Les principaux titres de la presse quotidienne de ce mardi 6 avril

2120

Le Marocain consomme à peine 3 kg de dattes par an, Ramadan: les organisations des commerçants haussent le ton, Parlement: la session ultime démarre, Dations en paiement: un traitement de choc pour les banques, 84% des travailleurs marocains souhaitent changer d’emploi…Voici quelques-uns des principaux titres développés par la presse nationale ce mardi:

L’Economiste
Consommation des dattes: À peine 3 kg par an et par habitant

Aliment incontournable sur la table ramadanesque, les dattes reprennent du galon à l’approche du mois sacré. Toutefois, la consommation de dattes au Maroc reste saisonnière, notamment chez les urbains (Ramadan, Achoura, célébrations de fiançailles et de mariages…). «Avec une moyenne de 3 kg par an et par habitant, on est loin de la consommation des autres pays producteurs qui dépasse les 10 kg/an/ habitant, », assure Mounir Khalil, DG de Toomore, spécialisée dans la datte de luxe labellisée made in Morocco. Le Maroc en produit actuellement 14.000 tonnes, et en importe annuellement 40 à 50.000 tonnes.

Dations en paiement: un traitement de choc !

L’immobilier figure depuis quelques années dans le collimateur de la Banque centrale après la multiplication des dations en paiement pour sauver certains promoteurs. Les banques auraient acquis environ 18 milliards de DH d’actifs par cette voie. «Les banques n’ont pas vocation à devenir des agences immobilières, mais parfois c’est le seul moyen pour elles de récupérer une créance», avaient commenté à l’époque les responsables de la supervision bancaire. Dans le même temps, il était hors de question d’encourager ce type d’opérations. Le tour de vis réglementaire est intervenu début mars suite à l’entrée en vigueur de la directive relative aux opérations – de dation en paiement et de vente à réméré a été adressée aux banques. C’est un traitement de choc qui vise à immuniser les bilans bancaires et éviter la prise de risque excessive sur le secteur immobilier.

Aujourd’hui le Maroc
Échéances électorales: les élections professionnelles ouvrent le bal

Plusieurs scrutins devraient avoir lieu d’ici l’été prochain pour le renouvellement des instances. Les élections professionnelles devraient être les premières. Des sources syndicales annoncent que les consultations ont été lancées et devraient réunir les centrales syndicales les plus représentatives avec le gouvernement à travers le ministère de l’Intérieur. Si aucune date officielle n’a été annoncée pour le moment, les syndicats s’attendent au maintien du même calendrier que celui des dernières élections professionnelles. Le scrutin devrait avoir lieu entre les mois de mai et juin prochains. Autrement, les fonctionnaires, salariés et autres travailleurs devraient être les premiers à s’exprimer dans les urnes au cours des prochaines semaines.

Parlement: la session ultime démarre

Comme prévu, le Parlement rouvre ses portes ce vendredi une dernière fois avant les prochaines élections législatives prévues l’été prochain. Les parlementaires devront ainsi mettre les bouchées doubles pour adopter un maximum de projets ou propositions de lois avant la fin de la législature actuelle dans quelques mois. Certains projets risquent d’attendre encore plus au-delà des élections. C’est le cas notamment de la loi organique relative à la réglementation du droit à la grève, le projet de loi relatif à la lutte contre le blanchiment et celui se rapportant à la légalisation du cannabis pour son utilisation dans des activités licites. De nombreux autres projets de loi devront également être examinés comme ceux liés à la généralisation de la couverture sociale, mais les parlementaires entendent faire pression pour passer également des propositions de loi, un des principaux points litigieux ces dernières années entre les deux parties.

L’Opinion
Ramadan: les organisations des commerçants haussent le ton

La Coordination nationale des Organisations professionnelles les plus représentatives (regroupant l’Union Générale des Entreprises et des Professions, l’Espace Marocain des Professionnels et le Syndicat National des Commerçants et des Professionnels) a tenu sa troisième réunion mensuelle au titre de l’année 2021 pour suivre l’état d’avancement des divers dossiers concernant le secteur du commerce intérieur et des professionnels. Tout en réitérant sa volonté de respect des décisions prises par les pouvoirs publics pour préserver la santé publique, la Coordination a exprimé son rejet de certaines décisions arbitraires «touchant de nombreux secteurs professionnels qui sont en arrêt d’activité depuis une longue période et qui bénéficient de mesures d’accompagnement insuffisantes». À cet égard, les représentants des professionnels ont alerté sur les effets désastreux d’une éventuelle fermeture du secteur des cafés, restaurants et snacks au cours du prochain mois de ramadan.

Les prévisions de S&P pour l’économie marocaine

Standard & Poor’s prévoit un rebond économique réel d’environ 5% en 2021 au Maroc, et un PIB réel de 4% en moyenne en 2021-2024. Cela dépendra, d’après l’agence de notation, basée à New York, « du moment où les effets de la pandémie de Covid-19 au Maroc et de ses principaux partenaires commerciaux s’atténueront ». La reprise de l’Europe est particulièrement essentielle, car la région représente 70% des exportations totales du Maroc. De l’avis de S & P, le rétablissement de la croissance économique découlera probablement de la demande intérieure soutenue par la consommation privée, les investissements des entreprises, les exportations de biens et une éventuelle reprise du tourisme. Standard and Poor’s pense, en outre, que le secteur agricole bénéficiera probablement d’un climat plus favorable en 2021.

Rissalat Al Oumma
Sondage: 84% des travailleurs marocains souhaitent changer d’emploi

La majorité des travailleurs du secteur privé au Maroc souhaitent changer leur lieu de travail ou émigrer vers un autre pays pour obtenir de meilleures opportunités de formation, selon un sondage réalisé par «Bayt.com», le plus grand site d’emploi du Moyen-Orient, en coopération avec « YouGov », organisation de sondages et d’étude de marché. Cette enquête a montré que 84% de salariés marocains ont exprimé leur volonté de changer les entreprises dans lesquelles ils exercent afin d’obtenir de meilleures opportunités de formation, tandis que 55% d’entre eux ont exprimé leur volonté de déménager dans un autre pays afin de développer leur carrière professionnelle. De même, 45% des travailleurs interrogés veulent occuper des postes supérieurs, tandis que la même proportion de ces salariés veut devenir des experts dans leur domaine, selon ce sondage réalisé via Internet entre le 11 et le 28 février.