Les principaux titres de vos quotidiens de ce jeudi 2 avril 2020

DR.

Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce jeudi qui tournent essentiellement autour du coronavirus…

Le Matin 
Coronavirus: El Youbi juge « prématuré » d’établir une évaluation sur la Chloroquine.

• Le directeur de l’épidémiologie et de la lutte contre les maladies au ministère de la Santé, Mohamed El Youbi, a jugé mercredi « prématuré » d’établir une évaluation sur l’efficacité de la Chloroquine dans le traitement du nouveau Coronavirus. »Il est prématuré de dire que les résultats de la Chloroquine seraient concluants », a déclaré El Youbi dans un entretien à la presse, se disant ravi de voir le nombre de guérisons augmenter pour atteindre 10 cas pendant la seule journée de mardi. Le ministère de la Santé, a-t-il dit, est en train d’analyser avec finesse toutes les données pour établir un lien entre, d’une part, le début d’utilisation du protocole basé sur la Chloroquine et les médicaments associés et, d’autre part, l’augmentation du nombre de guérisons. Le directeur a d’autre part indiqué ne pas s’attendre à un grand recours à l’automédication par chloroquine « parce que son utilisation a été réglementée ». “La prescription et la délivrance de ce médicament obéissent à un certain nombre de critères”, a-t-il expliqué.

 

Confinement: l’audience TV explose.

•  Coronavirus et confinement obligent, les Marocains ont regardé en moyenne 5 heures et 59 minutes par jour la télévision au mois de mars. C’est en tout cas ce que révèlent les chiffres de l’étude Marocmétrie diffusés par le Centre interprofessionnel d’audience des médias (CIAUMED), durant la semaine du 18 au 24 mars. Il faut dire que la durée d’écoute quotidienne du média TV a progressé de 85 minutes et frôlé les 6h par individu de 5 ans ou plus (5h59 contre 4h34 la semaine du 11 au 17 mars). En effet, les chaînes nationales ont enregistré des taux d’audiences records. D’ailleurs, la première chaîne a progressé sur une semaine de 7 points (de 49,9% à 56,7%) sur la cible extra-large des 5 ans ou plus. L’audience cumulée de 2M a pour sa part augmenté de 4,5 points (de 61,8 à 66,3%), Al Maghribia, (de 22,8% à 28,4%) et autres chaînes SNRT (22,8% à 27,5%).

 

La délinquance en chute libre.

•  Depuis le début du confinement, le vendredi 20 mars, la délinquance a enregistré une baisse notable. C’est du moins la remarque qu’ont faite les policiers avec lesquels ALM s’est entretenu par téléphone. Certes, il n’y a pas de chiffres officiels qui confirment cette baisse, a précisé une source policière exerçant à la préfecture de la sûreté à Casablanca qui a choisi de garder l’anonymat, mais la proportion tendrait vers 99% par rapport à la situation normale. En effet, la mobilisation des corps de la police, de la gendarmerie royale, des Forces auxiliaires et des agents de l’autorité publique à travers les quatre coins de notre pays afin de faire respecter le confinement a dissuadé les malfaiteurs de passer à l’acte.

 

L’Economiste
Le plan pour contrer la pénurie des masques

• La pénurie actuelle de masques de protection est suivie par les plus hautes autorités du pays comme la disponibilité d’autres moyens de protection : blouses, casaques, gels hydroalcooliques… Une dizaine d’usines spécialisées dans la fabrication de tissu se sont lancées dans la fabrication de masques de protection. Le tissu non tissé est cette matière à partir de laquelle sont fabriqués les sacs de caisse. Pour faire face à la pénurie des masques, l’Institut marocain de normalisation (Imanor) a dû publier une norme «inspirée des standards internationaux dont la norme française, publiée il y a une semaine». Deux entreprises sont pour l’instant certifiées par Imanor: Micagricol à Casablanca et IKS à Marrakech pour une durée d’un mois.

Equipement: l’après crise encore plus critique

•  La pandémie du Covid-19 est une véritable onde de choc pour les équipementiers, comme pour le reste de l’écosystème automobile. Le secteur est doublement impacté, d’abord par l’arrêt d’activité des constructeurs et aussi par la crise économique imposée par ce fléau mondial. En effet, la plupart d’entre eux sont actuellement à l’arrêt, à cause de la suspension de l’activité des constructeurs installés au Maroc, Renault Tanger, Somaca et PSA à Kénitra, et celle de la grande majorité des usines automobiles du sud de l’Europe. Cette pause forcée n’inquiète pas trop les opérateurs, indiquent certains d’entre eux contactés par L’Economiste. «Des plans sont mis en place pour la reprise de la production, avec des procédures bien ficelées, même si pour certains l’opération risque d’être tendue”, explique le directeur d’une usine de la Zone franche de Tanger, TFZ

Libération 
Covid-19: mesures de Banque Populaire au profit des entreprises impactées.

•  La Banque Populaire a annoncé la mise en place des mesures exceptionnelles au profit des entreprises impactées par la pandémie du Coronavirus. Dans le cadre de son accompagnement des entreprises impactées par la pandémie du Coronavirus (COVID-19), la Banque Populaire a mis en place des mesures exceptionnelles afin de leur permettre de faire face à leurs problèmes de trésorerie, indique la Banque dans un communiqué. Il s’agit d’un report jusqu’au 30 juin 2020 des échéances fixes et ce sans pénalités de retard et d’une ligne additionnelle de trésorerie, sous forme de crédit in fine à échéance au 31 décembre 2020, destinée à couvrir jusqu’à 3 mois de charges courantes (le versement des salaires, le règlement des fournisseurs, le paiement de loyer, etc), relève la même source.

 

Al Alam 
Démantèlement des marchés informels à Casablanca.

• Les autorités publiques ont procédé à Casablanca au démantèlement des marchés informels pour éviter tout rassemblement des populations et contenir la propagation du Coronavirus. Ainsi, une campagne d’envergure a été lancée dans le but de démolir ces marchés, devenus des milieux propices à la contamination par le Covid-19 surtout que les personnes qui s’y rendent ne respectent nullement les mesures d’hygiène dictées. Cette opération vise entre autres à libérer l’espace public des vendeurs ambulants qui circulent dans les rues de la capitale économique.

Al Ahdath Al Maghribia 
Coronavirus: les tests de dépistage se multiplient

•. Des sources bien informées ont révélé que le nombre quotidien de tests de dépistage du Covid-19 est passé de 60 à 150 analyses durant les deux derniers jours. Ces analyses sont réalisées par l’Institut Pasteur de Casablanca, le laboratoire de l’Hôpital d’Instruction Militaire Mohammed V et l’Institut national d’Hygiène. La RT-PCR est la technique la plus utilisée par les virologues pour détecter le coronavirus, ajoutent les mêmes sources, notant que le maque de médecins et des virologues serait derrière l’incapacité des autorités à augmenter le nombre d’analyses Covid-19. • L’Ordre national des ingénieurs pour le maintien des chantiers de construction. L’Ordre national des ingénieurs et les conseils régionaux sont pour le maintien des chantiers de construction, et ce, malgré l’état d’urgence sanitaire. Lors d’une réunion avec la ministre de l’aménagement du territoire national, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville, Nouzha Bouchareb, les présidents de l’Ordre national des ingénieurs et des conseils régionaux se sont engagé a respecter les mesures entreprises par le gouvernement pour lutter contre la crise sanitaire. Ils ont jugé impératif de sensibiliser les travailleurs à l’application des mesures d’hygiène pour juguler la propagation du coronavirus.

 

Bayane Al YAoum 
Mesures d’accompagnement au profit des EEP

• Pour accompagner les Établissements et entreprises publics (EEP) face aux impacts de Coronavirus, le ministère de l’Économie, des Finances et de la Réforme de l’administration vient d’annoncer, dans une circulaire, la mise en place, à titre provisoire et exceptionnel, d’une série de mesures de souplesses dans la gestion pendant la période de l’état d’urgence sanitaire liée à la pandémie du coronavirus (Covid-19). Ces mesures portent sur les budgets des EEP au titre de l’exercice 2020, l’engagement des dépenses d’investissement et de fonctionnement, le paiement des dépenses des établissements publics soumis au contrôle préalable et spécifique, les comptes des établissements publics au titre de 2019, outre les mesures dérogatoires concernant la conclusion et l’exécution des marchés, précise le ministère dans cette circulaire.

 

30 avril, dernier délai pour renouveler l’assurance automobile.

•  La Fédération marocaine des sociétés d’assurances et de réassurance (FMSAR), après concertation avec l’Autorité de contrôle des assurances et de la prévoyance sociale (ACAPS), a annoncé que les assurés, dont les polices arrivent à échéance entre le 20 mars (jour d’entrée en vigueur de l’état d’urgence sanitaire) et le 30 avril, peuvent renouveler leur assurance automobile selon un délai exceptionnellement large, soit jusqu’au 30 avril auprès de leurs intermédiaires habituels. Au renouvellement, l’assuré recevra son attestation d’assurance comme s’il l’avait renouvelée à due date et paiera la prime pour l’ensemble de la période considérée, indique la FMSAR dans un communiqué, soulignant que l’assurance automobile est une assurance obligatoire qui doit être maintenue pendant la période d’urgence sanitaire qui vise à lutter contre la propagation de la pandémie du nouveau coronavirus (Covid-19).

 

Al Massae 
RAM: réduction des salaires des pilotes de ligne de 30%

• La dernière décision de Royal air Maroc (RAM) de procéder à des retenues salariales sur le salaire mensuel net suscite des réactions au sein de la compagnie. L’Association marocaine des pilotes de ligne (AMPL) a d’ailleurs réagi, dénonçant une décision « illégale », car prise « sans le consentement des salarié ni de leurs représentants ». Cette décision « ne fait référence ni à une décision gouvernementale ni à aucun texte réglementaire », expliquent les pilotes de ligne. Car, disent-ils, l’architecture de la fiche de paie PNT entraîne mécaniquement une baisse de salaire conséquente: soit plus de 40% de réduction liée à la baisse d’activité. A cette réduction du salaire, s’ajouteraient aussi les 30% annoncés, ce qui « feraient subir de fait aux PNT une baisse du salaire mensuel moyen de presque 60% comparé à l’année 2019 », explique l’AMPL.