Les principaux titres de la presse quotidienne de ce mercredi 31 mars

2237

Les enseignants en grève dès la semaine prochaine, Hausse injustifiée des prix de l’alimentation de volaille, Covid-19: le ministère de la Santé appelle à redoubler de vigilance, Les ravages de la pandémie sur l’industrie marocaine du sport, Le Maroc ambitionne de devenir grand producteur de vaccin…Voici quelques-uns des principaux titres développés par la presse nationale ce mercredi:

Al Massae
Les professeurs cadres des académies de l’éducation en grève la semaine prochaine

La Coordination de ces enseignants a décidé d’organiser de nouvelles grèves, à partir de la semaine prochaine. Les professeurs relevant des académies régionales de l’éducation quitteraient les salles de classe et descendraient dans la rue pour exprimer leur colère contre le ministère de l’Éducation nationale, qui n’a pas encore répondu à la demande de leur intégration complète dans la fonction publique. En plus d’autres moyens d’action, ces cadres des académies de l’éducation, ont décidé d’observer une grève les 5, 6, 7 et 8 avril, tout en organisant des sit-in devant les académies régionales. La coordination a également décidé de mener une grève les 22 et 23, et 24 du même mois, tout en organisant des manifestations dans plusieurs villes.

Al Alam
Alimentation des volailles: Hausse injustifiée des prix

L’Association nationale des éleveurs de volailles a publié un communiqué dénonçant les hausses successives du prix des aliments pour poulets durant l’année 2020 et au début de 2021, alors que le pays traverse une crise étouffante en raison de la pandémie de Coronavirus et ses répercussions négatives sur l’économie. Elle a souligné que les éleveurs de poulets de chair ont subi d’énormes pertes financières, à cause notamment de la conjoncture sanitaire, du fait du confinement sanitaire durant toute l’année 2020 et le début 2021 qui a réduit la consommation des viandes à cause de l’érosion du pouvoir d’achat des consommateurs.

Le Matin
Covid-19: le ministère de la Santé appelle à redoubler de vigilance

C’est ce qui ressort de la déclaration hier du chef de la division des maladies transmissibles à la direction de l’épidémiologie et de lutte contre les maladies au ministère de la Santé, Abdelkrim Meziane Belfkih. Présentant à Rabat le bilan bimensuel relatif à la situation épidémiologique, Meziane Belfkih a insisté sur la nécessité de respecter les mesures préventives et les consignes prises par les autorités administratives «afin d’éviter de perdre les acquis engrangés au cours des dernières semaines». Selon le haut responsable, le bilan des deux dernières semaines fait état d’une hausse de 6,4% des cas positifs, et ce pour la quatrième semaine consécutive.

Aujourd’hui le Maroc
Le Maroc ambitionne de devenir grand producteur de vaccin

Il existe une véritable stratégie nationale pour atteindre cet objectif au cours de cette décennie. L’expérience technique marocaine devra faire appel à un transfert de technologie d’un côté, mais également s’appuyer sur des sources de finances solides. C’est d’autant plus vrai qu’il existe déjà plusieurs pistes d’investissements. Le projet phare est celui de la création d’une plate-forme au niveau de la cité Tanger Tech qui entre dans le contexte de l’accord stratégique multifactoriel, politique et étatique du Maroc avec le laboratoire chinois Sinopharm prévoyant notamment un transfert de technologie. Mais, le Royaume veut ratisser large avec la transformation également de l’Institut Pasteur de Casablanca en une véritable plate-forme de production de vaccin de tout genre pour répondre à la demande locale et satisfaire une partie des besoins en Afrique et au Maghreb.

L’Opinion
Les ravages de la pandémie sur l’industrie marocaine du sport

À l’instar des autres secteurs, l’industrie du sport n’a pas échappé aux griffes de la crise sanitaire qui a condamné la majorité des professionnels à l’arrêt ou à une baisse drastique d’activité. Salles de sport, clubs, sociétés de marques sportives et autres startups, tous ont manifestement souffert durant l’année cauchemardesque du Covid, qui a fermé les salles, les espaces et les stades, pendant plusieurs mois. Une étude, menée par « Stadia », en collaboration avec « Sports Management School », a fait état d’une facture faramineuse qu’ont dû supporter les sociétés sportives. Les unes ont mis la clé sous la porte, d’autres ont changé d’activité alors que certaines ont réduit leurs effectifs. Compte tenu de la fragilité du secteur, pourtant prometteur, l’étude propose de le soutenir au point de parvenir à un vrai écosystème par des mesures concrètes.

Libération
L’inflation à des niveaux « relativement » contenus en 2021

L’inflation devrait continuer à évoluer à des niveaux « relativement » contenus au cours de l’année 2021, estime le HCP. La tendance haussière des cours du pétrole, observée depuis février dernier (+12,7%), associée au rebond des cours des matières premières agricoles importées, seraient, toutefois, de nature à accélérer le rythme de croissance de l’inflation au deuxième trimestre par rapport au trimestre précédent, précise le HCP dans une note relatant l’évolution des prix à la consommation au cours de l’année 2020 et ses perspectives au cours du premier semestre de l’année 2021, compte tenu de l’impact d’un retournement à la hausse des cours du pétrole et des autres matières premières, notamment agricoles, sur le marché international.

Bayane Al Yaoum
Alimiya: le problème d’accès à la profession de Adoul réglé

Le problème d’accès de la dernière promotion des titulaires du doctorat et du diplôme « Alimiya » à la profession d’Adoul « a été définitivement réglé », ont indiqué le ministère de la Justice et l’Instance nationale des adouls. Dans un communiqué conjoint à l’issue d’une réunion, lundi, du ministre de la Justice Mohamed Ben Abdelkader avec le bureau exécutif de l’Instance présidée par Mohamed Sassioui, les deux parties ont loué la décision du bureau d’accorder les mêmes facilités que celles offertes à la promotion 2018 en termes d’accès à la profession d’Adoul. Il a été également convenu de mettre sur pied une commission mixte composée de cadres du ministère et de membres de l’Instance nationale des Adouls, pour veiller à l’examen du projet de révision de la loi régissant la profession et les questions y afférentes.