La revue de presse de ce mercredi 17 mars

Un nouveau tournant pour Casablanca Finance City, la peur du vaccin d’AstraZeneca, le projet de loi relatif à la corruption adopté, le Maroc « vaccine 50% plus vite que l’Allemagne”, la colère des professionnels du transport touristique… Voici quelques-uns des principaux titres développés par la presse nationale ce mercredi:

Le Matin
Le Maroc « vaccine 50% plus rapidement que l’Allemagne et la plupart des pays européens »

•  Le centre de réflexion américain spécialisé dans le Moyen-Orient, « The Middle East Institute » a salué les progrès de l’opération de vaccination contre le coronavirus au Maroc qui « vaccine 50% plus rapidement que l’Allemagne et la plupart des grands pays européens ». « Jusqu’à présent, le Maroc a reçu 7 millions de doses des vaccins AstraZeneca et Sinopharm et vaccine 50% plus rapidement que l’Allemagne et la plupart des grands pays européens, à la faveur de l’un des systèmes d’inscription par SMS les plus efficaces au monde », relève l’expert et ancien diplomate américain, Williams Lawrence. Cet enseignant des sciences politiques et des Affaires internationales à la « School of International Service » de l’Université américaine à Washington, rappelle qu’avant la pandémie, l’économie marocaine « s’améliorait grâce à la réduction de la pauvreté, à la création d’emplois et au développement de la plus grande centrale solaire du monde et du plus grand port d’Afrique ».

 

Nouveau tournant pour Casablanca Finance City

• Belles perspectives de développement pour Casablanca Finance City (CFC). Le hub financier africain, qui fête ses 10 ans d’existence, gagnera davantage en attractivité avec l’entrée en vigueur de la réforme de son arsenal juridique. «La réforme de ce cadre régissant la plateforme est très bénéfique puisqu’elle a élargi le spectre des activités éligibles, en incluant 6 nouvelles dont les sociétés d’investissement, le conseil en investissement, les sociétés/plateformes de crowdfunding et les sociétés de négoce. Cela permettra donc à CFC de capter plus d’investissements. Sur le plan fiscal, la Place offre un taux d’imposition de 15%, ce qui dope également son attractivité et sa compétitivité», fait valoir Saïd Ibrahimi, directeur général de CFC, lors d’un webinaire dédié au bilan de 10 ans de la Place, le 16 mars. Le nouveau cadre juridique, constitué du Décret-loi n° 2-20-665 et du Décret de son application, de la Loi de finances 2020 et de celle de 2021, exclut toute distinction entre les activités locales et les activités à l’export.

 

L’Economiste
Finances publiques : les dépenses du personnel insensibles à la crise

• L’Administration publique semble méconnaître les répercussions économiques de la crise sanitaire. Dans le privé, les hausses de salaires et du Smig ont été gelées dans certains secteurs et entreprises en attendant des jours meilleurs. Tout le contraire de l’administration publique où les dépenses du personnel ont pris 3,5% s’établissant ainsi à 24,1 milliards de DH à fin février, selon la situation des charges et ressources du Trésor publiée par le ministère des Finances. Cela s’explique notamment par l’effet des mesures de la 3e phase du dialogue social. Les rappels ont augmenté de 55,5% et la masse salariale structurelle de 2,5%, selon les explications avancées par la Trésorerie générale du Royaume (TGR). Les dépenses du personnel figurent parmi les charges difficilement compressibles. Elles ont atteint 133,5 milliards de DH en 2020 contre 127,7 milliards une année auparavant. Elles représentent 1,5 fois les dépenses d’investissement du budget général et 42,8% des dépenses globales.

Pourquoi les recettes de la TIC sur le tabac sont en baisse ?

• A fin février, la TIC sur le tabac a généré des recettes de l’ordre de 1,34 milliard de DH contre 1,71 milliard de DH au terme de la même période de 2020, soit une baisse de 21,8%. Le repli s’explique par une chute temporaire de la production nationale de tabac pendant le mois de février. Chute qui devrait être compensée au cours des prochains mois. La loi de finances 2021 table sur 11,2 milliards de DH de rentrées au titre de la TIC sur le tabac.

 

L’Opinion
Faut-il avoir peur du vaccin d’AstraZeneca?

• Le désormais très controversé vaccin anti-Covid d’AstraZeneca continue d’alimenter les polémiques suite à l’apparition «d’effets secondaires» isolés dans plusieurs pays. Ce qui a amené les autorités sanitaires de ces derniers à suspendre temporairement son utilisation. Pour sa part, le Maroc, comme pour bon nombre de polémiques ayant émaillé les débuts de la pandémie dont celle ayant trait à l’usage de hydroxychloroquine, a choisi la voie de la souveraineté sanitaire en poursuivant son processus de vaccination comme si de rien n’était. Du moins jusqu’à ce qu’une prochaine réunion du Comité scientifique statue officiellement sur le sujet. Face à cette situation et au vu des antécédents, la décision finale du Royaume risque fort de verser vers le statu quo et le maintien de l’usage d’AstraZeneca dont les récentes suspensions en Europe augurent d’une plus grande facilité d’approvisionnement.

 

Dakhla-Oued Eddahab: inscription de 12 gravures rupestres sur la liste du patrimoine national

• La Direction régionale de la culture de Dakhla-Oued Eddahab a procédé récemment à l’inscription de 12 gravures rupestres sur la liste du patrimoine national, en vue de conserver et de mettre en valeur ce patrimoine remarquable. L’inscription de ces sites archéologiques s’inscrit dans le cadre de la stratégie du département de la culture visant à sauvegarder et à valoriser le patrimoine national, tout en assurant la protection juridique des sites archéologiques et des vestiges historiques ayant une valeur culturelle et scientifique pour la civilisation marocaine, indique un communiqué de la Direction régionale de la culture.

 

Al Bayane
Transport touristique : les professionnels maintiennent leur mouvement de protestation

• Après avoir suspendu leur mouvement de protestation la semaine dernière, les professionnels du transport touristique ne semblent pas faire marche arrière et envisagent d’organiser un nouveau sit-in ce jeudi 18 mars devant les établissements du Bank Al-Maghrib et l’ensemble des services extérieurs du ministère des Finances et celui du Transport et ce dans toutes les villes du pays. Selon Mohamed Bamansour, Secrétaire général de la Fédération nationale du transport au Maroc (FNTT-Maroc), « les professionnels revendiquent des modalités claires en matière de l’application de la mesure du report des échéances mises en place par le Comité de veille économique (CVE) au lieu de nous laisser à la merci du diktat des établissements financiers ».

 

Adoption à l’unanimité du projet de loi relatif à la corruption

•. La Chambre des représentants a adopté à l’unanimité, lundi en séance plénière, le projet de loi n°46.19 relatif à l’Instance nationale de la probité, de la prévention et de la lutte contre la corruption (INPPLC). Adopté en présence du ministre de l’Economie, des Finances et de la Réforme de l’Administration, Mohamed Benchaâboun, ce projet de loi s’inscrit dans le cadre de la mise en application des dispositions de la constitution, notamment l’article 167. Il s’agit, en effet, de renforcer la place de l’INPPLC en tant qu’institution nationale de gouvernance, qui s’acquitte de ses missions dans un cadre de coopération, de complémentarité et de coordination institutionnelle et fonctionnelle avec les autorités, les institutions et les autres instances s’inscrivant dans le dispositif national concerné par la lutte contre la corruption.

 

Al Alam
Pêche : des hommes d’affaires basques en prospection au Maroc

• Une importante délégation d’hommes d’affaires du Pays basque s’est enquise, à Rabat, des différentes opportunités d’investissement au Maroc, dans le domaine de la pêche maritime et de l’industrie halieutique. Lors d’une rencontre avec Zakia Driouch, Secrétaire générale du département de la pêche au ministère de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et Forêts, la délégation basque, présidée par Maria Tato, a exprimé sa volonté de développer une coopération entre le Maroc et le Pays basque, notamment dans le secteur de transformation et de valorisation des produits de la pêche et celui du recyclage du plastique issu de la pêche. Intervenant à cette occasion, Driouch a indiqué que cette réunion de prospection se veut une occasion idoine d’échanger sur l’ensemble des opportunités de coopération entre le Maroc et le Pays basque dans le secteur de la pêche.

 

Al Ittihad Al Ichtiraki
Tournages étrangers: l’ONMT et le CCM s’allient pour promouvoir la destination Maroc

• Une convention de partenariat a été signée entre l’Office National Marocain du Tourisme (ONMT) et le Centre Cinématographique Marocain (CCM), avec pour objectif de promouvoir la destination marocaine auprès des producteurs cinématographiques et audiovisuels internationaux. Le but étant de développer de nouvelles stratégies marketing et de dynamiser l’attractivité de la destination pour accueillir davantage de productions étrangères au Maroc. Intervenant lors de la cérémonie de signature de cette convention, la ministre du Tourisme, de l’Artisanat du Transport Aérien, et de l’Economie Sociale, Nadia Fettah Alaoui a souligné que ce partenariat permettra de développer davantage la dynamique et les synergies d’actions entre l’ONMT et le CCM, le tout avec l’appui des deux ministères. Pour sa part, le ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports Othman El Ferdaous, a indiqué que cette convention concrétise l’intersection de deux grandes industries en l’occurrence le tourisme et la production cinématographique, mettant en relief l’importance de promouvoir la destination Maroc auprès des producteurs cinématographiques internationaux.