La revue de presse de ce mercredi 2 juin

2637

La guerre au plomb des peintures déclarée, les usagers mécontents des transports publics, l’Intérieur et la situation des gardiens de véhicules, Jeunes parlementaires de moins de 30 ans: le Maroc loin derrière, Jackpot pour les conseillers parlementaires… Voici les principaux titres développés par la presse nationale de mercredi:

 

L’Economiste
Enquête: transport public, la galère continue…

Ils sont 46% à exprimer leur mécontentement dans le cadre de l’enquête « Market Insights » publiée par Marketphone, filiale du groupe Sunergia. Ainsi, sur un millier de Marocains, choisis de façon aléatoire, près de la moitié se disent plus ou moins insatisfaits. La majorité d’entre eux sont originaires de l’axe Casa Rabat. Malgré les efforts entrepris ces dernières années pour améliorer l’offre de transport public (nouvelles lignes de tram, bus neufs…), le taux d’insatisfaction y reste élevé (52%). Cet axe concentre l’essentiel de l’activité économique qui génère plus de déplacements vers les lieux de travail.

 

Le Maroc déclare la guerre au plomb des peintures

L’utilisation du plomb dans la peinture est surveillée de près. La norme de l’Institut marocain de normalisation (Imanor) sur la teneur en plomb de la peinture devient obligatoire. Publiée au Bulletin officiel, elle fixe à 90 ppm la teneur maximale en plomb conformément aux recommandations de l’Organisation mondiale de la santé. Dans une première étape, la norme cible la présence du plomb dans les peintures avant de s’appliquer également aux autres métaux lourds. Le plomb est une substance qui s’attaque à l’organisme humain, en particulier le cerveau, le foie, les reins et les os. Il est utilisé par certaines unités industrielles pour donner de la brillance à la peinture.

 

Le Matin
Hausse de 22,3% des exportations à fin avril

Les échanges extérieurs signent leur reprise. À fin avril, les exportations du Royaume se sont envolées de 22,3% à 102,624 milliards de DH, tandis que les importations ont progressé de 10,7% à 165,391 milliards. Avec une amélioration de 5,9 points, le déficit commercial s’allège de 4,2%, soit -62,767 milliards de DH. Dans le détail, la hausse des exportations a concerné la plupart des secteurs. L’automobile vient en tête avec une nette accélération des ventes de 62,6% à 29,522 milliards de DH. Selon l’Office des changes, cette performance est attribuable à la nette progression des segments de la construction (+71,9%) et du câblage (+50,4%).

 

Jeunes parlementaires de moins de 30 ans: le Maroc 55e

Jeunes parlementaires de moins de 30 ans: le Maroc 55e avec un taux avoisinant 2,03%. La part mondiale des parlementaires âgés de moins de 30 ans a légèrement augmenté pour atteindre 2,6%, selon le dernier rapport de l’Union interparlementaire (UIP) intitulé « La représentation des jeunes dans les Parlements nationaux ». Quatrième du genre, le rapport se fonde sur les données de 2020 (les données présentées ont été arrêtées au 14 septembre 2020). À ce titre, le Maroc, dont les députés sont en fin de mandat, occupe le 55e rang dans ce classement avec 2,03% de parlementaires ayant cet âge, dont 62,5% sont des femmes, souligne le document. Un classement qui passe au 76e rang s’agissant des parlementaires de moins de 40 ans (soit 12,91%). Le pays recule même plus encore (au 82e rang) avec 24,56% de parlementaires de moins de 45 ans.

 

Aujourd’hui le Maroc
Liquidation du régime de retraite : Jackpot pour les conseillers parlementaires

La Commission des finances et du développement économique à la Chambre des représentants vient d’adopter à la majorité la proposition de loi relative à l’annulation et la liquidation du régime de retraite des membres de la Chambre des conseillers. L’adoption de ce texte vient après une polémique qui a duré plusieurs mois. En effet, le texte élaboré par les conseillers parlementaires leur permet de récupérer la totalité des réserves de leur régime de retraite, composées de leurs cotisations ainsi que les cotisations versées par l’Etat. C’est cette disposition qui a fini par provoquer la polémique. Certaines voix au sein du Parlement et dans les milieux politiques avaient demandé que les cotisations versées par l’Etat ne soient pas récupérées par les parlementaires et de les verser plutôt au fonds de solidarité contre la pandémie du coronavirus. Finalement, les partisans de la récupération de la totalité des cotisations ont obtenu gain de cause.

 

Al Bayane
Sonasid prévoit un programme d’investissement de 120 MDH

Sonasid a réalisé un chiffre d’affaires (CA) de 969 MDH au titre des trois premiers mois de 2021, en hausse de 54% par rapport au premier trimestre 2020, marqué par les effets de la crise sanitaire sur la demande. Par rapport à l’année 2019, la croissance du CA est de +5%, indique Sonasid dans un communiqué sur ses indicateurs financiers au T1-2021, relevant que la bonne performance du premier trimestre 2021, portée par des volumes de vente en progression de 43% par rapport à fin mars 2020 et de +7,5% par rapport à 2019, confirme la reprise observée depuis le mois de juin 2020. Pour ce qui est des investissements, Sonasid prévoit de déployer un programme d’investissement de 120 MDH, dont l’exécution se fera principalement au cours du second semestre 2021. Ces investissements seront essentiellement alloués au projet d’excellence opérationnelle et au développement de nouveaux produits.

 

Maroc Le Jour
La Banque mondiale salue le nouveau modèle de développement

La Banque mondiale salue le nouveau modèle de développement (NMD), proposé par la Commission spéciale sur le modèle de développement (CSMD), qui établit un schéma participatif et pose les jalons d’un modèle tourné vers l’avenir, a affirmé le Directeur du département Maghreb à la Banque Mondiale (BM), Jesko Hentschel. Ce modèle établit le rôle et les responsabilités de chaque acteur, y compris les citoyens, dans l’édification d’un Maroc « prospère, pluriel et ouvert », a relevé Hentschel.

Al Ahdath Al Maghribia
L’Intérieur et la situation des gardiens de véhicules

Le ministre délégué auprès du ministre de l’Intérieur, Noureddine Boutayeb, a indiqué que l’exploitation du service du stationnement des véhicules entre dans le cadre de l’occupation temporaire du domaine public régie par un ensemble de textes législatifs et réglementaires. En réponse à une question orale sur « l’absence d’un cadre réglementaire régissant la profession du gardiennage des voitures », Boutayeb a souligné que cette exploitation est régie notamment par la loi organique nº 113-14 relative aux communes qui octroie aux autorités locales et aux conseils locaux et à leurs présidents, chacun en ce qui le concerne, des compétences d’organisation et de contrôle du volet de l’occupation temporaire du domaine public de manière générale.