La revue de presse de ce mardi 26 janvier

3122
DR.

Bientôt de la concurrence pour les taxis au Maroc ?, Marrakech compte sur les vacances scolaires pour reconquérir les nationaux, « M’khinza » plante à vertus ou danger toxique ?, les inondations de Casablanca au cœur du Parlement…Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce mardi:

L’Economiste
Taxis : une proposition pour ouvrir le secteur à la concurrence.

Remettre de l’ordre dans le secteur du transport par taxi. C’est ce que propose le texte déposé à la Chambre des représentants, transféré le 18 janvier dernier à la Commission des infrastructures. Dans les détails, le texte définit, entre autres, les types de taxis concernés par cette réforme. Il s’agit essentiellement de ceux relevant de la catégorie 1, pouvant transporter 6 passagers, dont les propriétaires ou les exploitants disposent d’une autorisation de transport, attribuée à leur demande, en contrepartie d’un montant qui sera fixé par décret. Cette autorisation doit être accordée sur la base d’une décision commune des ministères de l’Intérieur et Transport, pour une durée de 5 ans renouvelables. Cette proposition de loi veut aussi rompre avec certaines pratiques, qui avaient favorisé les dysfonctionnements qui caractérisent ce secteur. À titre d’exemple, ladite proposition interdit l’octroi de plus d’une seule autorisation à une personne, qu’elle soit physique ou morale.

Vacances scolaires : Marrakech tente de reconquérir les nationaux.

Malgré les restrictions dues à la pandémie du coronavirus, Marrakech accueille des touristes nationaux notamment depuis le début des vacances scolaires marocaines. Si les hôtels de la ville n’enregistrent pas des arrivées en masse, les résidences, les meublés et les maisons secondaires accueillent plusieurs familles casablancaises, rbaties et du nord. Auprès de quelques hôteliers, les établissements auraient connu le week-end dernier un remplissage de 100%, après avoir stagné durant plus de onze mois. Cependant, Lahcen Zelmat, président de la Fédération nationale de l’Industrie hôtelière ( FNIH), indique que « le secteur de l’hôtellerie est à genoux et sera le dernier à reprendre des couleurs ». Du côté des restaurants, les services sur place ont également repris, mais se terminent à 20 heures. « Or, le plus gros du chiffre d’affaires est réalisé lors des services du soir », souligne un restaurateur ».

Aujourd’hui le Maroc
Textile : le flou persiste.

Le moral des textiliens marocains n’est pas au beau fixe. L’apparition de nouveaux variants en Europe vient plomber les prévisions que se sont fixées les textiliens marocains pour l’exercice 2021. La reprise est loin d’être au rendez-vous du moment que les principaux marchés partenaires souffrent toujours de la Covid. Mohammed Boubouh, président de l’Association marocaine des industries du textile et de l’habillement (AMITH), apporte des précisions : « C’est une situation qui est réelle. Pratiquement toute l’Europe est confinée à ce jour d’autant plus que les nouveaux variants de la Covid sont en train de faire des massacres sur ce continent. Comme notre activité est très liée à l’Europe qui est notre principal marché, notre secteur continuera de pâtir de cette situation », indique-t-il. En effet, les conséquences seront assez importantes si la situation sanitaire en Europe ne se redresse pas rapidement. Même le marché local ne pourra pas équilibrer la balance et amortir la casse dans ce secteur.

« M’khinza » : Attention danger !

Certaines plantes fréquemment utilisées peuvent constituer une source d’intoxication. C’est le cas de l’ansérine, appelée communément M’khinza. Cette plante pousse actuellement au Maroc dans les champs incultes, sur les bords des chemins, mais aussi dans les lieux abandonnés. Elle est appliquée depuis l’antiquité pour ses vertus médicinales . Ainsi comme le relève le dernier numéro de la revue Toxicologie Maroc, elle est utilisée surtout chez l’enfant. Néanmoins, il faut signaler que son usage peut s’avérer dangereux. Après plusieurs déclarations d’effets indésirables graves suite à l’usage de M’khinza, le Centre antipoison et de pharmacovigilance du Maroc (CAPM) avait émis une alerte et a recommandé de ne pas utiliser la plante chez l’enfant. Le revue prend comme exemple deux cas d’intoxication graves liés à l’usage thérapeutique de M’khinza chez deux nourrissons hospitalisés aux urgences pédiatriques du CHU Hassan II de Fès et pour qui l’évolution a été favorable chez l’un et fatale pour l’autre.

Libération
Pêche: repli de 7% des débarquements en 2020.

Les débarquements des produits de la pêche côtière et artisanale ont diminué de 7% à près de 1,3 million de tonnes (MT) au titre l’année 2020, selon l’Office national des pêches (ONP). La valeur marchande de ces produits s’est chiffrée à environ 6,7 milliards de dirhams (MMDH), en repli de 8% par rapport à 2019, indique l’ONP dans sa note relative aux statistiques sur la pêche côtière et artisanale au Maroc. Par produit, les poids débarqués des crustacés et des poissons pélagiques ont baissé de 11% à 3.927 T et de 9% à 1,14 MT, précise la même source. Les débarquements des coquillages, des algues, des céphalopodes et du poisson blanc ont, de leur côté, enregistré des hausses respectives de 37%, 29%, 11% et 9%.

Al Massae
Inondations de Casablanca: le parlement ouvre le dossier de la gestion déléguée.

La Chambre des Représentants mène une mission d’enquête sur la gestion déléguée assurée par certaines sociétés, dont la Lydec qui gère la distribution d’eau potable et d’électricité et la collecte des eaux usées et pluviales. Les représentants de cette société ont rencontré les députés membres de la mission et leur ont présenté un exposé comportant les détails des travaux de la société, les programmes et les projets lancés dans la ville de Casablanca, selon les informations obtenues par le journal.

Al Yaoum Al Maghribi
Tanger Med dépassera la barre de 5,7 millions de conteneurs au 31 décembre 2020.

L’activité conteneur du complexe portuaire Tanger Med devrait dépasser au 31 décembre 2020 la barre des 5,7 millions de conteneurs EVP (Equivalent vingt pieds) manutentionnés, soit une croissance de +18% par rapport à 2019. Cette performance représente un trafic jamais atteint par les ports du bassin méditerranéen, a indiqué l’Autorité portuaire de Tanger Med dans un communiqué, notant que le niveau de productivité a également battu des records cette année, la barre de plus de 500.000 conteneurs manutentionnés par mois ayant été dépassée à 4 reprises à ce jour en 2020, avec un nouveau record établi durant le mois de novembre de 553.164 conteneurs EVP traités.

Al Alam
Agadir: Nouveaux carrosses avec des moteurs écologiques.

Un succès inédit à l’échelle nationale: des investissements ont été réalisés dans de « nouveaux carrosses » équipés de moteurs respectueux de l’environnement. Les nouvelles voitures tirées par les chevaux parcourront les rues les plus importantes d’Agadir, ainsi que le centre touristique, afin de faire découvrir ses lieux historiques. Ce projet créera environ 16 emplois permanents. Les nouveaux coches seront propulsés par des moteurs électriques respectueux de l’environnement pour aider les chevaux à monter les pentes qu’ils peuvent rencontrer dans certaines rues. Les prix seront très adaptés aux résidents et aux visiteurs, ce qui contribuera notamment à favoriser une relance économique touristique dans la région.