La revue de presse de ce mercredi 24 février

DR.

Les multinationales doivent se préparer à un nouvel exercice fiscal, Covid-19: le Maroc passe à la vitesse supérieure et menace de rendre la vaccination obligatoire, 2020, l’année de tous les prêts, Conjoncture: des signes encourageants pour plusieurs secteurs… Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce mercredi :

L’Économiste
Les multinationales doivent se préparer à un nouvel exercice fiscal

En effet pour avoir adhéré depuis le 1er mars 2019 au cadre inclusif concernant les projets BEPS (projet sur l’érosion, de la base d’imposition et le transfert de bénéfices), le Maroc a institué l’obligation de déclaration de la répartition mondiale des bénéfices. La mesure dite déclaration pays par pays cible les groupes d’entreprises multinationales. Cette obligation s’appliquera à l’exercice comptable ouvert depuis le 1er janvier 2021. Le royaume s’est engagé à mettre en œuvre la norme minimale de l’Action 13 du projet via la ratification de la convention d’assistance administrative mutuelle dans le domaine de la fiscalité et la signature de l’Accord multilatéral entre juridictions.

Conjoncture: des signes encourageants pour plusieurs secteurs

Après une année 2020 marquée par la récession, l’optimisme est de retour. Selon la dernière note de conjoncture du ministère des Finances, “l’économie nationale devrait renouer avec la croissance en 2021”. La perspective est favorisée à la fois par le déploiement accéléré du vaccin contre la Covid-19 et le plan de relance économique. Le tout, conforté par les prémices d’une bonne campagne agricole et d’indicateurs secteurs orientés à la hausse. De même, le rebond des cours à l’international des cours du pétrole et matières premières augure d’une reprise économique des économies développées. Ce qui devrait se traduire par une amélioration de la demande adressée au Maroc. Pour le moment, le seul bémol tient encore à la reprise de la demande intérieure. Celle-ci ayant été fortement impactée par la pandémie et deux années de sécheresse.

Al Alam
Covid-19: le Maroc passe à la vitesse supérieure et menace de rendre la vaccination obligatoire

Parallèlement à l’émergence continue de cas confirmés de la nouvelle souche de Coronavirus au Maroc, et à l’impact possible de celle-ci sur le déroulement normal de la campagne nationale de vaccination contre le Covid-19, les autorités compétentes sont passées à la vitesse maximale pour faire face à la flambée de coronavirus mutations. Ainsi plusieurs nouvelles procédures ont été conçues, notamment la suspension des vols avec plusieurs pays, la mobilisation des agents et auxiliaires d’autorité pour faire venir les personnes ciblées par la vaccination et la création d’une application pour surveiller les personnes après leur vaccination.

Aujourd’hui Le Maroc
Fret maritime: Le délai pour exploiter la ligne Tarfaya-îles Canaries prolongé

Le ministère de l’Équipement, du transport, de la logistique et de l’eau prolonge le délai de dépôt des candidatures à l’appel à manifestation d’intérêt (AMI) pour l’exploitation d’une ligne de transport mixte entre le port de Tarfaya et un port des îles Canaries. La nouvelle date limite pour le dépôt des dossiers a été fixée au 27 avril prochain. Selon le département de l’équipement, «en raison de la pandémie de Covid-19 et les difficultés rencontrées par des candidats désireux de participer à l’AMI N° 01/AMI/2020/DMM relatif à l’exploitation d’une ligne maritime de transport de fret et de passagers entre le port de Tarfaya et un port des îles Canaries, et suite à leurs demandes et afin de favoriser la concurrence, la Direction de la marine marchande porte à la connaissance des opérateurs potentiels que le délai de dépôt des dossiers de candidature est prolongé jusqu’au 27 avril prochain».

Akhbar Al Yaoum
2020, l’année de tous les prêts

Les statistiques récemment publiées par la Banque centrale montrent que les établissements bancaires ont distribué près de 41 milliards de dirhams durant l’exercice 2020. Ainsi, l’encours des crédits bancaires s’est établi à 958,1 milliards de dirhams contre 917 milliards de dirhams à fin décembre 2019. La Banque centrale indique que si pour une année normale ces chiffres sont révélateurs d’une production de crédits bancaires plutôt bonne, cette amélioration semble, pour 2020, moins évidente, poussant à scruter l’évolution des différentes composantes de ces prêts. Bank Al-Maghrib précise que la hausse des crédits bancaires en 2020 s’explique principalement par des prêts garantis par l’État et déployés en faveur des établissements et des entreprises.

Le Matin
Retraite : 16 milliards de dirhams pour 5 millions de nouveaux bénéficiaires

L’élargissement de la base des bénéficiaires des régimes de retraite va couvrir les personnes exerçant un emploi et ne bénéficiant d’aucune retraite, et ce à travers la mise en œuvre totale du régime de retraite relatif aux professionnels et travailleurs indépendants et aux non-salariés exerçant une activité privée, pour couvrir toutes les personnes concernées. Cette opération, qui cible 5 millions de nouveaux bénéficiaires, va coûter 16 milliards de dirhams par an selon le ministre de l’Économie, des finances et de la réforme de l’administration. Avant cette grande réforme, qui atteindra ses objectifs en 2025, le Maroc avait entamé en 2016 une première réforme des régimes de retraite en vue de renforcer la résilience des opérateurs du secteur et de garantir leur pérennité.

Libération
59 Subsahariens secourus au large d’Al Hoceima

Un moyen nautique du 1er bataillon d’infanterie de marine, en collaboration avec le cormoran de la Brigade de la Gendarmerie Royale d’Al Hoceima, a porté secours, lundi matin au large du poste de surveillance Espalmadero (région d’Al Hoceima), à 59 Subsahariens candidats à la migration irrégulière qui étaient à bord d’une embarcation pneumatique, apprend-on de source militaire. Parmi les personnes secourues se trouvaient 33 femmes, sept enfants et sept bébés, précise-t-on de même source.

Maroc Le Jour
Le Maroc mobilisé dans le combat contre le racisme et la xénophobie

L’ambassadeur représentant permanent du Maroc auprès de l’Office des Nations Unies à Genève, Omar Zniber, a réitéré, lundi, lors de la 46e Session du Conseil des Droits de l’Homme, la mobilisation constante du Royaume en faveur du combat contre le racisme et la xénophobie. “Partant de sa conscience responsable, de sa parfaite compréhension des multiples méfaits du racisme, de la xénophobie et de la discrimination en tout genre, le Royaume du Maroc a toujours fait montre d’un engagement, sans faille, en faveur du respect des principes fondamentaux de la déclaration de Durban, et ce, même bien avant son adoption en 2001”, a souligné Zniber qui présentait la déclaration du Maroc au titre du panel de Haut niveau sur la Célébration du 20e anniversaire de la Déclaration et du Programme d’action de Durban.