qui nécessite davantage de mobilisation pour réussir à contenir la propagation du coronavirus, a-t-il ajouté dans un entretien.

 

Moncef Slaoui : 30 vaccins en développement, dont deux au stade cliniques

• Plus de 30 vaccins sont en développement pré-clinique, dont deux arrivés au stade des essais cliniques, a souligné le scientifique marocain Moncef Slaoui. En 8 semaines, les chercheurs ont parcouru un chemin qui nécessite d’habitude 3 à 7 ans, a-t-il ajouté dans une déclaration à la presse, notant que « d’ici la fin de l’année nous disposerons de vaccins safe et efficaces, mais il sera impossible de satisfaire le demande mondiale ».

 

Rissalat Al Oumma 
Indice des pays à visiter au moins une fois dans la vie : Le Maroc 48e

• Parmi les pays à visiter au moins une fois dans la vie, le Maroc figure à la 1ère position en Afrique du Nord et au 3ème rang dans le monde arabe. C’est ce qui ressort d’une étude publiée par le magazine américain Ceoworld, qui a élaboré une comparaison entre 67 pays. Le Maroc se classe également 48ème parmi les meilleures destinations touristiques à visiter au moins une seule fois dans la vie, ajoute le magazine, notant que le taux de satisfaction des touristes étrangers vis-à-vis du Maroc est de 50,59%