Revue de presse: les principaux titres de vos hebdos ce samedi 9 janvier

223
DR.

Quand les Conseillers de la deuxième chambre veulent le beurre et l’argent du beurre, un excédent de 3 milliards dans les caisses des collectivités territoriales, année floue pour le secteur de l’immobilier… Voici les principaux titres développés par la presse nationale hebdomadaire :

Telquel
Retraite des parlementaires : une liquidation, deux compensations ?

Le 21 décembre 2020, la commission des finances à la Chambre des représentants votait à l’unanimité la proposition de loi portant sur l’annulation et la liquidation de leur régime de retraite. Une décision qui venait mettre un terme à une polémique récurrente depuis 2017. Ce fut ensuite le tour de la chambre des conseillers d’examiner la liquidation de sa caisse. Le texte adopté par la commission des finances de la deuxième chambre, le 4 janvier 2021, fait polémique dans les médias et sur les réseaux sociaux, la formule adoptée par les conseillers étant différente de celle des représentants. Pour chaque mois de cotisation, soit 2.900 dirhams, l’Etat contribue également à hauteur de 2.900 dirhams. Si les députés de la chambre des représentants avaient décidé de ne récupérer que le montant qu’ils ont versé, ceux de la chambre des conseillers veulent récupérer le montant global, soit leur cotisation en plus de celle de l’Etat. Pour un mandat de six ans, un conseiller recevra une cotisation de 208.800 dirhams, un remboursement de 417.600 dirhams.

 

La Vie Éco
Collectivités territoriales : 3 MMDH d’excédent dans les caisses

La situation des charges et ressources des collectivités territoriales dégage un excédent global de 3 milliards de dirhams (MMDH) au terme des dix premiers mois de l’année écoulée, contre 5,6 MMDH à fin octobre 2019, selon la Trésorerie générale du Royaume (TGR). Cet excédent, qui tient compte de dépenses d’investissement de 9 MMDH et de soldes positifs des comptes spéciaux (645 millions de dirhams – MDH) et des budgets annexes (2 MDH), est destiné à couvrir les dépenses engagées et devant être payées au cours des mois restant de l’année 2020, et le cas échéant, les dépenses dont le paiement interviendra en 2021, précise la TGR dans son bulletin mensuel de statistiques des finances locales d’octobre dernier. Ledit bulletin fait également état d’une diminution des recettes ordinaires des collectivités territoriales de 16,6% à 30 MMDH, en raison du repli des recettes transférées de 16,5%, des recettes gérées par l’Etat (12,3%) et des recettes gérées par les collectivités territoriales (20,9%).

L’informel recule lentement, mais son poids prépondérant dans l’économie

L’économie informelle au Maroc a reculé à niveau en-dessous de 30% du produit intérieur brut (PIB) durant la période entre 2009 et 2018, révèle une étude sur « Mesure et évolution de l’économie informelle au Maroc », publiée sur le portail Internet de Bank Al-Maghrib (BAM). « L’économie informelle présente trois périodes d’évolution distinctes : (i) au cours de la première période 1988-1998, l’économie informelle stagne quasiment à environ 40% du PIB; (ii) au cours de la deuxième période 1999-2008, l’économie informelle diminue à 32-34%du PIB; (iii) durant la dernière période 2009-2018, la tendance à la baisse se poursuit mais à un rythme plus modéré pour atteindre un niveau juste en-dessous de 30% du PIB », indiquent les auteurs de ce document de recherche. Les résultats de ladite étude, qui est réalisée par Kamal Lahlou, Hicham Doghmi et Friedrich Schneider, suggèrent aussi que les stratégies mises en œuvre depuis le début des années 2000 pour améliorer l’environnement institutionnel, économique et financier ont contribué à réduire la taille de l’économie informelle.

 

Finances News Hebdo
Immobilier : très peu de visibilité pour 2021

À l’instar de plusieurs secteurs, l’immobilier a été frappé de plein fouet par la crise sanitaire et économique en 2020. Au cours de la période du confinement, le nombre de transactions (tous segments confondus) a sensiblement diminué. La période post-confinement a connu un certain rebond, mais il reste insuffisant pour rattraper le retard accusé. Interrogés à ce sujet, des professionnels du secteur n’ont pas caché leur scepticisme, estimant qu’il n’existe pas assez de visibilité et que la relance est peu probable au moins pour le premier semestre. «Avant la covid-19, l’immobilier était déjà en crise. La pandémie n’a fait qu’accentuer la morosité de l’activité. Pour 2021, il ne faut pas espérer grand-chose, surtout que les mesures annoncées par la tutelle et celles de la Loi de Finances 2021 ne sont pas assez importantes ou innovantes pour donner une nouvelle impulsion au secteur. Si reprise il y a, elle ne sera effective qu’à la fin de 2021 ou en 2022», souligne Driss Effina, expert en immobilier et professeur universitaire.

 

Le Temps
Avito lance une plateforme dédiée à la vente de véhicules neufs

Avito, le portail de vente et d’achat d’occasion au Maroc, a annoncé récemment le lancement d’une plateforme de vente de véhicules neufs. Entièrement dédiée à cet effet, la nouvelle plateforme servira d’interface à plus de cinquante marques qui seront servies par leurs concessionnaires. La plateforme présentera plus de 500 modèles aux meilleures offres du marché. Les acheteurs de l’occasion se révèlent, en effet, des acheteurs potentiels avec un certain budget qu’il leur faut arrondir pour acheter du neuf.

 

L’Observateur du Maroc et d’Afrique
Réformes des CRI : l’essentiel reste à faire

Depuis l’entrée en vigueur de la loi portant réforme des Centres Régionaux d’Investissement, des étapes importantes ont été franchies. La mise en œuvre a été entamée l’année dernière avec la création des commissions régionales unifiées d’investissement, la nomination des directeurs de centres et des membres des commissions régionales. Résultats : une baisse du délai de traitement des dossiers d’investissement pour atteindre une moyenne de 29 jours en 2020 contre plus de 100 jours lors des années précédentes et la mise en place d’une plateforme offrant une panoplie de services permettant de lancer un projet et suivre son avancement, d’accéder à l’information nécessaire sur les procédures et les incitations liées à l’investissement et d’accéder aux actes et autorisations administratifs. Pour 2021, beaucoup reste à faire dans le cadre de réforme des CRI en vue de leur accorder les attributions nécessaires pour accomplir leur rôle dans la promotion de l’investissement régional et la création de l’emploi.