H24Info est un produit du groupe

    GEOMEDIA est l’un des groupes-médias les plus importants au Maroc avec 3 titres majeurs (Print et Web):

    Crée en 2013, H24Info s’est imposé comme le support-média francophone de référence auprès de lecteurs en quête d’une information fiable et instantanée sur le canal digital. H24 Info enregistre plus de 30 Millions de visites annuelles.

    Numéro dépôt légal : ص 2018/22

    Covid-19: branle-bas de combat à Casablanca, Loi-cadre de l’enseignement: les universités s’y mettent dès mercredi, La facture énergétique chute de 34,6% en 2020, Diffusion d’un nouveau programme radio pour l’apprentissage de l’anglais en septembre…Voici les principaux titres développés par la presse nationale parue mardi:

    L’Economiste
    Covid-19: branle-bas de combat à Casablanca

    Face à l’évolution inquiétante de la situation épidémiologique, de nouvelles mesures viennent d’être instaurées par les autorités locales et sanitaires. En effet, deux vaccinodromes viennent d’être lancés à Ain Diab et Sidi Bernoussi. En tout, une vingtaine de centres similaires ouvriront leurs portes sur le territoire de la région, avec une moyenne de 3 centres par préfecture. Objectif : permettre à ceux qui n’ont pas eu leur dose de recevoir leur vaccin. L’idée aussi est de rapprocher la prestation des citoyens, même ceux en vacances. D’où le choix de placer les chapiteaux à côté de la plage pour attirer le maximum d’estivants.

    Loi-cadre de l’enseignement: les universités s’y mettent dès mercredi

    C’est par contrat que les universités s’engageront dans la mise en œuvre des dispositions de la loi cadre de l’enseignement 51-17. La signature est prévue ce mercredi avec leur ministère de tutelle. Chacune s’engagera sur un plan triennal de réalisation de ses projets, en fonction de sa stratégie et de ses moyens. Les projets rentrent dans le cadre de 4 axes : offre universitaire, égalité des chances, soutien à la recherche et mécanismes de gouvernance. Le même jour, l’Éducation nationale signera des contrats avec les académies régionales de l’éducation et de la formation également.

    Aujourd’hui le Maroc
    La mortalité routière repart à la hausse au mois de mai 2021

    Selon le dernier baromètre de l’Agence Nationale de la Sécurité Routière (Narsa), 303 personnes ont trouvé la mort sur les routes, un chiffre en hausse de 124,4% (168 tués de plus) par rapport à mai 2020, et de 25,7% comparativement à mai 2019. En mai 2021, la mortalité routière a augmenté pour tous les modes de déplacement par rapport à mai 2020. Les piétons représentent 17% de la mortalité en mai 2021. La mortalité piétonne a augmenté de 130,4% (30 tués de plus) par rapport à mai 2020, mais avec une diminution de -13,1% (8 tués de moins) par rapport à mai 2019. Les cyclistes représentent 5% de la mortalité routière. Avec 5 tués de plus en mai 2021, leur mortalité est en hausse par rapport à mai 2020.

    Libération
    La facture énergétique chute de 34,6% en 2020

    La facture énergétique du Maroc s’est réduite de 34,6%, soit 26,4 milliards de dirhams (MMDH) au cours de l’année écoulée par rapport à 2019, selon l’Office des changes. Cette baisse, qui s’explique par le repli aussi bien des quantités importées que des prix, concerne notamment les importations de gas-oils et fuel-oils (39,8%) et des importations de l’huile de pétrole et lubrifiants (61%), précise l’Office des changes dans son rapport annuel sur le commerce extérieur au titre de l’exercice 2020. Les produits énergétiques ont déjà accusé une diminution de 6 MMDH en 2019, suite à un repli des prix et à la nouvelle dynamique de l’énergie électrique qui a permis au Maroc de combler ses besoins internes et de devenir exportateur d’électricité, relève la même source.

    Le Matin
    Chtouka-Aït Baha: une station de dessalement salvatrice contre le stress hydrique

    Si les précipitations enregistrées cette année à Souss-Massa ont permis le remplissage à nouveau des principaux barrages, le besoin de la région en ressources hydrauliques est constant vu son intéressante activité agricole, d’où la nécessité de solutions alternatives à l’instar de dessalement d’eau de la mer. Depuis son lancement en novembre 2017, l’objectif de la Station de dessalement de Chtouka-Aït Baha était de sécuriser l’irrigation de 15.000 ha, soit 1.300 exploitations agricoles, par le dessalement de l’eau de mer en substitution à l’eau souterraine. Dès lors, une dynamique sans pareil a vu le jour sur de divers niveaux et en coordination avec l’ensemble des parties prenantes, ce qui a permis la signature de conventions nécessaires et la publication des lois et décrets encadrant ce projet d’envergure.

    Bayane Al Yaoum
    Diffusion d’un nouveau programme radio pour l’apprentissage de l’anglais en septembre

    Le ministère de l’Education nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, la Société nationale de radiodiffusion et de télévision (SNRT) et le British Council au Maroc ont signé, lundi à Rabat, un accord de partenariat pour la diffusion d’un nouveau programme radio pour l’apprentissage de la langue anglaise, à partir de septembre prochain. Ce programme, intitulé « English Time » et destiné aux jeunes apprenants, se compose de 43 épisodes d’une durée de 15 minutes chacun et offre aux enfants et à leurs parents la possibilité de pratiquer et d’appliquer l’anglais, en se concentrant sur les compétences de base de la langue, indique-t-on dans un communiqué conjoint.

    Al Bayane
    Laâyoune déploie son charme auprès des diplomates et investisseurs

    Dopée par sa stabilité et la qualité de ses infrastructures, la ville de Laâyoune a déployé ces dernières années un gros effort de séduction en direction des diplomates et des investisseurs en quête d’opportunités d’affaires au Sahara. Pour bien mériter son précieux statut de capitale du Sahara marocain, Laâyoune a entrepris un travail profond de modernisation qui a touché tous les secteurs de la vie et qui a métamorphosé, en un laps de temps très court, le visage de toute une ville et le quotidien de ses habitants. Conscient de leur impact certain sur l’économie, l’État a cassé la tirelire pour développer les infrastructures de base et les services de proximité, hérités dans un état lamentable de la période coloniale.

    Share.

    Comments are closed.