La revue de presse de ce mercredi 2 septembre

2649
DR.

Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce mercredi :

 

Le Matin

Amrani met à nu le détournement des aides humanitaires destinées aux séquestrés de Tindouf

•. L’ambassadeur du Maroc en Afrique du Sud, Youssef Amrani, a jeté la lumière sur les défaillances de responsabilité et les transgressions de devoir qui maintiennent les populations séquestrées dans les camps de Tindouf dans des situations humanitaires toujours plus dégradées. « Les violations des droits de l’Homme par les séparatistes du « polisario » dans les camps de Tindouf en Algérie se poursuivent depuis la création des premiers camps il y a plus de 40 ans et les abus systématiques se sont multipliés », a dit Amrani dans une nouvelle capsule diffusée dans le cadre de la campagne de communication de l’ambassade intitulée « entre mythes et réalités: comprendre le différend régional autour du Sahara ». L’ambassadeur a assuré également qu’il devient inéluctable et impératif d’apporter les réponses formelles, sans doute gênantes pour certaines parties, sur le nombre de personnes vivant dans les camps de Tindouf, la volonté de ces derniers et les circuits parallèles empruntés par les millions d’euros d’aides humanitaires dont les populations séquestrées n’ont vu ni la couleur ni senti l’odeur.

 

Université Cadi Ayyad : Création de 20 centres de proximité pour les examens

•. L’Université Cadi Ayyad (UCA) de Marrakech a procédé à la création de 20 centres de proximité au profit des étudiants qui vont passer les examens de la session printanière de la Licence fondamentale, au titre de l’année universitaire 2019-2020 prévue en mois de septembre. Ces centres se répartissent entre les villes de Marrakech, Essaouira (2 centres), Dakhla, Beni Mellal, Tahanaout, Youssoufia (2 centres), Ouarzazate, Azilal, Benguérir, Safi (2 centres), Zagora, Guelmim, Chichaoua, Tinghir, Laayoune, Agadir et Kelaâ des Sraghna (un seul centre et 08 espaces pour passer les examens). Selon l’UCA, la création de ces centres d’examen intervient dans le contexte de la conjoncture exceptionnelle que traverse le Royaume en raison de la pandémie, et le souci de préserver la santé de toutes les composantes de l’université (étudiants, enseignants et administratifs).

 

L’Economiste
Nouvelle organisation au ministère de l’Intérieur

•. Nouvelle organisation interne pour le ministère de l’Intérieur. L’arrêté relatif à la définition des attributions et à l’organisation des divisions et services relevant des directions centrales de ce département vient d’être publié au Bulletin Officiel. La refonte est justifiée par le besoin de se conformer aux nouveaux enjeux, particulièrement ceux liés à la mise en œuvre de la Charte de déconcentration et à la transformation numérique. En plus des dossiers pris en charge traditionnellement par ces services et divisions, ces derniers sont appelés à s’acquitter de nouvelles missions. Par exemple, au niveau de la direction générale des affaires intérieures, un service sera dédié aux documents sécurisés. La gestion des carrières des agents d’autorité est prise en charge par une division au sein de la même direction, en plus d’une autre chargée de l’évaluation des performances et de l’accompagnement.

 

Mise en garde contre une hausse plausible de la pauvreté au Maroc

•. Au cours des vingt dernières années, le Maroc a réussi une réduction significative de la pauvreté monétaire, passée de 15,3% en 2001 à 4,8% en 2014, selon le HCP. Cependant, les nouvelles estimations de la Banque mondiale, basées sur le revenu par habitant, indiquent que l’incidence de la pauvreté pourrait atteindre 6,6% en 2020. Par ailleurs, en raison de la crise économique et sociale déclenchée par Covid-19, la proportion de personnes «vulnérables à la pauvreté» et/ou «pauvres pourrait passer de 17,1% de la population en 2019 à environ 19,87% en 2020, soit environ 1 million de personnes additionnelles. Selon une note stratégique sur l’«impact social & économique de la crise duCovid-19 au Maroc» établi par le HCP, le Système des Nations Unies au Maroc et la Banque Mondiale, l’impact socioéconomique de la crise sera sans doute ressenti en premier lieu et durement par les travailleurs du secteur informel.

 

Aujourd’hui le Maroc
Covid-19 : l’apparition de clusters dans les écoles est inévitable

• Bon nombre d’élèves vont reprendre le chemin de l’école le lundi 7 septembre. Une rentrée des classes sous haute surveillance alors que les cas confirmés de Covid-19 continuent d’augmenter de manière régulière au Maroc. Malgré le protocole sanitaire qui sera appliqué dans les écoles, de nombreux parents inquiets craignent de possibles éclosions de Covid-19. Le Dr Jaafar Heikel, épidémiologiste et infectiologue, expert international, reconnaît que «des contaminations et des clusters dans les écoles vont se déclarer, c’est inévitable». Il estime qu’il faudra «gérer» ces nouveaux clusters. Cela dit, Heikel fait savoir que «les enfants en cas de diagnostic positif ont moins de risques de complication que les personnes adultes». En effet, toutes les études scientifiques sur le sujet ont démontré que les enfants développent très rarement des formes graves du coronavirus.

 

Bientôt des scientifiques à bord des bateaux de pêche

• Pour assurer une exploitation durable des ressources halieutiques, des observateurs scientifiques embarqueront bientôt à bord des navires de pêche nationaux et étrangers. La gestion et le développement durable des ressources halieutiques se trouvent au cœur des priorités de la stratégie Halieutis. Dans la continuité des actions déjà lancées dans ce sens, le département de la pêche maritime s’apprête à affecter des observateurs scientifiques à bord des navires de pêche nationaux et étrangers, en vertu des accords signés entre le Royaume du Maroc et leurs pays respectifs et des conventions de pêche. Dans les détails techniques, au cours des missions en mer, l’observateur scientifique aura pour mission de procéder, entre autres, à des observations scientifiques en lien avec la zone de pêche, les espèces, les engins de pêche, le degré d’application de la réglementation nationale des pêches maritimes…etc.

 

Maroc le Jour
Casablanca: une série d’infractions mises à jour dans 49 restaurants et 117 cafés

•. Les services de la sûreté nationale de Casablanca ont procédé au contrôle de 49 restaurants avec débit de boissons alcoolisées et 117 cafés, lesquelles opérations ont donné lieu à la constatation de 119 infractions, dont 31 dans le secteur d’Ain Diab, toutes traitées selon les dispositions légales et sous la supervision du parquet compétent. Dans ce cadre, des infractions juridiques et des éléments constitutifs d’actes criminels ont été enregistrés lors d’une opération de contrôle sécuritaire menée, la veille, dans un établissement hôtelier à Casablanca, ont indiqué des responsables de la Sûreté nationale. Certaines infractions relevées, au terme de cette descente lancée à partir de 15H00, touchent à la santé publique, comme la commercialisation de boissons alcoolisées de contrebande, tandis que d’autres sont en liaison avec la falsification de vignettes fiscales et des marques commerciales des boissons alcoolisées mises en vente, a-t-on souligné au cours d’une rencontre avec la presse tenue à la préfecture de police de la métropole.

 

L’Opinion
Les réanimations à la merci des infections nosocomiales

•. Alors que les services de réanimation des divers hôpitaux du Royaume fonctionnent à plein régime, se pose avec acuité la question des infections nosocomiales. Cette appellation désigne les infections associées aux soins qui ont été contractées au cours d’un séjour dans un établissement de santé et qui étaient absentes au moment de l’admission du patient. Pourtant, le ministère de la Santé affirmait en 2019 que le taux de prévalence des maladies nosocomiales au Maroc était de 5,4%. «En comparaison avec les pays européens, le Maroc a habituellement des taux qui ne sont pas très différents en matière de proportion d’infections nosocomiales », confirme Dr Zakaria Ouassou, réanimateur et membre du comité de lutte contre les infections nosocomiales de l’hôpital d’Azrou. «Il est cependant difficile d’évaluer ce genre de risque en période de pandémie en l’absence d’un véritable registre des maladies », précise le praticien.

 

Explore Agadir Souss Massa, la plateforme pour la promotion du tourisme

•. La Société de développement régional (SDR) du tourisme Souss-Massa a lancé récemment la plateforme « Explore Agadir Souss Massa », en vue de promouvoir les atouts touristiques et naturels dont regorgent les différentes provinces de la région. Cette plateforme vise également à mettre en valeur l’identité et les richesses culturelles et naturelles de la région et à présenter une information claire, précise et actualisée aux touristes nationaux et internationaux, ainsi qu’aux professionnels, indique un communiqué de la SDR du tourisme Souss-Massa. Avec plus de 20 circuits touristiques, la plateforme permet d’explorer toute la région et de découvrir ses multiples facettes à travers des idées et des offres adaptées aux tendances touristiques.

 

Al Massae
Collectivités territoriales: Excédent budgétaire de 4,2 MMDH à fin juillet

•. L’exécution des budgets des collectivités territoriales, sur la base des recettes encaissées et des dépenses émises, laisse apparaître un excédent budgétaire de 4,2 milliards de dirhams (MMDH) au titre des sept premiers mois de cette année, contre un excédent de 6,7 MMDH un an auparavant, selon la Trésorerie Générale du Royaume (TGR). Cet excédent tient compte des dépenses d’investissement de plus de 6 MMDH et des soldes positifs de 500 millions de dirhams (MDH) et 8 MDH dégagés par les comptes spéciaux et les budgets annexes, précise la TGR dans son bulletin mensuel de statistiques des finances locales de juillet 2020. Le bulletin fait également ressortir que les recettes ordinaires des collectivités territoriales se sont établies à 23 MMDH, en diminution de 11,5% par rapport à fin juillet 2019. Ceci s’explique par la baisse de 8,1% des recettes transférées, de 14,3% des recettes gérées par l’Etat et de 20,9% des recettes gérées par les collectivités territoriales.

 

Rissalat Al Oumma
Fruits et légumes: Le Maroc 1er fournisseur de l’Espagne

•. Le Maroc reste le premier fournisseur du marché espagnol en fruits et légumes. Au premier semestre, le Royaume a ainsi exporté 358.329 tonnes, soit une progression de 25% en glissement annuel, selon les données relevées par FEPEX. En valeur, les exportations marocaines représentent 548 millions d’euros (soit environ 6 milliards de DH), en hausse de 18% en glissement annuel. Les fruits et légumes marocains représentent d’ailleurs 38% des importations depuis les pays tiers pour l’Espagne. Durant les cinq dernières années, les exportations marocaines au premier semestre sont passées de 214.215 tonnes en 2016 à 358.329 tonnes en 2020, en hausse de 67%. En valeur, elles sont passées de 312,3 millions d’euros à 548 millions d’euros, marquant un bond de 76%.Akhbar Al Yaoum :• Pour l’enseignement présentiel. « C’est vrai, le virus circule toujours mais il faudra appliquer les mesures de prévention sanitaires, respecter la distanciation social et veiller au port du masque et ce, pour juguler la propagation du coronavirus dans les milieux scolaires », a dit le virologue Mustapha Naji, notant qu’il faudrait également privilégier l’enseignement présentiel au détriment de l’enseignement à distance qui, selon lui, n’a pas donné les résultats escomptés. Pour ce qui est de la rentrée scolaire, Naji a indiqué que les familles doivent placer l’enfant au cœur de toutes les préoccupations en optant pour l’enseignement présentiel.