La revue de presse de ce vendredi 5 mars

2459
DR.

Corruption: vote décisif au Parlement, Blanchiment d’argent: les normes GAFI plus vite que les réformes, Les sociétés de change en grève ce vendredi, Confinement salutaire pour la sécurité routière, La zone humide de Dar Bouazza menacée… Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce vendredi :

Aujourd’hui le Maroc
Corruption: vote décisif au Parlement

Après une attente qui a duré des mois, le projet de loi relatif à l’Instance nationale de la probité, de la prévention et de la lutte contre la corruption est programmé pour mercredi pour être examiné par la commission Justice, Législation et droits de l’Homme de la Chambre des représentants. La séance de vote des amendements risque de connaître des surprises. Car plusieurs dispositions contenues dans la première mouture avaient suscité un débat sous la coupole du Parlement. En effet, la capacité de l’instance à faire des investigations concernant une personne physique ou morale divise au sein de l’institution. Certains députés pensent dans ce sens que l’instance n’a pas vocation à mener des investigations, mais plutôt à réaliser des études sur l’administration dans le but d’aboutir à un diagnostic et partant proposer des recommandations et des solutions pratiques.

L’ANDA offre des milliers d’hectares aux investisseurs en aquaculture

L’Agence nationale pour le développement de l’aquaculture a lancé mercredi un Appel à manifestation d’intérêt (AMI) pour le développement de projets d’aquaculture marine au niveau de 5980 ha identifiés par les plans aquacoles et qui sont encore libres. Dans les détails, l’ANDA mettra à la disposition des investisseurs des espaces aquacoles clés en main pour développer des projets viables dans cinq régions du Royaume connues par leur potentiel aquacole confirmé et leurs conditions propices à l’investissement qui sont Dakhla- Oued Eddahab, Guelmim Oued Noun, Souss-Massa, Tanger-Tétouan-Al Hoceima et l’Oriental et leur offre 5980 ha répartis en 300 parcelles.

L’Economiste
Blanchiment d’argent: les normes GAFI plus vite que les réformes

Trois jours à peine après avoir été sorti de la liste grise de l’Union européenne des paradis fiscaux, le Maroc a été mis sous surveillance renforcée du GAFI pour la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord en matière de lutte contre les crimes financiers. L’unité de traitement du renseignement financier se veut rassurante. Les réformes étant évaluées à l’aune des lacunes et des insuffisances plutôt que les avancées. Le Maroc, qui a engagé des réformes jugées positives, doit encore consolider son arsenal législatif, réglementaire et institutionnel.

Rissalat Al Oumma
Les sociétés de change en grève ce vendredi

La Fédération nationale des associations régionales des bureaux de change a annoncé une grève d’avertissement à l’échelle nationale, vendredi de 14h00 à 18h00. Dans un communiqué, la Fédération a affirmé que les 781 sociétés de change, qui auparavant généraient environ 80% des devises en papier circulant sur le marché national, sont aujourd’hui en situation difficile à cause d’un manque de soutien de la part des responsables. Les propriétaires des bureaux de change au Maroc se sont dits contraints de mener cette action vu la dégradation grave de leur situation.

Akhbar Al Yaoum
Confinement salutaire pour la sécurité routière

L’Agence nationale de la sécurité routière (NARSA) a fait état d’une baisse significative de tous les indicateurs relatifs aux accidents corporels de la circulation, au titre de l’année 2020, en comparaison avec l’année 2019. Dans un document dressant son bilan d’activités durant l’année 2020 en termes de statistiques d’accidents de la circulation enregistrés sur l’ensemble du territoire national, ainsi que les activités et initiatives tenues à l’occasion de la célébration de la Journée nationale de la sécurité routière, la NARSA souligne que 85.208 accidents corporels ont été enregistrés, soit une diminution de 17,06%, dont 2.499 accidents mortels, avec une diminution de 16,98%, alors que le nombre des personnes tuées a atteint 2.774, soit une diminution de 18,03%.

L’Opinion
Marché du travail : égalité femmes-hommes, une équation qui reste encore à résoudre

Faible développement de l’emploi féminin dans le secteur tertiaire, un cadre juridique défavorable et une économie dont la structure ne favorise pas l’intégration de la gent féminine…, le moins que l’on puisse dire est que le Maroc a un long chemin à parcourir en matière d’égalité des genres dans le monde du travail. Dans une étude baptisée «Coûts économiques des inégalités de genre dans le marché du travail au Maroc», dévoilée mardi 2 mars, par la Direction des études et des prévisions financières (DEPF) et ONU Femmes et qui fera l’objet d’un séminaire vendredi, il est indiqué que malgré les avancées enregistrées en la matière, des défis persistent encore, particulièrement ceux liés à la faiblesse de l’accès des femmes aux opportunités économiques, induisant des pertes en points de croissance sous l’effet de la sous-utilisation de l’ensemble des potentialités humaines dont dispose le Maroc.

Libération
Creuset de biodiversité, la zone humide de Dar Bouazza menacée

En dépit d’une valeur écologique inestimable et de services écosystémiques rendus incontestables, la Daya de Dar Bouazza, l’une des dernières zones humides dans la région de Casablanca, est plus que jamais en danger. L’urbanisation galopante et une protection juridique inefficace menacent l’habitat naturel de 125 espèces de plantes, plus de 350 espèces d’arthropodes, six espèces d’amphibiens et 200 espèces d’oiseaux. Un creuset de biodiversité qui n’a pas de secret pour le Groupe ornithologique du Maroc (GOMAC), ni pour le Groupe de recherche pour la protection des oiseaux (GREPOM-Birdlife Maroc), auteurs d’un document sur la valeur écologique du point chaud de la biodiversité régionale.

Le Matin
Plus de 1,4 MDH de dons japonais à des associations marocaines

Deux contrats de dons destinés au financement de projets de développement durable local ont été signés, mercredi à Rabat, entre l’ambassade du Japon et deux associations marocaines, d’une valeur globale de 1.441.000 dirhams. Signés par l’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Japon au Royaume du Maroc, Shinozuka Takashi, et les représentants des deux associations relevant de la province de Chtouka Aït Baha, ces contrats de dons de l’aide non remboursable du gouvernement japonais interviennent dans le cadre du programme de « l’Assistance aux projets locaux contribuant à la sécurité humaine » (APL) mis en œuvre dans plusieurs régions du Royaume. Le premier don, accordé à l’Association Tighmrt Takoucht Aït Soab, consiste en l’aménagement d’une piste sur 1.570 m au profit de 1.400 habitants de la commune rurale d’Aouguenz. Le second don, accordé à l’Association Taltemsen pour le développement, l’environnement et le développement agricole, repose, quant à lui, sur l’approvisionnement en eau potable de la zone avec l’objectif d’en améliorer l’accès et la disponibilité même en période de sécheresse.