La revue de presse de ce vendredi 19 février

1429
DR.

Moulay Hafid Elalamy  et la relocalisation des sites industriels, vers un nouveau statut pour les enseignants-chercheurs, la campagne nationale anti-Covid confrontée à plusieurs défis, appel à des projets verts à Fès,  les Marocains, première communauté inscrite à la sécurité sociale espagnole… Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce vendredi :

 

L’Economiste
Elalamy : “La relocalisation des sites industriels, une réelle fenêtre de tir pour le Maroc”

•  Le Plan de relance industrielle atteint, aujourd’hui, sa vitesse de croisière, a assuré Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie, du commerce et de l’économie verte et numérique, rappelant que cette stratégie repose, à la fois sur les atouts de la plateforme industrielle marocaine et sur la réactivité, l’agilité et l’efficacité dont fait preuve les compétences marocaines durant la période de pandémie. Cette stratégie intervient dans un contexte marqué par un processus de relocalisation en cours de la production mondiale, suite à la perturbation des chaînes d’approvisionnement au plus fort de la crise sanitaire, a précisé Elalamy. “Dans le cadre de cette tectonique des plaques qui s’opère, les donneurs d’ordre ayant subi les impacts de la pandémie revoient la localisation de leurs sites industriels. Ce qui constitue une réelle fenêtre de tir pour le Maroc”, a-t-il dit dans un entretien.

 

Enfin un nouveau statut pour les enseignants-chercheurs?

• Après être resté figé pendant près de 24 ans, le statut des enseignants-chercheurs pourrait être bientôt réformé. Une commission mixte, formée par le département de l’Enseignement supérieur et le Syndicat national de l’enseignement supérieur (Snesup) a récemment élaboré un projet de statut. Il devrait ensuite passer au Parlement. Le projet ne prévoit que deux grades : professeurs de l’enseignement supérieur et maître de conférence. Il ouvre aussi la possibilité pour les universités d’engager des professeurs associés (contractuels ou temporaires), y compris parmi des étrangers, ce qui serait une nouveauté absolue. En revanche, le texte prévoit toujours une limite d’âge (hormis pour les fonctionnaires) de 45 ans, pour l’accès au métier.

 

 

Le Matin
Espagne: les Marocains, première communauté inscrite à la sécurité sociale

• Un total de 258.939 Marocains étaient affiliés à la sécurité sociale en Espagne à fin janvier dernier, selon le ministère espagnol de l’intégration, de la sécurité sociale et des migrations. Les Marocains se maintiennent ainsi en tête du classement des travailleurs étrangers extra-communautaires cotisant à la sécurité sociale en Espagne, suivis des Chinois (97.610), ressort-il des données du ministère, publiées jeudi. Le nombre total des étrangers affiliés à la sécurité sociale espagnole a atteint 2.044.669 personnes lors du premier mois de l’année en cours, en baisse de 1,6% par rapport à décembre 2020, soit 33.967 personnes actives de moins et ce en raison du nouveau coronavirus.

 

Maroc le Jour
Fès : appel à projets verts

• La cité de l’innovation de l’Université Sidi Mohamed Ben Abdellah (USMBA) de Fès vient de lancer un appel à projets sur l’entrepreneuriat vert. Ce concours thématique est dédié aux étudiants de l’USMBA, qui souhaitent créer leur Start-up dans des thématiques ayant trait à l’écologie. La compétition se déroulera en deux phases. Le premier jour sera consacré au développement des projets (par des séminaires et du coaching), avant la présentation, durant la deuxième journée, des projets devant un jury. La date limite des inscriptions est fixée au 28 février 2021. Selon l’USMBA, cet évènement s’inscrit dans le cadre de la sensibilisation des citoyens aux sujets écologiques et la promotion de la prise d’initiative par la réalisation de projets ayant un impact positif sur l’environnement.

 

L’Opinion
Santé mobile, l’avenir de nos soins de santé?

• L’évolution de la santé mobile doit encore faire face à de nombreux challenges, mais son développement est inéluctable. En outre, ces nouvelles technologies mobiles de santé risquent de bouleverser profondément la pratique de la profession. “ C’est un développement extraordinaire, mais cela pose le problème de l’organisation future de la médecine. On estime que d’ici 15 ans, 60% des métiers vont changer, du moins, la manière dont le métier fonctionne. Il y aura de nouvelles opportunités à saisir et il faut s’y préparer dès aujourd’hui”, estime Dr. Sara Bourkia, médecin généraliste.

 

Libération
Outsourcing: un secteur résilient aux perspectives prometteuses

• Avec une dynamique de croissance et de création d’emploi défiant les effets de la pandémie, le secteur de l’outsourcing (externalisation des services) au Maroc a gagné autant en taille qu’en compétitivité au point de hisser le Royaume parmi les pionniers du secteur, voire sa destination la plus qualitative en Afrique. Bien que l’outsourcing a démarré il y a une vingtaine d’années avec la mise en service des centres de contact, le secteur a su se réinventer en permanence et conquérir de nouveaux horizons pour finalement s’imposer en secteur à part entière qui consiste en l’externalisation de l’ensemble des métiers de services à valeur ajoutée.

 

Al Ittihad Al Ichtiraki
La campagne nationale anti-Covid est confrontée à plusieurs défis

• Même si le nombre des personnes vaccinées contre le coronavirus au Maroc reste tout de même important par rapport aux pays du Maghreb, la campagne nationale anti-Covid est confrontée à plusieurs défis. Depuis son lancement, un peu plus de 2 millions de doses ont été administrées aux Marocains et résidents dans le pays. Ceci étant, la vaccination de 30 millions de personnes nécessiterait au moins 10 mois. Face à ce constat, Dr Moulay Mustapha Ennaji, virologue, directeur du Laboratoire de la virologie à l’Université Hassan II-Casablanca, reste optimiste quant à la capacité du Maroc à achever ladite campagne dans les délais (mi-avril) et appelle les Marocains à se vacciner et multiplier les efforts pour relever ce défi.