Les Unes de vos journaux, ce vendredi 12 juin

2452
DR.

Lutte contre la corruption,, programmes d’appui social, la vaccination des enfants stoppée, les banquiers et assureurs pointés du doigt… Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce vendredi:

Le Matin
L’Instance nationale de la probité, de la prévention et de la lutte contre la corruption renforcée

• Le Conseil de gouvernement, réuni à Rabat sous la présidence du Chef du gouvernement, Saâd Dine El Otmani, a approuvé, le projet de loi n ° 46.19 relatif à l’Instance Nationale de la Probité, de la prévention et de la Lutte contre la Corruption, en prenant en compte les observations soulevées à ce sujet. Ce projet de loi s’inscrit dans le cadre de la mise en oeuvre des dispositions de la Constitution, notamment l’article 167, en renforçant la place de l’Instance nationale de la probité, de la prévention et de la lutte contre la corruption en tant qu’institution nationale de gouvernance, qui exerce ses fonctions, dans un cadre de coopération, de complémentarité et de coordination institutionnelle et fonctionnelle avec les autorités, les institutions et les autres instances du système national de lutte contre la corruption, a indiqué le ministre de l’Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, porte-parole du gouvernement, Saaid Amzazi, dans un communiqué lu à l’issue de cette réunion.

 

Le projet de loi relatif au ciblage des bénéficiaires des programmes d’appui social adopté

• La Commission de l’Intérieur, des collectivités territoriales et des infrastructures à la Chambre des conseillers a adopté le projet de loi 72.18 relatif au dispositif de ciblage des bénéficiaires des programmes d’appui social et à la création de l’agence nationale des registres, lors d’une réunion tenue en présence du ministre délégué auprès du ministre de l’Intérieur, Noureddine Boutayeb. La Commission a apporté une série d’amendements à ce projet de loi qui a été approuvé avec 11 voix favorables et aucune voix contre, alors que deux conseillers se sont abstenus. Le texte vise à mettre en place un système national d’inscription des familles et des personnes désireuses de bénéficier des programmes d’appui social, supervisés par les administrations publiques, les collectivités territoriales et les organismes publics par le biais d’un registre social unifié, d’un registre national de la population et d’une agence nationale des registres chargée de gérer le dispositif.

 

L’Economiste
60% des enfants ne se seraient pas fait vacciner !

•  «Plus de 60% de nos enfants ne sont pas partis se vacciner durant le confinement», a relevé Jaâfar Heikel, vice-président de la Fédération nationale de santé (FNS). Une situation alarmante, car le cumul de retards pourrait engendrer des vagues de maladies graves, surtout du côté des enfants de moins de 18 mois. La charge du système de santé n’en serait qu’alourdie. Le ministère de la Santé a déjà commencé une campagne de sensibilisation à ce sujet. Les parents doivent donc agir sans plus attendre. Les professionnels de santé redoutent déjà un rush de malades de pathologies chroniques.

 

Assureurs et banquiers critiqués pour leur manque de solidarité

• Les compagnies d’assurance et les banques ont été vivement critiquées au Parlement lors de l’intervention du chef du gouvernement mercredi dernier. Les groupes parlementaires du PJD et du PAM leur reprochent leur manque de solidarité en ces temps de crise sanitaire. Les mesures entreprises par les assureurs, «comme les bonus », ont été jugées insuffisantes. Quant aux frais bancaires dus pour le rééchelonnement des crédits, ils ont été dénoncés par les parlementaires de la majorité et de l’opposition. Certains consommateurs ont dû payer en un seul mois 600 DH de frais bancaires !

 

Aujourd’hui le Maroc
Les auto-entrepreneurs plus que jamais pénalisés

• Les auto-entrepreneurs, dont le revenu est journalier, ont été fortement impactés par la crise et se trouvent, aujourd’hui, dans une situation précaire. Et c’est dans cette optique que l’ensemble des membres de l’association «Union des auto-entrepreneurs Bidaya» demandent au gouvernement de trouver une solution pour la reprise réelle de leurs activités. Parmi les autres doléances, l’accélération de la mise en place d’une couverture sociale des auto-entrepreneurs et le vote de la loi du crowdfunding. A travers une lettre ouverte adressée au gouvernement, les représentants de l’association formulent une requête claire: levée de l’obligation de présentation d’une autorisation exceptionnelle de déplacement sans remettre en cause les mesures de sécurité et sanitaires imposées dans le cadre de la lutte contre la Covid-19.

 

Économie verte: lancement de l’appel à projets « Ecostart ».

• Le ministère de l’Industrie, du Commerce, de l’Economie Verte et Numérique a annoncé le lancement de l’appel à projets verts Ecostart, portant sur l’accompagnement des entrepreneurs spécialisés dans l’économie verte. S’inscrivant dans le cadre du programme Taahil Al Mokawalat TAM III, cet appel à projets est initié en partenariat avec l’Agence de Coopération Internationale allemande (GIZ) et le programme Maroc-Union européenne (UE) d’appui à la compétitivité et à la croissance verte (PACC), indique un communiqué du ministère. L’initiative Ecostart, mise en œuvre par l’Agence Maroc PME et l’Agence Marocaine pour l’Efficacité énergétique (AMEE), a pour objectif d’offrir un accompagnement entrepreneurial d’une durée de 3 mois à 50 entrepreneurs en phase d’amorçage et spécialisés dans l’économie verte, ajoute le communiqué.

 

L’Opinion
CNSS: les travailleurs domestiques face à l’adversité et la précarité de l’emploi

• La volonté de sortir l’emploi domestique de l’informel existe bien chez les autorités de tutelle. Mais cette volonté bute sur la réalité où l’on retrouve par exemple des personnes qui s’activent chez plusieurs familles à la fois. Une femme de ménage ou un jardinier ne se suffisent pas d’un salaire unique, à fortiori, modique et souvent à temps partiel. Bien que la déclaration des travailleurs domestiques à la CNSS est devenue obligatoire, la majorité continue de travailler au noir, se résignant à la précarité de son statut aggravée et révélée par la crise du coronavirus.

 

30.000 personnes piquées par des scorpions chaque année

• Au Maroc, les piqûres de scorpion sont un véritable problème de santé public. Chaque année environ 30.000 cas sont enregistrés. Selon les données épidémiologiques établies par le Centre Anti-Poisons du Maroc (CAPM), l’intoxication par piqûre de scorpion occupe la première place parmi les différentes intoxications (30%). La piqûre de scorpion est particulièrement dangereuse chez l’enfant. Les régions les plus touchées par ce fléau sont les provinces du centre et du sud du Maroc : Agadir, Safi, Beni Mellal, Essaouira, Kalaâ Sraghna, Khouribga, Marrakech et Tiznit. Les piqûres de scorpions se font plus fréquentes durant les mois chauds avant 9h et après 18h car les scorpions n’aiment pas la chaleur du soleil et vont donc se cacher dans les endroits humides et obscurs.

 

Al Alam
Dakhla: 2,25 MMDH de débarquements de poissons

• Plus de 605,34 millions tonnes de poissons, d’une valeur globale d’environ 2,25 milliards de dirhams (MMDH), ont été débarqués en 2019 au port de Dakhla, selon des données fournies par la délégation des pêches maritimes. Il s’agit d’une hausse de 0,82 % en valeur et 2,93 % en poids par rapport à 2018, année où le volume global des débarquements des produits de la pêche avait atteint environ 587,58 millions tonnes, pour une valeur de plus de 2,23 MMDH. Le volume des sardines débarquées l’an dernier a enregistré un total de 200.000 T, avec des transactions s’élevant à 341 MDH.

 

Al Ahdath Al Maghribiya
Près de 18,5 millions de masques de protection ont été exportés vers 11 pays

• Près de 18,5 millions d’unités de masques de protection ont été exportées par 69 entreprises vers 11 pays répartis sur les quatre continents, annonce le ministère de l’Industrie, du commerce, de l’économie verte et numérique. Ce chiffre a été enregistré depuis l’autorisation d’exportation des masques de protection (en tissu tissé et non tissé) le 21 mai 2020 jusqu’au 8 juin, a indiqué le ministère dans un communiqué, précisant que les masques en tissu tissé représentent 77% de ces exportations, contre 23% en tissu non-tissé. L’exportation des masques, autorisée après avoir assuré l’autosuffisance nationale en la matière, a concerné l’Europe, en premier lieu, notamment la France avec 33,6% des exportations, suivie du Portugal avec 28,5%, puis de l’Espagne avec 14,6%, a fait savoir le ministère. Et d’ajouter que d’autres pays d’Afrique, d’Amérique Latine et d’Asie ont également importé les masques de protection fabriqués au Maroc.

 

Crise pandémique: la région du nord mise sur le tourisme interne

• Après avoir constaté les lourdes pertes subies par le secteur du tourisme, les Centre régionaux du tourisme (CRT) essayent tant bien que mal de minimiser les retombées dévastatrices de la crise pandémique sur le secteur en se tournant vers le tourisme interne. «Jusqu’à fin juin, les nuitées enregistreront des pertes dépassant les 25% en comparaison avec la même période un an auparavant. Si le secteur reprend son activité en juillet le manque à gagner se chiffrera alors à plus de 55%», a dit Souhail Khaless, secrétaire général du CRT de la région du nord.