La revue de presse de ce mercredi 18 novembre

1806
DR.

Un centre pour les cas asymptomatiques à Al Hoceima, la lutte de la CNSS contre les fraudeurs, le pan de sauvetage de la RAM, l’heure du bilan pour la lagune de Marchika… Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce mercredi :

 

Le Matin
Aménagement de la lagune de Marchika : l’heure du bilan

• L’heure est au bilan pour la mise en œuvre de la convention de développement de la lagune de Marchica. L’Agence pour l’aménagement du site de la lagune doit engager, le 3 décembre prochain, l’étude d’évaluation de l’opérationnalisation de ce cadre conventionnel signé en 2014. L’étude, qui sera confiée à un cabinet externe, dressera le bilan des réalisations de la convention de financement, évaluera l’impact socio-économique de ces réalisations et élaborera un programme «ambitieux et réaliste» pour les prochaines années. Ce qui devrait permettre de mettre sur les rails les «grands» projets d’avenir de l’Agence avec des impacts à long terme. Le consultant aura également à identifier les projets à forte valeur ajoutée sur le plan économique et social et qui contribueront davantage à la mise en valeur de la lagune de Marchica située dans l’Oriental, ainsi que le coût de réalisation de chaque projet.

 

Maroc le Jour
Al Hoceima : un centre de prise en charge des cas asymptomatiques à la Covid-19

• Un nouveau centre médical de prise en charge des cas de contamination au nouveau coronavirus (Covid-19) a récemment vu le jour dans la localité de Cala Bonita à Al Hoceima, renforçant ainsi l’offre sanitaire dans la province. Ce centre contribuera à alléger la pression croissante sur l’hôpital de proximité d’Imzouren, destiné à accueillir les cas de Covid-19 et à faciliter le processus de prise en charge des patients qui ne présentent aucun symptôme. Dans une déclaration à la MAP, le délégué provincial de la Santé à Al Hoceima, Mohamed El Yeznasni, a souligné que l’ouverture de cette structure sanitaire vise à accueillir les malades qui ne présentent aucun symptôme du virus et à éviter la congestion dans l’hôpital de proximité d’Imzouren, afin de pouvoir se concentrer sur les cas qui développent des complications au virus et sont dans un état critique.

 

Aujourd’hui le Maroc
Fraude à l’AMO : les chiffres de la CNSS

• La CNSS lutte contre les fraudeurs. Dans le but précis de limiter les risques liés aux comportements frauduleux de certains acteurs de l’AMO (assurés et/ou prestataires de soins), la CNSS a mis en place un dispositif de contrôle a priori et a posteriori qui permet le repérage de cas suspicieux. Ainsi, en plus du contrôle de la conformité de la liquidation (erreurs de traitement), le contrôle a priori porte également sur la cohérence de la consommation (détection des abus) et sur la conformité des dossiers (authenticité des pièces justificatives,…). La CNSS précise dans son rapport d’activité de l’AMO au titre de l’année 2019 que 104.849 dossiers ont été contrôlés.

 

L’Opinion
Tayeb Hamdi : “le but de la campagne de vaccination est d’assurer une immunité collective”

• Le Maroc a été parmi les premiers pays à annoncer la volonté de vacciner sa population de façon aussi ample, a dit Tayeb Hamdi, chercheur en politique et système de santé, soulignant que c’est le fruit de l’implication personnelle de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, grâce à laquelle le Maroc a pu participer aux essais cliniques phase 3 du vaccin du laboratoire chinois Sinopharm. Cette position privilégiée va permettre au Maroc de bénéficier du vaccin le plus tôt possible avec des quantités abondantes, a ajouté le chercheur, rappelant que plusieurs pays développés ont d’ores et déjà précommandé les vaccins candidats avant même la parution des résultats des essais cliniques. La durée de la campagne de vaccination dépendra du degré de préparation et de la logistique mise en place à cet effet, a-t-il estimé dans un entretien.

 

Al Ahdath Al Maghribiya
RAM : un plan de sauvetage de l’ordre de 3,4 MMDH

• L’Etat et le Fonds Hassan II, actionnaires, s’apprêtent à renflouer le capital de Royal Air Maroc d’un montant de 3,4 milliards de dirhams (MMDH). La souscription sera ouverte à partir du 20 novembre, jusqu’au 20 décembre prochain. Le plan de sauvetage de la compagnie nationale franchit une nouvelle étape, avec le lancement d’une augmentation de capital d’un montant de 3,4 milliards de dirhams. Une annonce légale fixe les modalités de cette opération, qui va porter le capital de RAM de 3,62 à 7,02 milliards de dirhams, suite à l’émission de 34 millions d’actions nouvelles de 100 dirhams de nominal chacune.