Les principaux titres de vos quotidiens ce mardi 20 avril

3676

Un plan de relance et de promotion pour la destination Maroc, la BAD mobilise 300 millions d’euros en faveur de l’ONCF, recul de l’investissement de 10,5%, recensement des coopératives et leurs unions au Maroc, appel pour se fournir en vaccins américains… Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce mardi:

 

Le Matin
Le Maroc plaide pour une approche respectueuse de l’environnement

• Le Maroc a plaidé, jeudi à Rome, pour une conciliation entre l’adoption des approches respectueuses de l’environnement et une production suffisante pour répondre aux besoins grandissants d’une population mondiale en croissance continue. Intervenant dans le cadre des réunions organisées par le Groupe d’amis pour le Sommet des Nations Unies sur les système alimentaires (GoFFSS), l’ambassadeur, représentant permanent du Maroc auprès des agences onusiennes à Rome, Youssef Balla a souligné la nécessité de l’amélioration des pratiques agricoles grâce à des solutions technologiques, tenant compte des changements climatiques pour la gestion de l’eau et des sols, et surtout adaptées aux besoins locaux et accessibles aux petits exploitants et PME.

 

L’Economiste
Tourisme: un plan de relance et de promotion de la destination Maroc

• «Des millions de touristes potentiels veulent recommencer à voyager avec des aspirations renouvelées et surtout de nouveaux usages», précise l’Office national marocain du Tourisme (ONMT). C’est dans ce contexte difficile, «délicat, mais prometteur», que le directeur général de l’ONMT, Adil El Fakir, compte dévoiler le Plan de relance et de promotion de la destination Maroc ainsi que le nouveau dispositif marketing et commercial tant au niveau international, national qu’ institutionnel. Il faut dire que l’appétence des touristes à voyager et à se divertir est exceptionnelle en 2021. La logique veut que la phase finale des campagnes de vaccination soit suivie d’une immunité collective internationale vers les mois de mai et juin. A partir de là, les passeports sanitaires seront le sésame des déplacements nationaux et internationaux.

 

Finances publiques : l’investissement recule de 10,5%

• Contrairement aux attentes des entreprises pour lesquelles la commande publique est un moteur important, l’investissement du budget général est en retrait au premier trimestre. Il a baissé de 10,5% s’établissant à 19,3 milliards de DH. Le taux de réalisation par rapport aux prévisions de la loi de Finances est de 28,4%. En attendant l’accélération de l’investissement, les dépenses du budget général à fin mars sont marquées par une hausse de la compensation et des frais du personnel. Tirée par la hausse du cours du gaz butane, la compensation a pris 6,7% s’établissant à 4,6 milliards de DH alors que les charges du personnel ont augmenté de 4,1% atteignant 35,7 milliards de DH. C’est du moins ce qui ressort de la situation des charges et ressources du Trésor publiée par le ministère des Finances.

 

Aujourd’hui le Maroc
Bientôt des médecins étrangers au Maroc ?

• Les médecins étrangers sont très rares au Maroc. Et pour cause, l’exercice de la médecine au Royaume est fortement encadré offrant un quasi monopole aux médecins locaux. Si le Maroc compte aujourd’hui s’ouvrir sur des compétences étrangères, c’est principalement parce que le pays fait face depuis des décennies à un déficit chronique en matière de ressources humaines dans le domaine médical. Les chiffres sont édifiants. Il y a trois ans, les autorités dénombraient seulement 25.000 médecins (secteurs public et privé), soit 7,3 médecins pour 10.000 habitants. Pourtant, la norme fixée par l’OMS prévoit 1 médecin pour 650 habitants. Il existe également un autre problème auquel le pays fait face. Il s’agit bien évidemment de l’iniquité dans la répartition géographique de ressources humaines.

 

Combien de coopératives au Maroc ?

• L’Office du développement de la Coopération (ODCO) a annoncé la réalisation, au cours de l’année 2021, d’un recensement général des coopératives et leurs unions au Maroc, sous l’égide du ministère du tourisme, de l’artisanat, du transport aérien et de l’économie sociale. Ce recensement vise à collecter toutes les données pertinentes relatives aux coopératives, notamment leurs situations administratives et comptables, modes de gouvernance, gestion des ressources humaines, investissements, production, logistique et commercialisation, communication, programmes d’appui et difficultés rencontrées, indique un communiqué de l’ODCO. Cette opération de grande envergure trouve ses fondements dans l’élan que connaît le secteur des coopératives dont le nombre est passé de moins de 3.000 en 1998 à plus de 30.000 à fin 2020.

 

Maroc le Jour
La BAD mobilise 300 millions d’euros en faveur de l’ONCF

• Grâce à ses financements doublés d’un accompagnement technique, la Banque africaine de développement (BAD) soutient la modernisation du secteur ferroviaire au Maroc et contribue à l’amélioration de la mobilité des populations et de la compétitivité logistique du Royaume. La BAD a ainsi mobilisé 300 millions d’euros en faveur de l’Office national des chemins de fer (ONCF) pour financer le projet d’augmentation de la capacité de l’axe ferroviaire Tanger-Marrakech, indique un communiqué de la BAD. Ce financement a permis aussi d’augmenter le nombre de voies ferrées, de moderniser la signalisation, de bâtir de nombreux ouvrages comme la gare dernière génération de Casa-Port ou encore de construire le poste central de commande de la signalisation.

 

L’Opinion
Troisième vague du Covid-19: relancer le dépistage massif par la gratuité des tests?

• Le spectre d’une troisième vague plane sur le Maroc au moment où la courbe épidémiologique semble trouver un nouvel élan. Alors que le variant anglais ne cesse de se propager, le dépistage massif n’a jamais été aussi nécessaire. Pourtant, le nombre de tests par jour est en chute libre depuis le mois de décembre dernier. De son côté, l’autorité publique sanitaire tente d’encourager les citoyens à le faire en proposant des tests PCR rapides gratuits dans les structures hospitalières, sans y parvenir vraiment. Le secteur privé reste quant à lui quasi inabordable à cause du coût élevé des tests qui ne sont toujours pas remboursables par la Sécurité sociale, quoique l’ANAM ait fixé le prix de référence à 450 dirhams.

 

Publication en anglais du guide du foncier industriel de la région Souss-Massa.

• Le Centre Régional d’Investissement (CRI) Souss-Massa, vient de publier en anglais le guide du foncier industriel de la région. Clair, détaillé et disponible en ligne, ce guide se veut un outil au service des investisseurs, déjà installés ou désireux d’entreprendre dans la région, et qui sont à la recherche de terrains industriels de qualité, d’infrastructures logistiques de pointe et de main d’œuvre qualifiée et expérimentée, indique un communiqué du CRI. En plus de présenter les atouts professionnels de la région et sa qualité de vie, l’ouvrage est un véritable catalyseur des objectifs du Plan d’Accélération Industrielle du Souss-Massa avec un panorama détaillé des potentialités de 12 grandes zones industrielles, agrémentées de cartes, de plans de masse et de détails techniques et financiers.

 

Al Bayane
La COMADER réfute les déclarations sur la qualité du blé marocain

• La Confédération marocaine de l’Agriculture et du développement rural (COMADER) a réfuté, mercredi, les déclarations quant à la qualité du blé marocain et du pain consommé par les Marocains. « C’est avec un grand étonnement que la COMADER a pris connaissance des déclarations irresponsables qui ont trait à la qualité du pain consommé par les marocains », indique un communiqué de la Confédération qui, « vu la gravité de ces déclarations et leur caractère fallacieux et calomnieux », a tenu à apporter au grand public des éclaircissements. « Ces déclarations remettent en cause sans aucun fondement les efforts fournis par les agriculteurs marocains en général et les petits d’entre eux en particulier, tout en sachant que la culture des céréales représente la principale source de leurs revenus », déplore la même source.

 

Al Massae
Parlement: le dossier des retraites des conseillers parlementaires tranché ?

• La commission des finances et du développement économique à la Chambre des représentants s’apprête à décider, aujourd’hui, du sort de 13 milliards de centimes, qui seront distribués à environ 160 personnes, en se prononçant sur la proposition de loi relative à la suppression et à la liquidation des pensions des membres de la Chambre des Conseillers. Selon une étude réalisée par la CDG, les réserves du régime de retraite de la Chambre des conseillers s’élèvent à 129,66 millions de dirhams, soit environ 13 milliards de centimes, dont 4 milliards sont une contribution à l’Etat. La proposition, qui intervient après avoir tourné la page des pensions des représentants parlementaires,a, à son tour, suscité beaucoup de controverse après avoir inclus des dispositions stipulant que le solde de réserve de la Chambre des conseillers doit être réparti entre les conseillers actuels et anciens.

 

Le Parlement se penche sur le secteur informel

• Après le drame de 28 morts survenu dans un atelier de textile à Tanger, le Parlement devra se pencher sur des sites classés dans le secteur informel. Ainsi, la Chambre des représentants a donné son feu vert pour la constitution d’une mission d’enquête réclamée par le groupe istiqlalien afin d’examiner la situation des chantiers classés dans le secteur informel, qui constitue 30% du PIB, soit plus de 30 milliards de dirhams, et affecte largement le marché du travail et le tissu productif. Cette mission, dont la Chambre des représentants a commencé à sélectionner ses membres, se rendra notamment dans les villes de Casablanca, Fès, Marrakech et Tanger. Elle a notamment pour but d’identifier les difficultés, les contraintes et les défis auxquels font face les usines concernées afin de les intégrer dans le secteur formel. Elle cherche également à connaître les mesures qui doivent être prises pour traiter leur situation et les alternatives proposées pour assurer leur intégration dans l’économie formelle.

 

Al Yaoum Al Maghribi
2020, année la plus chaude jamais enregistrée au Maroc

•. L’année 2020 a été la plus chaude jamais enregistrée au Maroc devant respectivement 2017 et 2010, indique lundi la Direction générale de la Météorologie. L’année 2020 est l’année la plus chaude jamais enregistrée au Maroc devant respectivement 2017 et 2010, avec une anomalie de température moyenne annuelle nationale de +1,4°C par rapport à la normale climatologique sur la période 1981-2010, précise la Direction dans un communiqué relatif à la ‘’synthèse du climat au Maroc en 2020’’. Le climat du Maroc en 2020 a été marqué par des températures minimales et maximales annuelles anormalement chaudes et par un déficit pluviométrique presque généralisé sur l’ensemble du territoire.

 

Al Alam
Le gouvernement appelé à commander le vaccin américain

• Sur fond du conflit mondial qui fait rage sur les vaccins anti-Covid-19, Azzeddine Ibrahimi, directeur du laboratoire de biotechnologie de la faculté de médecine et de pharmacie de Rabat, a souligné la nécessité de faire des efforts pour obtenir les vaccins américains, en particulier Johnson & Johnson, Pfizer et Moderna. Ibrahimi a estimé sur Facebook qu’il est temps de s’activer pour obtenir les vaccins américains « qui seront bientôt disponibles », constatant que la logistique marocaine a beaucoup progressé au cours de ces derniers mois, ce qui permettra d’utiliser les vaccins américains au Maroc. Ibrahimi, membre du comité technique et scientifique, a mis l’accent sur le rôle majeur que devront jouer « tous nos lobbies », nos compétences et nos connaissances afin de relever ce défi”, soulignant l’importance majeure de « rester fidèle à notre approche pragmatique », afin de pouvoir faire face à toute nouveauté sur le marché des vaccins contre les variants de coronavirus.

 

La campagne agricole 2020-2021 bien partie

• C’est ce qui peut ressortir du communiqué du ministère de l’Agriculture, qui s’est basé sur plusieurs indicateurs dont les plus importants sont l’impact positif des précipitations, l’accroissement des réserves de barrages à vocation agricole et l’augmentation de la superficie cultivée. Selon ce communiqué, les pluies importantes et généralisées enregistrées ces derniers mois ont eu un impact très positif sur l’évolution de la campagne agricole, à travers notamment l’amélioration du couvert végétal et de la situation de l’arboriculture fruitière. Le cumul pluviométrique moyen national au 13 janvier 2021 s’est élevé à 180,6 mm, en hausse de 50% par rapport à la campagne précédente (120,3 mm) à la même date et de 5% par rapport à la moyenne des 30 dernières années (172,2 mm), selon la même source.

 

Rissalat Al Oumma
Le gouvernement déclare la guerre aux «déchets électroniques»

• Le gouvernement s’apprête à durcir le contrôle de la collecte, du transport et de l’élimination des déchets polychlorobiphényles (PCB), polluants organiques persistants ayant conduit la communauté internationale, depuis le sommet de la Terre tenu en 1992 à Rio, à prendre des mesure juridiques contraignantes en vue de la réduction et de l’élimination de leurs rejets dans l’environnement. À cet égard, le ministère de l’Énergie, des Mines et de l’Environnement a affirmé dans un projet d’arrêté, dont la publication au Bulletin officiel est prévue dans les jours qui viennent, qui détermine les caractéristiques propres à la collecte, au transport et au stockage des déchets « PCB », ainsi que les conditions de leur traitement et de leur élimination.