La revue de presse de ce mardi 23 février

3677
DR.

Hausse inattendue des prix des huiles végétales, Le torchon brûle entre les distributeurs de dispositifs médicaux et le ministère de la Santé, Enseignement privé : la descente aux enfers, Les collectivités territoriales de Casablanca-Settat en grève… Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce mardi :

Al Massae
Hausse inattendue des prix des huiles végétales

Les Marocains ont été surpris par des hausses exagérées de divers types d’huiles végétales. Le prix d’une bouteille de cinq litres a été augmenté de 10 dirhams, alors qu’une bouteille d’un litre a vu son prix s’élever de 2 dirhams de plus, ce qui a suscité le mécontentement de nombreux citoyens. Les nouvelles augmentations des prix de l’huile végétale ont été enregistrées dans tous les marchés nationaux et les différentes villes sans exception. Les responsables de communication dans des compagnies bien connues ont expliqué que les nouvelles hausses ont été dictées par l’augmentation des prix des plantes oléagineuses sur les marchés mondiaux et un manque d’approvisionnement.

L’Economiste
Dispositifs médicaux : Bras de fer entre les distributeurs et la tutelle

Entre les distributeurs des dispositifs médicaux et la Direction du médicament et de la pharmacie du ministère de la Santé, c’est un dialogue de sourds. Alors que les distributeurs s’attendaient à un allègement de la procédure d’importation des produits médicaux, le ministère de la Santé leur complique la tâche. La Direction du médicament et de la pharmacie a diffusé une note d’information, datée du 17 février 2021, prévoyant une nouvelle procédure pour la délivrance des déclarations nécessaires à l’exercice de l’activité de fabrication, importation et distribution des produits de la santé. Un changement rejeté par la profession, du moins les distributeurs. Les entreprises ayant déjà fait leur déclaration selon les dispositions de la loi 84-12 sont tenues de la mettre à jour. « Cette décision est en contradiction avec la loi en vigueur », affirme Anouar Yadini, président de l’Association marocaine des professionnels des dispositifs médicaux (AMPDM).

Samir : L’Istiqlal plaide pour une cession à l’État

Les initiatives des partis politiques se multiplient pour débloquer la situation de la Samir. C’est au tour du parti de l’Istiqlal d’introduire une proposition de loi visant la cession de cette compagnie de raffinage à l’État. Ce texte a été transféré à la Commission des finances de la 1re Chambre le 18 février dernier. Une autre proposition de loi sur le même sujet, à l’initiative des 2 députés de la FGD, a été également soumise à la Commission des finances hier lundi. Dans les détails, la proposition de l’Istiqlal a été introduite «suite à l’incapacité du gouvernement à prendre les mesures nécessaires pour le sauvetage de cette compagnie», peut-on lire dans la note de présentation. L’Istiqlal plaide pour la cession de tous les actifs, biens, participations, autorisations et brevets détenus par la Samir à l’État.

Aujourd’hui Le Maroc
Enseignement privé : La descente aux enfers

La bulle des écoles privées est-elle en train d’éclater ? Des statistiques officielles montrent que le nombre d’enseignants dans le secteur privé est en train de baisser à des niveaux similaires à ceux constatés il y a une décennie. Dans ce sens, des milliers de postes d’emploi ont été perdus dans le secteur selon la revue statistique au titre de l’année 2019-2020 du ministère de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Dans l’enseignement primaire, le nombre des recrues a été sur une courbe descendante passant de plus de 10.458 durant l’année scolaire 2018-2019 à quelque 8.000 enseignants l’année suivante.

Al Bayane
Des routes moins meurtrières

L’année 2020 a enregistré une baisse remarquable des accidents de la route, ainsi que du nombre de morts victimes de ces accidents, à hauteur de 26% par rapport à l’année de référence 2015. Cette baisse est due principalement à la diminution importante de la circulation suite aux mesures préventives prises par les autorités publiques durant la période du confinement sanitaire, selon un communiqué du Département du Chef du gouvernement.

Le Matin
Les collectivités territoriales de Casablanca en grève

Un nouveau débrayage s’annonce dans le secteur des collectivités territoriales. La Fédération nationale des ouvriers et fonctionnaires des collectivités locales, affiliée à l’UMT, vient d’appeler dans un communiqué ses adhérents relevant de la région de Casablanca-Settat à observer une grève de 24 h, mercredi prochain. Cette grève sera ponctuée d’un sit-in qui sera organisé devant le siège du Conseil communal de Casablanca. La Fédération entend à travers ce débrayage appeler le ministère de tutelle à répondre au cahier revendicatif de cette frange de la population.

La justice, principal secteur concerné par les doléances adressées au médiateur du Royaume

La moitié des régions du Maroc connaissant une forte activité économique ont enregistré à elles seules 71,89% des doléances recensées par le médiateur. C’est ce qui ressort du rapport de cette institution pour l’année 2019 rendu public récemment. D’après le même document, c’est la région de Casablanca-Settat qui vient à la tête des régions avec 809 plaintes, suivie de Fès-Meknès avec 799 plaintes, quant à la troisième place elle est occupée par la région de Rabat-Salé-Kénitra avec 721 doléances.

L’Opinion
Concours de rédacteurs judiciaires : 3 personnes prises en flagrant délit de fraude

Trois personnes ont été déférées devant la police judiciaire après avoir été prises en flagrant délit de fraude lors de l’épreuve écrite du concours de rédacteurs judiciaires de troisième grade, tenu dimanche, a annoncé le ministère de la Justice. Environ 20 minutes après le début de l’épreuve, des groupes fermés ont été détectés sur les applications de réseaux sociaux et dont les utilisateurs tentaient de commettre des fraudes au concours, en photographiant les questions à l’aide de téléphones portables, en vue d’en recevoir les réponses, affirme le ministère dans un communiqué.