La revue de presse de ce vendredi 2 octobre

1987
DR.

Casablanca et ses toilettes, la lutte contre la rage, mise en place par la DGSN de nouvelles brigades à Casablanca, deux Belgo-marocaines dans le gouvernement belge… Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce vendredi :

 

Le Matin
Le Maroc réitère son attachement ferme à la lutte contre le racisme

•. L’ambassadeur représentant permanent du Maroc à Genève, Omar Zniber, a réitéré, lors de la 45ème Session du Conseil des Droits de l’Homme, l’attachement ferme du Royaume à la lutte contre le racisme, et au renforcement des liens humains, sans discrimination ni distinction aucune, à travers le respect indéfectible des engagements consignés dans la Charte des Nations Unies et les conventions internationales auxquelles le Maroc a adhéré. Présentant la Déclaration du Maroc au « titre du Point 9, relatif au Racisme, discrimination raciale, xénophobie et formes connexes d’intolérance, suivi et mise en œuvre de la Déclaration et du Programme d’action de Durban », M. Zniber a rappelé que l’identité nationale marocaine est diverse, avec une société plurielle intégrant un héritage historique, culturel, religieux et ethnique, riche. Le Maroc a interdit explicitement, dans sa législation nationale, les manifestations de racisme, de discrimination raciale et de xénophobie, notamment dans le code de travail, le code pénal et le code de la presse et de l’édition, a-t-il poursuivi.

 

L’Économiste
Casablanca court toujours après ses toilettes…

• Mais où est passé le projet de toilettes publiques de nouvelle génération? Plus de 2 ans après le lancement de ce projet, les Casablancais ne voient toujours pas l’ombre d’une sanisette. Suite à un appel d’offres lancé en 2018, rien ne filtre sur la suite donnée à ce projet tant attendu par les habitants et les visiteurs de la métropole, obligés de se soulager dans les cafés, restaurants et autres lieux publics. L’annonce du projet d’acquisition d’une centaine d’unités de toilettes publiques à nettoyage automatique avait, rappelons-le, soulevé un tollé en 2018. Et pour cause : le coût du projet, piloté par la SDL Casa-Aménagements, est jugé exorbitant (600.000 DH/unité, soit le prix d’un appartement). Entre temps, le projet est resté en stand-by pendant plusieurs mois et la pandémie du Covid-19 a retardé les efforts de relance.

 

Aujourd’hui le Maroc
AMO des indépendants: l’échec !

•Présentée il y a quelques années comme une grande prouesse, l’AMO des indépendants ressemble plus aujourd’hui à une montagne qui accouche d’une souris. Les chiffres sont édifiants. Sur les quatre millions de bénéficiaires ciblés initialement, à peine quelque 15.000 sont couverts. Pire encore, seulement cinq catégories professionnelles, à savoir les adouls, les sages-femmes, les professionnels de la rééducation et depuis quelques jours les guides touristiques et huissiers de justice, ont vu les décrets de l’AMO réservés à leurs professions adoptés. Aujourd’hui, l’Exécutif est tenu par un calendrier bien précis pour la généralisation de l’AMO au cours des deux prochaines années. Ainsi, un projet de loi visant à amender le texte régissant l’AMO des indépendants est attendu dans les prochains jours.

 

Emploi-public.ma : Seulement 6.017 offres diffusées du 1er janvier au 27 septembre.

• L’emploi dans la fonction publique fait les frais de la pandémie Covid-19. C’est du moins ce qui ressort des derniers chiffres publiés sur le site emploi public.ma. En effet, seulement 6.017 postes ont été proposés du 1er janvier au 27 septembre en 2020. Parmi les postes publiés, il y a lieu de relever 3.133 destinés aux services de l’État, 2.792 aux établissements et entreprises publics et 92 aux collectivités territoriales. A noter que durant l’année 2019, 42.076 postes avaient été publiés. Les chiffres de l’année courante montrent une chute drastique des offres d’emplois. Le nombre de concours de recrutement diffusés via le portail a atteint 1.261 jusqu’au 27 septembre dont seulement 30 concours aux services de l’Etat, 1.183 concours aux établissements et entreprises publics et 48 concours aux collectivités territoriales.

 

Maroc le Jour
Le PPS pour un large consensus autour du régime juridique encadrant les élections

 

• Le bureau politique du Parti du Progrès et du Socialisme (PPS) a affirmé sa détermination à encourager un large consensus autour du régime juridique encadrant les élections, dans le sens du renforcement de la construction démocratique. Lors de sa réunion périodique, mardi, le bureau politique a mis en exergue l’avancée des consultations entre les différents partenaires concernés par le régime juridique encadrant les élections, affirmant sa détermination à encourager un large consensus autour des différents textes y afférents, compte tenu du besoin du Maroc en approches politiques positives avec la participation de tous. Selon un communiqué du PPS, cette approche sera à même d’encourager la participation, de restaurer la confiance, de rehausser la crédibilité et de renforcer les institutions et la construction démocratique.

 

 

L’Opinion
Encore des efforts pour éradiquer la rage

• Célébrée le 28 septembre, la Journée mondiale contre la rage est l’occasion pour faire le bilan de la lutte antirabique. Au Maroc, le ministère de la Santé assure que le nombre de personne décédées à cause de la rage chaque année est de 18 en moyenne depuis 5 ans. Si ce chiffre semble faible, la maîtrise de la population canine -qui, selon les spécialistes, constitue l’enjeu majeur de la lutte antirabique-est encore largement perfectible. Le Royaume est actuellement en phase de transition pour passer de l’abattage systématique des chiens errants vers une autre méthode moins cruelle mais bien plus efficace. Malgré les efforts entamés par le ministère de l’Intérieur, la construction de synergies multi-acteurs tarde pourtant à voir le jour.

 

Akhbar Al Yaoum
Cour des comptes: le déficit budgétaire a été maîtrisé

•La Cour des Comptes a rendu public, mardi, son rapport sur l’exécution du budget de l’Etat au titre de l’année 2019 qui a été élaboré sur la base des données provisoires disponibles à la fin du premier trimestre de 2020. Ce rapport fait état d’une maîtrise de la trajectoire du déficit budgétaire grâce à des mécanismes de financement dits « innovants », d’une progression des recettes ordinaires à la faveur d’une nette amélioration des recettes non fiscales, ainsi que d’une augmentation des dépenses globales sous l’effet de la hausse des dépenses du personnel, des autres biens et services et d’investissement, indique la Cour des comptes dans un communiqué. Ainsi, « le déficit budgétaire a été maîtrisé presque au même niveau enregistré une année auparavant. Il s’est établi à 41.672 millions de dirhams (MDH), y compris les recettes de privatisation, contre 41.658 MDH en 2018 », précise la même source.

 

Al Massae
DGSN: de nouvelles Brigades à Casablanca

• Le Directeur général de la Sûreté nationale et de la Surveillance du territoire, M. Abdellatif Hammouchi, a ordonné l’entrée en fonction des Brigades de recherche et d’intervention (BRI) à Casablanca, à l’instar d’autres villes du Royaume. A cet effet, plusieurs responsables sécuritaires et officiers de police ont été nommés dans ces brigades sur la base de la compétence, l’ancienneté et l’assiduité. Relevant de la préfecture de police de Casablanca, le champ d’action des BRI sera élargi mais ne pourront intervenir qu’en coordination avec la DGSN. Dotées de moyens logistiques de pointe, les BRI, qui se chargeront des missions exceptionnelles, seront constituées entre autres d’éléments « commandos », d’une cellule d’intervention en cas de prise d’otages et d’autres brigades chargées d’affronter les suspects armés.

 

Al Ahdath Al Maghribiya
Deux Belgo-marocaines au gouvernement belge

• C’est une première dans l’histoire politique de la Belgique, bien que la diversité dans ce pays ait donné naissance à plusieurs hauts responsables issus de l’immigration dans les assemblées élues et les gouvernements régionaux, deux Belgo-marocaines ont hérité de portefeuilles ministériels de haute importance dans l’actuelle formation menée par le libéral flamand Alexander De Croo. Il s’agit en l’occurrence de Zakia Khettabi, fervente écologiste et ancienne co-présidente du parti Ecolo, qui a été nommée ministre de l’Environnement et du Climat dans le nouveau gouvernement fédéral. L’autre Belgo-marocaine nouvellement nommée ministre n’est autre que Meryame Kitir qui hérite du maroquin de la Coopération au développement et à la politique de la ville. Cette ouvrière battante originaire de Ouarzazate a milité auprèscdu parti socialiste flamand (sp.a) pendant plusieurs années pour devenir plus tard sa cheffe de groupe à la chambre des représentants.

 

Bayane Al Yaoum
Pas de rupture des médicaments du protocole anti-Covid-19

• Abdelhafid Oualalou, spécialiste en sciences biologiques et épidémiologiques, a nié toute rupture de stock des médicaments utilisés dans le cadre du protocole anti-Covid-19, expliquant que ces médicaments, en plus de ceux utilisés contre la grippe, sont disponibles dans toutes les officines, à l’exception de la chloroquine, que l’Etat avait réquisitionné auparavant pour la mettre exclusivement dans les hôpitaux publics. Par ailleurs, certains médicaments et compléments ont enregistré une rupture par moments, comme la vitamine, a signalé Oualalou, expliquant l’absence de certains médicaments par le manque de matières premières qui sont importées de l’étranger. En outre, les défauts de distribution peuvent aussi être à l’origine de ces ruptures.