Les principaux titres de la presse quotidienne de ce lundi 5 avril

Aucune suspension des cours ce lundi, assure Amzazi, Textile, aéronautique: difficile reprise à l’export, Elections 2021: le PJD mobilise ses troupes, Les banques participatives gardent la tête hors de l’eau, Les Zones industrielles promises à une grande mue…Voici quelques-uns des principaux titres développés par la presse nationale ce lundi:

Al Bayane
Pas de suspension des cours

Le ministère de l’Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a démenti catégoriquement, samedi, avoir publié un communiqué au sujet de la suspension des cours pour tous les cycles et niveaux, à partir du lundi 5 avril et jusqu’à nouvel ordre. Le ministère réagissait dans une mise au point pour éclairer l’opinion publique au sujet d’un “faux » communiqué attribué au ministère que font circuler certaines personnes. Tous les communiqués du ministère sont publiés via son portail électronique et ses pages officielles sur les réseaux sociaux, a-t-il souligné. “Autre que ces sources mentionnées, n’est que des fake-news”, précise-t-on.

L’Economiste
Vitesse de croisière pour la bataille de l’eau

Le programme prévisionnel des marchés du ministère en charge de l’eau renseigne sur l’ampleur des projets à lancer en 2021: construction de 8 nouveaux ouvrages et des études pour 7 autres. L’ensemble des marchés réserve une part de 30% aux PME nationales, aux auto-entrepreneurs et aux coopératives ou leurs groupements. Ces bénéficiaires ont l’exclusivité des marchés pour les études portant sur les plans topographiques, parcellaires et l’expropriation.

Textile, aéronautique: difficile reprise à l’export

Les échanges extérieurs n’arrivent pas à décoller. L’année démarre même en baisse. Le repli des importations de biens est plus prononcé que celui des exportations. Les importations ont atteint 74,5 milliards de DH en recul de 7,4% alors que les exportations n’ont cédé que 2,5%, s’établissant ainsi à 49,6 milliards de DH à fin février. La petite bonne nouvelle, dans un contexte marqué par beaucoup d’incertitudes sur l’évolution de la crise sanitaire, vient de l’export où tous les indicateurs ne sont pas au rouge. L’automobile, les phosphates et dérivés, l’électronique et l’électricité ainsi que la branche «Autres extractions minières sont en hausse. Le textile et cuir est sur une baisse du chiffre d’affaires de 17,5%, l’aéronautique de 22,4% et l’agriculture et l’agroalimentaire de 2,2%.

Aujourd’hui Le Maroc
Le déficit commercial atténué à fin février

La Balance commerciale du Maroc résorbe son écart. Le constat établi au deuxième mois de l’année fait ressortir un allégement du déficit de 15,9%. Une atténuation qui résulte d’une baisse contrastée aussi bien des achats que des ventes du Royaume sur le marché international. Bien que ces deux agrégats aient emprunté des trajectoires baissières à fin décembre, le repli des exportations reste moins important comparé à celui des importations. A cet effet, le taux de couverture affiche une amélioration de 3,3 points grimpant ainsi à 66,5% à fin février. C’est du moins ce que relève l’Office des changes dans ses derniers indicateurs.

Le Matin
Les Zones industrielles promises à une grande mue

Une grande enquête sera réalisée sur 114 zones identifiées par le ministère de l’Industrie afin de mener un diagnostic permettant l’amélioration de leurs performances dans le cadre d’un plan général de développement et de valorisation du foncier industriel. Ce projet s’inscrit dans le cadre du partenariat entre l’Organisation des Nations unies pour le développement industriel (ONUDI), l’Agence MCA-Morocco et le ministère de l’Industrie. Le diagnostic sera effectué à travers la collecte des données et informations sur ces 114 zones situées dans différentes régions du pays, dont 7 dans les provinces du Sud. Les enquêtes porteront sur le niveau de développement socio-économique, environnemental et énergétique des ZI ainsi que sur les enjeux auxquels elles font face au regard de leur fonctionnement, compétitivité, attractivité et de la valorisation de leur foncier industriel.

Elections 2021: le PJD mobilise ses troupes

Samedi dernier, le conseil national du parti a tenu sa session extraordinaire qui a été consacrée essentiellement à la discussion et l’adoption de deux points essentiels, à savoir le protocole de sélection des futurs candidats qui entreront en lice lors des élections législatives et communales et la procédure de désignation des candidats qui devront participer aux élections professionnelles. Cette session extraordinaire intervient suite à la réunion jeudi et vendredi de la commission des systèmes et des procédures pour discuter et proposer des amendements relatifs aux deux procédures de sélection des candidats. À l’issue de cette session, il a été décidé d’opter pour la sélection des candidats pour les échéances électorales en deux temps. Concrètement, il s’agira d’abord de sélectionner les candidats qui vont représenter le parti aux futures élections. Ensuite il sera question d’accorder des accréditations à ces candidats à travers des commissions et des instances qui seront définies sur le plan régional, provincial et national.

L’Opinion
Les banques participatives gardent la tête hors de l’eau

Les financements accordés par les banques participatives ont augmenté, en glissement annuel, de 47,5% à plus de 14,36 milliards de dirhams (MMDH) en février 2021, indique Bank Al-Maghrib (BAM). Ces financements se répartissent sur l’immobilier (12,37 MMDH), la consommation (1,01 MMDH), l’équipement (878 millions de dirhams) et la trésorerie (20 millions de dirhams), précise BAM dans un document sur les statistiques monétaires du mois de février 2021. Parallèlement, les engagements des banques participatives se sont élevés à plus de 4,9 MMDH auprès des banques et ce, sous forme principalement de refinancement à travers le produit de « Wakala bil Istithmar » et de dépôts à vue reçus des banques mères.

Al Ahdath Al Maghribia
Agriculture: 4,5 MMDH programmés en soutien aux investissements privés en 2021

Une enveloppe de 4,5 milliards de dirhams (MMDH) a été programmée en soutien aux investissements privés dans le secteur agricole au titre de 2021, en hausse de 7% par rapport à l’année écoulée, selon le ministère de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts. Il s’agit d’une “augmentation de 7% par rapport au programme de 2020 (4,2 MMDH), traduisant ainsi la poursuite de l’effort de l’Etat pour le soutien des investissements privés dans le secteur agricole », indique le ministère dans un communiqué sur la réunion du Comité technique du Fonds de Développement Agricole (FDA), tenue le 25 mars dernier. Cette réunion a porté sur les réalisations financières et physiques du FDA au titre de l’exercice 2020 et le programme d’emploi au titre de l’exercice 2021.