La revue de presse de ce mercredi 2 décembre

1999
DR.

Vaccination anti-Covid: le compte à rebours, consommation: les ménages prudents, malades du Covid-19 traités à domicile, deux zones de distribution et de commerce à El Guerguarat et Bir Guandouz… Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce mercredi :

 

L’Economiste
Vaccination anti-Covid: le compte à rebours a commencé

• C’est la seule solution pour juguler la pandémie Covid, une vaccination à grande échelle permettant de développer une immunité collective contre le SARS-CoV-2. Le Maroc s’apprête à lancer sa campagne vers la mi-décembre, selon une déclaration du ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb. Néanmoins, aucune date n’a encore été officiellement précisée. Le Ministère de la Santé ne se prononce toujours pas sur la question, mais les préparatifs vont bon train. Des commissions impliquant toutes les parties prenantes à cette opération sont mobilisées, afin de verrouiller tous les aspects: logistique, juridique, évaluation, suivi..Le ministère prévoit de vacciner, en l’espaces de quelques semaines (trois mois), 80% de la population de plus de 18 ans, à commencer par les catégories les plus exposées au virus et les plus vulnérables, à savoir le personnel de santé, les forces de l’ordre, les personnes âgées ou souffrant de pathologies chroniques…

 

Consommation: les ménages prudents

•. Après s’être effondrée au deuxième trimestre en raison du confinement et de l’impact de la crise sur le pouvoir d’achat, la consommation des ménages a limité sa baisse à 10,8% au troisième trimestre. Cette légère reprise est variable selon les catégories de dépenses et expose beaucoup d’entreprises a un risque de faillite. Les ménages ont davantage privilégié les achats de biens d’équipement que les dépenses dans le transport ou la restauration. Plus globalement, ils restent très prudents et cela se voit au niveau du comportement du crédit à la consommation dont la baisse est passée de 1,5% en juin en glissement annuel à 3,1% en octobre selon Bank Al-Maghrib. En revanche, la double baisse des prix des biens immobiliers et des taux d’intérêts ont stimulé les acquisitions de logement.

 

Aujourd’hui le Maroc
4,8 millions DH pour des projets à Guerguarat et Bir Guandouz

• Deux zones de distribution et de commerce seront créées au sud de la ville de Dakhla, en l’occurrence dans la région d’El Guerguarat et de Bir Guandouz (superficie de 30 ha chacune) et qui viennent pour accompagner la dynamique tous azimuts que connaissent les provinces du Sud du Royaume. Dans les détails, le Conseil régional de Dakhla-Oued Eddahab en tant que maître d’ouvrage vient de publier un appel d’offres pour la réalisation des études techniques et suivi des travaux de viabilisation des zones de distribution et de commerce à Bir Guandouz et El Guerguarat. L’estimation des coûts des prestations établie par le maître d’ouvrage est fixée à 4.800.000 DH, tandis que l’ouverture des plis aura lieu le 8 décembre. Dans les détails techniques, le programme de la zone El Guerguarat comporte un ensemble de zones logistiques dédiées à l’accueil des fonctions logistiques et des sites logistiques privatifs comportant plusieurs types de plateformes différentes, avec une mutualisation des infrastructures communes et des services généraux sur site.

 

Stock de sang: les réserves ne couvrent que 3 jours

• Conséquence de la pandémie de coronavirus, les dons de sang se font rares. Selon les derniers chiffres disponibles par Dr. Khadija Lahjouji, directrice du Centre national de transfusion sanguine et d’hématologie du Maroc (CNTSH), à la date du lundi 30 novembre, les stocks de produits sanguins au niveau national sont de 3.360 poches de sang, ce qui est l’équivalent d’une consommation de seulement 3 jours. C’est un chiffre alarmant sachant que l’OMS recommande un stock minimum de sécurité de 7 jours, déplore la directrice du CNTSH. Dans certaines grandes villes, la situation est toujours aussi critique. C’est notamment le cas de Casablanca qui fait face à une grosse pénurie de sang alors que la demande ne cesse d’augmenter. «A Casablanca, la réserve ne couvre qu’un jour. A Rabat et Fès, les stocks ne dépassent pas les besoins de 2 jours», précise Dr. Lahjouji.

 

L’Opinion
Malades du Covid-19 traités à domicile… ces laissés-pour-comptes

• Afin de soulager les établissements de santé publique de la pression de la flambée des cas de Covid-19, le ministère de la Santé a décidé, le 8 août dernier, de permettre aux patients sans facteurs de risques d’être pris en charge à domicile. Toutefois, livrés à eux-mêmes, de nombreux malades ne respectent pas la durée d’isolement de quatorze jours et le suivi des équipes médicales fait défaut. Par insouciance, indiscipline ou inconscience, ces porteurs du virus circulent dans la rue, mettant en péril la santé des autres. Alors que d’autres pays durcissent le contrôle de l’isolement des cas positifs avec des peines et des amendes dissuasives, le Maroc reste indulgent vis-à-vis des transgresseurs avec des mesures légales plus ou moins floues.

 

Al Massae
Un QR code attribué à toute personne vaccinée contre le covid

• « Il faut faire un suivi des personnes vaccinées contre le Covid-19 qui seront enregistrées sur les listes électroniques et se verront attribuer un QR code, car nous voulons que les Marocains soient parmi les premiers à être vaccinés étant donné que le monde entier demandera un passeport immunologique », a souligné le ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb. La stratégie nationale de vaccination anti-Covid est établie dans le cadre d’un système auquel participent des comités scientifiques et techniques en coopération avec le ministère de l’Intérieur, a dit Ait Taleb dans une déclaration à la chaîne 2M. « Nous travaillions également sur l’accompagnement central et régional ainsi que le suivi post-vaccination. Ce dernier est plus important que la vaccination en elle-même », a-t-il fait remarquer.

 

Assahraa Al Maghribiya
Fonds Mohammed VI pour l’Investissement: Benchaâboun en appelle à l’UE

• Le ministre de l’Economie, des finances et de la réforme de l’administration, Mohamed Benchaâboun, a sollicité lors d’une rencontre avec le commissaire européen chargé du Voisinage et de l’Elargissement, Oliver Varhelyi, le soutien de l’Union Européenne (UE) pour participer de manière importante au Fonds Mohammed VI pour l’Investissement. Pour M. Benchaâboun, cet appui pourrait constituer un relais pour la promotion de la présence des investisseurs européens au Maroc et pour le renforcement de la diversification des sources d’approvisionnement dans le cadre d’une refonte intelligente des chaines de valeur mondiales, indique un communiqué du ministère. Mettant l’accent sur le plan de relance du Maroc post Covid-19 et la vision et la démarche de sa mise en place, le ministre a mis en exergue le rôle du « Fonds Mohammed VI pour l’Investissement » qui contribuera, en partenariat avec le secteur privé, au financement et à l’accompagnement de l’investissement, par le biais de fonds thématiques, notamment dans les domaines de la restructuration industrielle, de l’innovation et des activités de croissance prometteuses, de la promotion des petites et moyennes entreprises, des infrastructures, de l’agriculture et du tourisme. De son côté, M. Varhelyi a relevé que la mise en place du « Plan de Développement en faveur du Sud » constitue l’occasion de rehausser davantage les relations exemplaires entre le Maroc et l’Union Européenne.