Revue de presse: les principaux titres développés par vos quotidiens ce jeudi 4 juin

DR.

Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce jeudi

L’Economiste
Frais de scolarité: Les écoles annoncent des concessions

• Aujourd’hui, environ 90% des parents refusent de s’acquitter de leur facture du mois de mai, selon la Fédération marocaine de l’enseignement et de la formation privés (FMEFP). Certains réclament une réduction de 50% des frais, tandis que d’autres revendiquent une exonération totale. Pour les écoles, obligées de continuer à régler les salaires de leurs enseignants et personnels administratifs, 12 mois sur 12, il s’agit là d’une concession impossible. «Nous pouvons dispenser du paiement les familles en difficulté, et offrir une remise de 50% à celles dont l’un des parents a perdu son emploi. Mais ceux dont le revenu n’a pas été impacté doivent s’acquitter de leur facture. La conjoncture nous impose la solidarité», confie Moulay Saïd Messaoudi, président de la FMEFP.

 

Dépistage du Coronavirus: les laboratoires privés veulent se positionner

•. Les laboratoires privés veulent leur part du gâteau du dépistage du Coronavirus. La Chambre syndicale des biologistes a adressé au ministre de la Santé un courrier dans lequel elle propose l’élargissement au secteur libéral du marché des tests de diagnostic de la covid-19. Des tests qui pourraient être réalisés à la demande des médecins du travail, et divers organismes, cliniques, cabinets médicaux… Les biologistes proposent également l’adoption d’un arrêté fixant le «juste» prix de cette prestation.

 

Aujourd’hui le Maroc
Immobilier : Solde sur les droits d’enregistrement

 

• Coup de pouce pour le marché de l’immobilier. Face à la chute des ventes depuis le déclenchement de la pandémie, le gouvernement veut les doper dès la fin de l’état d’urgence sanitaire. Dans ce sens, la tutelle étudie la possibilité d’instituer une réduction de 50% sur les droits d’enregistrement pour les biens immeubles acquis jusqu’à la fin de l’année en cours. La décision de baisser les droits est déjà prise mais il va falloir attendre le visa final du Parlement dans les prochaines semaines. Par ailleurs, le gouvernement s’apprête à reporter les échéances fiscales dans le cadre de la future loi de Finances rectificative. Le but est d’aider à la fois les personnes physiques et morales à faire face aux difficultés économiques et financières.

L’Opinion
Bénéficiaires du Fonds spécial de gestion de la pandémie, jusqu’à quand ?

• La question qui se pose maintenant avec acuité est celle de savoir si les aides de subsistance vont être prolongées au-delà de la période de confinement. Il est un fait en effet que les effets économiques de l’actuelle crise sanitaire ne se dissiperont pas par magie aussitôt l’état d’urgence sanitaire levé. Bien au contraire prédisent les observateurs les plus pessimistes pour lesquels les conséquences économiques désastreuses de la crise pandémique se feront plus ressentir à moyen et long terme. La préparation du déconfinement revient donc aussi à penser des solutions économiques pour ces catégories sociales plus que jamais vulnérables.

 

Les données de 18 millions au Maroc, une aubaine pour les hackers

• Ce sont pas moins de 30.000 dollars qui ont été collectés par des hackers après avoir revendu illicitement sur le marché noir du web 276 millions de comptes Facebook à travers le monde, dont 18 millions au Maroc. Les différentes données personnelles des victimes (leur emplacement géographique, leur situation matrimoniale, leur numéro de téléphone, ou encore leur adresse électronique) achetées par des annonceurs leur permettront de mieux cibler les internautes et de gagner plus d’argent.

 

Al Bayane
Le Maroc entend s’ériger en hub industriel aux portes de l’Europe

•. Disposant d’ores et déjà de plusieurs atouts, le Maroc entend profiter du redéploiement régional des chaînes de valeur à l’œuvre en raison de l’épidémie de Covid-19, pour s’ériger en hub industriel aux portes de l’Europe, souligne le quotidien français « Le Monde ». « Et si l’Europe, désireuse d’atténuer sa dépendance vis-à-vis de l’Asie, se tournait vers le Maroc ? L’idée fait rêver les grands capitaines de l’industrie marocaine. Avec seulement 14 km de mer qui le séparent de l’Espagne, le Royaume se voit devenir une base arrière industrielle de l’Europe », écrit la publication dans un article publié dans sa rubrique « Afrique », sous le titre « Le Maroc se rêve en hub industriel aux portes de l’Europe ». Selon le journal qui cite l’économiste marocain Najib Akesbi, « l’Europe ne peut pas tout relocaliser. Mais une relocalisation dans la région Europe-Méditerranée serait un bon compromis entre les bas coûts de l’éloignement et ceux, très élevés, de la toute proximité ».

 

Laftit: plus de 4.000 opérations de contrôle des unités commerciales et industrielles

• Un total de 4.122 opérations de contrôle des unités commerciales et industrielles ont été menées jusqu’au 31 mai 2020, par les commissions provinciales supervisées par les autorités administratives locales, afin de veiller au respect des mesures sanitaires et préventives, a indiqué le ministre de l’Intérieur Abdelouafi Laftit. Répondant à une question orale à la Chambre des conseillers relative au bilan des mesures mises en place pour lutter contre la propagation du nouveau coronavirus, le ministre a indiqué que lors de ces opérations de contrôle, près de 150 unités contrevenantes ont été sommées de respecter les mesures préventives.

 

Libération
Amekraz et la couverture médicale pour les travailleurs indépendants

• . Le gouvernement est en train de mettre en œuvre une couverture médicale et un régime de retraite au profit des travailleurs indépendants, a indiqué le ministre du Travail et de l’Insertion professionnelle, Mohamed Amekraz. Lors de son exposé devant la Commission de contrôle des finances publiques à la Chambre des représentants, au sujet de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS), Amekraz a affirmé que le projet vise plus de 5 millions de travailleurs indépendants, en plus de leurs ayants droit, ce qui permettra de faire bénéficier un total de près de 11 millions de Marocains. Après la mise en œuvre des lois 98.15 et 99.15 relatives à la couverture sociale et au régime de retraite pour les catégories des professionnels libéraux, des travailleurs indépendants et des personnes non salariées exerçant une activité libérale, sur laquelle le ministère travaille à grande cadence, plus de 90% des Marocains bénéficieront de la couverture sociale, a souligné le Amekraz.

Akhbar Al Yaoum
CNSS: le coronavirus n’arrange pas les choses

• Si la situation de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) est critique depuis bien longtemps, la pandémie de Covid-19 ne fait qu’aggraver la crise. En effet, le directeur général par intérim de la CNSS, Abdellatif Mortaki, a mis en garde contre « l’assèchement des réserves de cette caisse dans les 18 prochaines années ». Lors de son passage devant la commission de contrôle des finances publiques à la Chambre des représentants, Mortaki a indiqué que la CNSS pourrait enregistrer son premier déficit dès 2024, avant de perdre toutes ses réserves en 2038″. Ces prévisions, précise-t-il, sont basées sur une étude établies en 2018 visant l’évaluation du régime actuel des pensions et la proposition de scénarios de réforme, qui sont toujours en cours d’études par le Conseil d’administration de la CNSS.

 

Marrakech: Les kiosquiers refusent de reprendre

• Avant de reprendre leur activité, les kiosquiers de la ville de Marrakech exigent la tenue d’une réunion avec les responsables de la société chargée de la distribution, afin d’examiner des questions qu’ils jugent « importantes », qui préoccupent les professionnels du secteur. Ainsi, l’Association casablancaise des vendeurs de journaux et de magazines et l’Association des vendeurs de journaux et de magazines à Rabat ont demandé à tenir une réunion avec le Directeur Général du Groupe Sapress-Sochepress pour traiter 4 principaux points. Il s’agit des modalités de règlement des factures des kiosquiers, les problèmes liés à la distribution, les effets négatifs des formules d’abonnement et les problèmes vécus par les professionnels dépourvus de toute forme de soutient depuis la suspension de la vente des journaux et magazines en papier dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire observée au Maroc.

Al Massae
Hausse spectaculaire des cas de guérison de Covid-19

• Les cas de guérison de l’épidémie du coronavirus ont enregistrée une flambée ces derniers 4 jours, en dépassant 1.000 cas avec un taux de rémission avoisinant les 84%. Le nombre de cas actifs a, pour sa part, fortement baissé, atteignant 1.061 cas. Ces données font suite à la modification du protocole de prise en charge depuis la dernière semaine du mois de Ramadan. En effet, la durée de prise en charge avait été réduite à 10 jours au lieu de 20 jours auparavant. Aussi, si auparavant, après deux tests PCR négatifs, réalisés à 48 heures d’intervalle, le patient devait rester 14 jours en confinement à l’hôpital. Aujourd’hui, le malade peut rester en isolement chez lui. Ce qui a permis de décongestionner les hôpitaux afin qu’ils puissent traiter les autres pathologies.

 

Al Ahdath Al Maghribia
Justice: dernières retouches pour une transformation digitale

•. Le ministre de la Justice, Mohamed Benabdelkader, a indiqué que son département apporte les dernières retouches au schéma directeur de transformation numérique du système judiciaire, qui sera dévoilé officiellement dans les prochains jours. Dans un exposé devant la commission de la justice, de la législation et des droits de l’Homme à la Chambre des représentants sur les mesures prises par le ministère pour faire face à la propagation du coronavirus, Benabdelkader a souligné que le dispositif des procès à distance lancés le 27 avril, en coordination avec le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ), la Présidence du ministère public, l’association des barreaux et la Délégation générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR), est la première étape du déploiement du schéma directeur de transformation numérique du système judiciaire, en cours d’élaboration par son département avant de faire l’objet de concertations avec divers acteurs. Il a à cet égard souligné la nécessité de capitaliser sur les acquis de l’expérience des procès à distance pour s’engager dans un projet plus global qui ne se limite pas à la révision du Code de procédures civile et le Code de procédure pénale.

 

La justice espagnole inflige un nouveau revers au « Polisario »

• . La justice espagnole a infligé un nouveau revers au Polisario et à ses sympathisants en prohibant l’utilisation de ses slogans et de ses bannières dans les lieux publics, écrit le journal bahreïni Akhbar Al khalij. Dans un article publié, mercredi, sur son portail électronique, le journal souligne que la Cour suprême espagnole, la plus haute juridiction du pays, a interdit l’utilisation temporaire ou permanente de toute bannière non officielle ou expression politique tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des édifices publics. La décision de la cour suprême constitue une autre déroute du Front du Polisatio qui perd de plus en plus du terrain sur la scène espagnole.

 

Al Alam
Déconfinement: Optimisme prudent

• . Hausse substantielle du nombre de rémissions, baisse en termes de nouveaux cas détectés en plus de la limitation des foyers de contamination. Ce sont là des indicateurs sur une levée très proche du confinement. Par ailleurs, les experts préviennent, pour leur part, qu’il est impossible de contrôler définitivement l’épidémie. Ce qui laisse place à un optimisme prudent. Dans ce sens, le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, a indiqué qu’il n’est pas question de lever les mesures de l’état d’urgence sanitaire avant le 10 juin bien que certaines mesures aient été prises. Le ministre a appelé les citoyens à respecter les mesures préventives en vigueur en attendant de prochaines décisions.