La revue de presse de ce mercredi 12 août 2020

3774
DR.

Frais de scolarité du privé: suite, la Compensation continue de baisser, La raréfaction des dons de sang… Quelques-uns des principaux titres développés ce matin par vos quotidiens.

 

L’Économiste
Réforme/Portefeuille public: Le Covid-19 donne un coup d’accélérateur

• . La cession de 8% de Maroc Telecom l’année dernière a rapporté 8,9 milliards de DH au Trésor. Ce dernier détient encore une participation de 22% dans la première entreprise du Masi. Cette opération marque le départ d’un nouveau programme de privatisation visant notamment à optimiser l’intervention patrimoniale de l’Etat. Quelques joyaux ont été intégrés à la liste des entreprises privatisables notamment l’Hôtel Mamounia. Cependant, 2020 sera une année blanche sur le plan des privatisations en raison de la pandémie du Covid-19. La dégradation de l’environnement économique a poussé le gouvernement à décaler les cessions prévues cette année (3 milliards de DH) à 2021 et 2022, le temps que les conditions de marché s’améliorent. La crise a aussi mis en évidence la nécessité d’accélérer la réforme du portefeuille public. Cela permettrait notamment de dégager des marges de manoeuvre supplémentaires sur le plan budgétaire.

 

Compensation: la charge décroche de 12%

• La Compensation continue de baisser. Sur le premier semestre, le montant pour le soutien du gaz butane s’est élevé à près 4,7 milliards de DH au lieu de 5,3 milliards à la même période de 2019. Et le paiement des encours des dossiers de subvention du gaz butane et du sucre (arrêté à fin juillet 2020), a porté sur 4,4 milliards de DH. Le montant se décline en 3,4 milliards de DH pour le gaz butane et 1 milliard pour le sucre. A la même période de 2019, la Caisse a dû débourser plus de 5,4 milliards de DH, soit 1 milliard de plus value sur les six premiers mois. Ce montant se répartissait entre 3,6 milliards de DH pour le gaz butane et 1,8 milliard pour la consommation du sucre. A fin juin dernier, la subvention a décroché de 12% pour le gaz butane à près de 4,7 milliards de DH. Ceci, bien que le volume de la consommation ait augmenté de 7% à 1,381 million de tonnes.

 

Aujourd’hui le Maroc
Stock de sang : Alerte rouge !

• La raréfaction des dons de sang sévit pendant la période estivale. En effet, l’été est traditionnellement une période de faible fréquentation des collectes. Donner son sang ne vient pas forcément à l’esprit des estivants et les donneurs réguliers sont souvent en vacances. L’été est également une période critique en raison de l’augmentation des accidents de la circulation. Cette année, le contexte de la Covid-19 est venu aggraver la situation. Par conséquent, les stocks sont au plus bas et les dons actuels ne permettent pas de combler ce déficit. Khadija Lahjouji, directrice du Centre national de transfusion sanguine et d’hématologie du Maroc (CNTSH), explique qu’“Alors que l’OMS recommande un stock minimum de sécurité de 7 jours, ce qui correspond à 5400 donneurs pour tout le Maroc, nous ne disposons actuellement que de 2425 poches de sang pouvant couvrir seulement 3 jours de consommation”. Et de poursuivre : “Nous avons besoin de 800 à 1000 donneurs par jours pour satisfaire toutes les demandes au niveau national”.

Maroc le Jour
Acide phosphorique purifié: l’OCP veut doubler sa production

• Le Groupe OCP et ses partenaires allemand (Budenheim) et belge (Prayon), lancent la construction d’une nouvelle usine de production d’acide phosphorique purifié, à travers leur filiale Euro Maroc Phosphore (EMAPHOS), annonce, mardi, le Groupe OCP. Cette nouvelle usine permettra de doubler la capacité de production annuelle d’EMAPHOS, pour passer de 140.000 T P2 O5/an à 280.000 T P2 O5 /an à partir du 4ème trimestre 2022, indique le Groupe dans un communiqué, relevant que ce projet s’inscrit dans le cadre de la stratégie du Groupe OCP de ses partenaires visant à asseoir son leadership mondial dans la production de l’acide phosphorique purifié par voie humide, technologie reconnue comme MTD (Meilleure technique disponible) en terme d’émissions CO2. Ce projet permettra ainsi de répondre aux évolutions du marché mondial de l’acide phosphorique purifié destiné à des usages spécialisés, souligne la même source, notant que ce doublement de la capacité mettra, par ailleurs, à la disposition du Groupe OCP une partie de la production pour valorisation, dans le futur, sous forme de produits de niche à base d’acide purifié permettant, ainsi, de renforcer le statut du Groupe de producteur mondial de produits phosphatés de spécialité.

 

Bientôt un laboratoire de physique des sols à Benguérir

•  Un laboratoire moderne de physique des sols sera mis en place à l’Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) de Benguérir et ce, dans le cadre du projet « Innovations techniques et pratiques pour réduire les pertes des sols et des eaux en améliorant les propriétés physiques du sol », développé par le Centre d’Innovation Agricole et de Transfert de Technologie (AITTC). Fruit d’un partenariat avec le centre « Rothamsted Research » et l’université de Cranfield (Grande Bretagne), ce projet vise à fournir une formation sur la caractérisation physique des sols et sur la manière dont celle-ci affecte les processus d’érosion des sols dans le cadre d’essais sur le terrain au Maroc, et à mettre en place un laboratoire moderne de physique des sols à l’UM6P, pour soutenir le projet et créer un effet d’héritage en renforçant l’expertise et les capacités à l’UM6P et à l’AITTC, en particulier, précise l’établissement universitaire dans un communiqué publié sur son site internet.

 

Al Bayane
Frais de scolarité du privé: Les parents d’élèves rencontrent le Conseil de concurrence

•. Le Conseil de la Concurrence poursuit ses auditions pour rendre son avis quant à la réalité des prix pratiqués par les établissements de l’enseignement privé. Il faut dire que ces sessions d’écoute se déroulent dans un climat de vive tension entre les patrons d’écoles et les parents d’élèves. Ces derniers n’ont cessé de critiquer les tarifs excessifs imposés par les établissements privés en l’absence d’une loi régulant le secteur. Pis encore, des informations, véhiculées récemment par des parents, évoqueraient le cas de certaines écoles qui imposent aux parents des contrats contraignants en cas de force majeure et ce en les obligeant à en assumer les conséquences.

 

Al Ittihad Al Ichtiraki
Maroc: plus de 1,3 million de personnes en sous-emploi au T2

• Le volume des actifs occupés en situation de sous-emploi a augmenté de 365.000 personnes à 1.359.000 au deuxième trimestre de 2020, selon le Haut-Commissariat au Plan (HCP). Ce volume se répartit sur les villes (753.000 personnes) et la campagne (606.000), indique le HCP dans une note d’information relative à la situation du marché du travail au T2-2020. Le taux de sous-emploi est ainsi passé de 9% à 13% au niveau national, de 7,8% à 12,2% en milieu urbain et de 10,6% à 14,1% en milieu rural, précise la même source. S’agissant du volume de la population active occupée en situation de sous-emploi lié au nombre d’heures travaillées, il a quasiment triplé, passant de 343.000 à 957.000 personnes au niveau national. Le taux correspondant passe de 3,1% à 9,1%.

 

Bayane Al Yaoum
Le ministère de la Justice accorde un grand intérêt aux MRE

•. Le ministère de la Justice accorde un grand intérêt aux questions relatives aux Marocains résidant à l’étranger (MRE) et a procédé à l’amélioration des services juridiques et judiciaires destinés à cette catégorie, a affirmé, lundi à Nador, le ministre de la Justice, Mohamed Benabdelkader. Intervenant lors d’une rencontre autour du thème «Le secteur de la Justice au service des MRE», tenue à l’occasion de la célébration de la Journée nationale du migrant, le ministre a souligné que plusieurs actions ont été menées dans ce sens, notamment la signature de nombre de conventions de coopération judiciaire avec plusieurs pays, que ce soit au niveau pénal ou civil. Il s’agit de renforcer le système d’assistance juridique, faciliter la gestion des litiges et assurer l’application des décisions de la justice, a-t-il expliqué, notant qu’il a été procédé, entre autres, à la publication de guides pratiques pour simplifier plusieurs procédures et mesures d’ordre judiciaire et à la mise en place d’applications numériques facilitant l’accès à des services comme le casier judiciaire, le registre du commerce et le suivi des affaires portées devant les tribunaux.