La revue de presse de ce vendredi 7 mai

1996

SDX Energy démarre son programme de forage 2021 dans le Gharb, Sortie de crise post-Covid : la SMIT mise sur les Médinas, Transport maritime: l’Asmex plaide pour un pavillon national, Pénurie d’approvisionnement en sang, Tanger, de cité portuaire à port franc numérique… Voici les principaux titres développés par la presse nationale de vendredi:

 

Aujourd’hui Le Maroc
Sortie de crise post-Covid : la SMIT mise sur les Médinas

 

Valoriser et améliorer l’attractivité touristique des Médinas. Un objectif sur lequel se penche la Société marocaine d’ingénierie touristique (SMIT). Un programme a été élaboré dans ce sens ciblant les Médinas des villes marocaines entre autres Marrakech, Essaouira, Fès, Meknès, Tanger, Tétouan, Salé et Ouarzazate, et ce conformément à la stratégie de développement du produit touristique de la SMIT matérialisée par la signature d’une convention cadre «Mdinti» en 2016 avec les partenaires locaux et centraux. La réhabilitation et la valorisation des Médinas joueraient un rôle déterminant notamment dans ce contexte particulier. Les Médinas sous leur nouveau visage se veulent un produit touristique exceptionnel en cette sortie de crise. L’approche adoptée se veut novatrice et intégrée. Il est question de créer des routes et itinéraires thématiques et cohérents et mettre en réseau les Médinas en instituant des interconnexions entre elles.

 

Apiculture: la région Rabat-Salé-Kénitra dévoile ses ambitions pour Al Jayl Al Akhdar

 

La direction régionale de l’agriculture de Rabat-Salé-Kénitra ambitionne d’intensifier son intervention au profit des apiculteurs. De nouveaux projets seront programmés dans le cadre de la nouvelle stratégie Al Jayl Al Akhdar (Génération Green) 2020-2030. L’ambition étant de promouvoir l’emploi des jeunes, d’autonomiser les coopératives et les organisations professionnelles ainsi que valoriser les produits agricoles et accéder à l’économie marchande. Un investissement de 30 millions de dirhams a été débloqué dans le cadre du Plan Maroc Vert profitant ainsi à 724 apiculteurs.

 

Le Matin
SDX Energy démarre son programme de forage 2021 dans le Gharb

 

La société britannique d’exploration pétrolière et gazière SDX Energy annonce le début de sa campagne de forage 2021 au Maroc. Au programme, trois puits dans le bassin du Gharb dans une première phase, et jusqu’à cinq puits sur l’année. La première phase de la campagne de forage a débuté cette semaine avec le puits OYF-3 dans le Gharb et devrait s’achever en juillet prochain pour livrer ses premiers résultats. Les 3 puits cibles ont pour objectif de livrer 1,8 milliard de pieds cubes de gaz, selon un communiqué de la junior. «L’objectif de ces puits est d’ajouter des réserves qui nous permettront de continuer à livrer du gaz à nos clients conformément à leurs exigences contractuelles», rappelle Mark Reid, PDG de SDX Energy.

 

Le Maroc augmente la capacité de ses structures de réanimation

 

Dans le cadre de la lutte contre la Co-vid-19 et pour parer à toute éventualité, le ministère de la Santé a mis en place un plan d’action pour mieux équiper les services de réanimation et des urgences. Dans ce sens, Khalid Aït Taleb a fait état de l’acquisition de 1.500 appareils de respiration invasive ainsi que 30 générateurs d’oxygène. Il a également fait savoir que le Royaume disposait de 2.316 lits de réanimation, soit une hausse de 438% de la capacité d’accueil.

 

L’Economiste
Transport maritime: l’Asmex plaide pour un pavillon national

Doté d’une position géographique stratégique, le Maroc a enregistré une forte progression sur la période 2006-2019, passant de la 81e position au 22e rang mondial en termes de connectivité maritime et ce, grâce à l’investissement dans l’infrastructure portuaire. 95% des échanges commerciaux passent par le transport maritime selon les estimations de l’Asmex. Par conséquent, il représente un «point névralgique de l’économie nationale». «Cependant, disposer de grandes infrastructures portuaires sans flotte nationale pour sécuriser et autonomiser nos échanges commerciaux peut constituer une véritable menace pour notre économie», prévient Hassan Sentissi, président de l’Asmex. «La construction d’une flotte maritime marocaine contribuera à renforcer le rayonnement du label Made in Morocco à l’échelle internationale », souligne-t-il.

 

Tanger, de cité portuaire à port franc numérique

 

L’Instituto marocain d’intelligence stratégique (IMIS) vient de publier un «policy paper», qui propose l’idée de propulser Tanger en tant que «port franc numérique», une véritable «smart-port-city» au croisement des flux d’échanges physiques et numériques mondiaux. Selon les rédacteurs de l’étude, il s’agirait d’adjoindre une couche d’infrastructures immatérielles aux infrastructures déjà existantes comme le complexe portuaire Tanger Med ou les zones d’accélération industrielle. Pour l’Institut, il s’agirait de mettre en place une stratégie disruptive de type «Océan bleu». Cette stratégie pourrait reposer sur des synergies innovantes entre trois pôles d’excellence: un pôle logistique et industriel existant à consolider, un pôle numérique à développer et un pôle financier de nouvelle génération à construire autour d’une bourse panafricaine d’échange de matières premières .

 

L’Opinion
Covid-19: un coup dur pour les finances des ménages

 

A l’instar des entreprises et des petits commerces, les ménages n’ont pas échappé aux coups de la crise économique due à la pandémie du Covid-19. En pleine récession, celle-ci a visiblement touché les finances des familles et réduit considérablement leur pouvoir d’achat. C’est l’une des conclusions d’une étude du Centre interprofessionnel d’audience des médias (CIAUMED), qui a mesuré l’impact financier de la crise sur le revenu des ménages, en analysant l’impact du Covid-19 sur les revenus et les habitudes de consommation. Le constat est cinglant: 4 foyers sur 5 ont subi une dépréciation de leur revenu à cause de la crise sanitaire, ressort-il de l’étude, qui explique que 80% des familles dans la majorité des régions du Royaume ont vu leurs revenus baisser.

Al Bayane
La situation individuelle des magistrats au menu de la réunion ordinaire du Conseil supérieur

Le Conseil Supérieur du Pouvoir judiciaire (CSPJ) a tenu, mardi, sa réunion ordinaire au cours de laquelle il a examiné la situation individuelle de plusieurs magistrats. Selon un communiqué du CSPJ, un magistrat est poursuivi pour manquement à ses obligations professionnelles et les autres pour avoir enfreint leur devoir de réserve et d’observation de la déontologie liée à l’exercice de leur fonction. Le Conseil a ainsi traité ces affaires, comme à l’accoutumée, dans le plein respect des garanties juridiques et des procédures liées aux poursuites disciplinaires des juges telles que fixées par les textes en vigueur.

 

Assahra Al Maghribia
Le Maroc et l’ONU célèbrent la première Journée Internationale de l’Arganier

Le Maroc et l’Organisation des Nations Unies fêteront lundi prochain à Agadir, la première Journée Internationale de l’Arganier. A cette occasion, un évènement de haut niveau sera organisé sous la présidence du ministre de l’agriculture, de la pêche maritimes, du développement rural, des eaux et des forêts, Aziz Akhannouch, indique un communiqué de l’Agence nationale pour le développement des zones oasiennes et de l’arganier (Andzoa). Organisé en format hybride, cet événement sera suivi à travers le monde, en live sur la web TV des Nations Unies, ainsi que sur YouTube et sur les réseaux sociaux.

 

Les abattoirs de Casablanca décrochent le Label « HALAL »

 

Les Abattoirs de Casablanca viennent de décrocher le Label HALAL, une première pour un abattoir public de viandes rouges au Maroc, indique Casablanca Prestations dans un communiqué. Le label HALAL décerné par IMANOR, va conférer aux abattoirs de Casablanca une assise nationale reconnue au niveau international permettant aux clients des Abattoirs de jouir d’un droit d’usage et de faire valoir le caractère Halal de tous produits approvisionnés des Abattoirs, ajoute la même source.

 

Al Alam
Pénurie d’approvisionnement en sang

 

Le Centre régional de transfusion sanguine de Casablanca a enregistré une grave pénurie de ses stocks, en raison de la faible demande des donneurs de sang dans cette conjoncture exceptionnelle marquée par l’instauration d’un couvre-feu nocturne afin de ralentir la propagation de coronavirus. Khadija Al-Hajouji, directrice du Centre national de transfusion sanguine a affirmé que la situation est « alarmante » au niveau de divers centres du Royaume, dont le Centre de Casablanca.