H24Info est un produit du groupe

    GEOMEDIA est l’un des groupes-médias les plus importants au Maroc avec 3 titres majeurs (Print et Web):

    Crée en 2013, H24Info s’est imposé comme le support-média francophone de référence auprès de lecteurs en quête d’une information fiable et instantanée sur le canal digital. H24 Info enregistre plus de 30 Millions de visites annuelle.

    Numéro dépôt légal : ص 2018/22

    Une ligne maritime entre le Maroc et le Portugal avant la fin du mois, Fès-Meknès: les exportations de l’artisanat en recul, Le Maroc ne devrait, en toute logique, pas être concerné par la taxe carbone, Reporting extra-financier: les entreprises se mettent dans le rang, NMD: c’est au tour des syndicats…Voici quelques-uns des principaux titres développés par la presse nationale de ce vendredi:

    Al Alam
    Une ligne maritime entre le Maroc et le Portugal avant la fin du mois

    La mairie de Portimão a annoncé l’ouverture d’une ligne maritime reliant le Portugal et le Maroc, qui démarrera à partir de juillet prochain, en se félicitant vivement de la décision d’ouvrir cette ligne maritime Portimão-Tanger, qui assurera deux voyages quotidiens, avec une moyenne de 4 000 passagers pour 7 heures par trajet. Le prix du billet aller-retour a été fixé à 4.500 dirhams pour des familles de quatre personnes à bord de leur voiture. Le ministère de l’Equipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau avait indiqué que des discussions étaient en cours entre les autorités marocaines et portugaises, pour l’éventuelle mise en place d’une liaison maritime reliant le port de Portimao au port de Tanger Med.

    L’Economiste
    Fès-Meknès: les exportations de l’artisanat en recul

    La crise du Covid-19 a eu un lourd impact sur l’artisanat dans la région de Fès-Meknès, selon la Direction régionale de l’artisanat (DRA) dans son dernier rapport. Présenté lors de la session du conseil préfectoral, celui-ci conclut que la valeur des exportations des produits de l’artisanat a atteint près de 58 millions de DH en 2020, soit un repli de 12,4% par rapport à l’année précédente. «Cette baisse est due aux répercussions de la crise sanitaire sur le secteur, qui a exporté en 2019 des produits d’une valeur de plus de 66,19 millions de DH, en hausse, alors, de 138% par rapport à l’année 2018», précise-t-on.

    Reporting extra-financier: les entreprises se mettent dans le rang

    Depuis 2019, les sociétés faisant appel public à l’épargne sont tenues de publier un rapport ESG. La COP22 organisée à Marrakech a accéléré un certain nombre de chantiers liés au développement durable dans le secteur financier. L’obligation de l’établissement d’un rapport extra-financier en est une illustration. Pour la deuxième année de publication, la première étant intervenue en pleine crise du Covid, plus de 96% des émetteurs se sont conformés aux exigences, révèle Nasser Seddiqi. directeur des opérations financières et des marchés à l’Autorité marocaine des marchés des capitaux. Si les entreprises se sont approprié l’exercice du rapport extra-financier, les gisements de progrès sont immenses. Sachant que la pression va s’accentuer au fil des années. Elle n’émane pas seulement des États ou encore des régulateurs, mais provient également du monde extérieur.

    Assahra Al Maghribia
    Maroc/SFI: signature d’un protocole d’entente pour stimuler la reprise économique

    Un protocole d’entente a été signé, mercredi à Rabat, entre le ministère de l’Economie, des Finances et de la Réforme de l’administration et la Société financière internationale (SFI) pour consolider leur partenariat et stimuler la reprise économique. Cet accord vient réaffirmer le soutien de la SFI au Nouveau Modèle de Développement (NMD) et à son ambitieux programme de réformes visant à stimuler la reprise économique post-pandémie.

    Al Massae
    Banques: le besoin de liquidité se creuse à 72,6 MMDH en mai

    Le besoin de liquidité des banques s’est creusé pour se situer en moyenne à 72,6 milliards de dirhams (MMDH) au cours du mois de mai dernier, après 63,3 MMDH en avril et 61,2 MMDH en mars 2021, selon la Direction des études et des prévisions financières (DEPF) relevant du ministère de l’Economie, des finances et de la réforme de l’administration. Cette évolution est en relation, particulièrement, avec la hausse de la circulation fiduciaire à l’occasion de la fête de l’Aïd Al-Fitr, explique la DEPF dans sa récente note de conjoncture, ajoutant que dans ce contexte, la Banque Centrale a augmenté le volume de ses injections de liquidité qui s’est établi en moyenne à 77,6 MMDH après 73,7 MMDH le mois précédent.

    Libération
    Le Maroc ne devrait, en toute logique, pas être concerné par la taxe carbone

    Le Maroc risque de perdre 80 milliards de DH sur ses exportations de voitures vers le marché européen à l’horizon 2023, a indiqué dernièrement le ministre de l’Industrie, de l’Investissement, du Commerce et de l’Economie numérique devant la commission des secteurs productifs à la Chambre des représentants. Et pour cause : la taxe carbone que l’UE compte instaurer sur les produits fabriqués via des énergies fossiles. Pourquoi le ministre s’alarme-t-il alors que la prochaine taxe vise en priorité les produits importés « de pays moins regardants sur leurs émissions de gaz à effet de serre » ? Ce qui n’est pas le cas du Maroc qui vient d’être classé au quatrième rang mondial en termes de performance climatique, derrière la Suède, la Grande-Bretagne et le Danemark, selon le rapport de l’Indice de performance climatique de 2021. Le Maroc a reçu également une note élevée pour sa politique climatique internationale. En effet, le fort engagement du Maroc dans le cadre de l’Accord de Paris et sa participation active aux alliances climatiques mondiales lui confèrent un rôle de leadership en matière d’énergie et de durabilité sur le continent africain.

    Le Matin
    NMD: c’est au tour des syndicats !

    Le Président de la Commission spéciale sur le modèle de développement (CSMD), Chakib Benmoussa, et les représentants des centrales syndicales ont tenu une réunion de concertation en vue de mettre sur pied une plateforme commune dédiée au Pacte national pour le développement, l’un des deux mécanismes pour la mise en œuvre du Nouveau Modèle de Développement. Le secrétaire général de l’UGTM, Enâam Mayara, s’est dit pour “une vision unifiée au sujet du Pacte national pour le développement, dans l’optique d’instaurer un nouveau contrat social encadrant les prochaines phases aussi bien au niveau des droits de la classe ouvrière marocaine qu’en termes de développement social et économique du pays.

    Un nouveau master en calcul intensif signé Al Akhawayn et l’UM6P

    Les Universités Al Akhawayn (AUI) et Mohammed VI Polytechnique (UM6P) mutualisent leurs efforts pour soutenir la R&D. Les deux institutions lancent un master en calcul intensif dédié à l’Intelligence artificielle (IA) pour la rentrée universitaire 2021-2022. Le nouveau master «ambitionne de former de futurs spécialistes en mesure de concevoir, d’élaborer et de livrer des modèles IA sophistiqués à partir des Big Data pour les besoins croissants de plusieurs industries nationales», indique l’AUI dans un communiqué. Il a pour objectif de contribuer au développement du secteur médical et financier et vient enrichir le catalogue des nouvelles formations de la rentrée 2021-2022 sur le Big Data, la transformation digitale et la Fintech.

    Al Yaoum Al Maghribi
    Inauguration à Rabat du Bureau Programme de l’ONU pour la lutte contre le terrorisme et la formation en Afrique

    Le siège du Bureau Programme des Nations Unies pour la lutte contre le terrorisme et la Formation en Afrique (ONUCT), le premier du genre sur le continent africain, a été inauguré, jeudi à Rabat. La cérémonie d’inauguration a été présidée par le ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération Africaine et des Marocains Résidant à l’Etranger, Nasser Bourita, avec la participation, par visioconférence et en présentiel, de hauts responsables de l’ONU et de représentants du corps diplomatique accrédité au Maroc. Le nouveau Bureau Programme œuvrera à élaborer et à mettre en œuvre des programmes accrédités visant principalement le renforcement de capacités et le développement de compétences dans le domaine de la lutte antiterroriste, notamment en matière de sécurité, d’enquêtes et de poursuites, de gestion des prisons et des frontières, de désengagement, de réhabilitation et de réinsertion.

    Share.

    Comments are closed.