La revue de presse de ce mardi 21 avril

3207
DR.

Moral des ménages, arnaques à la consommation, masques en entreprise, MRE bloqués… Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce mardi:

 

Le Matin
Le moral des ménages se détériore à nouveau

•  Les résultats de l’enquête permanente de conjoncture auprès des ménages, menée par le Haut-Commissariat au Plan (HCP), montrent que le moral des ménages enregistre une détérioration au premier trimestre de 2020. En effet, l’indice de confiance des ménages (ICM), dont les composantes portent sur la perception de l’évolution du niveau de vie, du chômage, de l’opportunité à effectuer des achats de biens durables et la situation financière des ménages, s’est établi à 75,7 points au T1-2020, au lieu de 77,8 points enregistrés le trimestre précédent et 79,1 points une année auparavant, précise le HCP dans une note d’information sur les résultats de l’enquête au T1-2020.

 

Aujourd’hui le Maroc
Marocains bloqués à l’étranger: acte II

• Les députés tentent de trouver une issue concernant le dossier des Marocains bloqués à l’étranger. Après la première réunion du mercredi 15 avril, la Commission parlementaire permanente chargée des affaires étrangères, de la défense nationale, des affaires islamiques et des Marocains résidant à l’étranger à la Chambre basse du pays tiendra une seconde réunion ce mercredi 22 avril consacrée à l’examen de la situation des ressortissants marocains bloqués à l’étranger en raison de la fermeture des frontières dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire lié à la propagation du nouveau coronavirus (Covid-19). Pour le moment, le règlement de ce dossier reste toujours compliqué. Et pour cause. Le nombre des personnes bloquées atteint les 18.226. Selon les responsables, le rapatriement de ces milliers de Marocains nécessite la coordination entre plusieurs départements mais surtout avec de nombreux pays dans plusieurs continents.

 

Critiques adressées aux banques: le GPBM sort de son silence

• Suite à certaines critiques formulées contre les banques, le Groupement professionnel des banques du Maroc (GPBM) réagit et se félicite du rendement du secteur et de ses salariés. «A l’unanimité des membres du GPBM, le secteur bancaire exprime son indignation face aux critiques injustifiées d’une certaine minorité dont ses braves «soldats» font l’objet, risquant de porter préjudice à cette union et à cette solidarité nationales citées comme exemple dans le monde en matière de lutte contre les conséquences de la pandémie Covid-19», s’indigne le Groupement. Comme il le précise, les banques demeurent mobilisées et «ne céderont pas aux critiques» qui risquent de semer le doute dans la forte dynamique solidaire entre les différentes forces vives de notre pays dans sa lutte contre les conséquences de la pandémie Covid-19.

 

L’Économiste
Application anticoronavirus: débat inédit sur la protection des données médicales

• La Commission nationale de contrôle de la protection des données personnelles (CNDP) a été visiblement prise de court. Elle a eu écho par «voie de presse» de la volonté du gouvernement de mettre en place, dès fin avril 2020, une «application de pistage» des personnes contaminées ou à risque. Or, la CNDP estime que son visa est indispensable pour la légalité de ce projet initié par les ministères de l’Intérieur et de la Santé. L’article 24 de la Constitution et la loi sur la protection de la vie privée lui confèrent une légitimité institutionnelle: protéger la vie privée des citoyens. L’instance exprime une «inquiétude citoyenne» au sujet «des risques de déploiement d’un Etat de surveillance». Et ce, au cas où «les usages permis» par l’application de pistage «n’était pas respectueux des droits humains et encadrés juridiquement».

 

Indemnité Covid-19: Le projet de loi chez les députés

•  Dernière ligne droite pour le projet de loi fixant des mesures exceptionnelles au profit des employeurs adhérents à la CNSS et de leurs employés. Après son approbation en séance plénière à la Chambre des conseillers, jeudi dernier, ce texte a été transmis à la 1re Chambre. Son examen était programmé à la Commission des secteurs sociaux, hier lundi. Il devra ensuite être voté en plénière, avant sa publication au Bulletin officiel. Dans les détails, ce texte prévoit une indemnité en faveur des personnes en arrêt d’activité, déclarées à la CNSS en février 2020. Durant la période fixée entre le 1er mars et le 30 juin, le paiement des cotisations ne constitue pas une condition d’accès à cette indemnité, comme cela est précisé par l’article 4 de ce projet de loi. Les employeurs sont également tenus de rembourser les montants non dus, notamment sur la base de fausses déclarations, dans un délai de 30 jours.

 

L’Opinion
Consommation: les arnaques du confinement

• .Alors que la criminalité dans toutes ses formes a connu une nette régression en cette période de confinement, les auteurs de crimes «économiques» ne semblent nullement désœuvrés. Le consommateur marocain subit pendant cette période plusieurs types d’arnaques. Entre produits désinfectants et masques contrefaits, en passant par les fausses campagnes de collecte de dons, les crimes et délits restent plus nombreux qu’il n’y paraît. Même si les autorités font de leur mieux pour empêcher ce genre d’escroqueries, des citoyens continuent à tomber dans le piège.

 

Marrakech: accompagnement psychologique pour les étudiants

• L’Université Cadi Ayyad (UCA) de Marrakech a mis en place un dispositif d’accompagnement psychologique pour les étudiants durant cette période de confinement, et ce dans le cadre de sa mobilisation pour faire face à la crise sanitaire du coronavirus (Covid-19). Piloté par le Centre d’Enseignement Inclusif et Responsabilité Sociale de l’UCA (CEIRS) et encadré par des enseignants chercheurs en psychologie et des professionnels externes volontaires, ce dispositif permet aux étudiants en difficultés psychologiques de bénéficier d’une consultation téléphonique avec un professionnel.

 

Libération
Les campus demeurent ouverts aux seules étudiants étrangers

• . Près de mille étudiants étrangers vivent toujours dans les campus universitaires marocains malgré la décision de les fermer, dans le cadre des mesures prises pour faire face à la propagation du Coronavirus, a affirmé le directeur de l’Office national des œuvres universitaires sociales et culturelles (ONOUSC), Noureddine Tehami. « Ces étudiants sont maintenant nos invités, et il est impossible de les abandonner dans cette situation critique », a déclaré Tehami, soulignant, que durant cette conjoncture exceptionnelle qui oblige les institutions à prendre des précautions et des mesures pour se protéger contre tout éventuel risque causé par « Covid-19 » à l’intérieur des cités universitaires, l’office prend en charge ces étudiants et met à leur disposition tout ce dont ils ont besoin. Il a fait savoir que sur un total de 50.174 résidents dans les campus universitaires, 49.122 étudiants ont pu quitter les cités pour rejoindre leurs familles, tandis que seulement 1.052 vivent encore dans les campus, y compris des étudiants étrangers et d’autres en médecine appelés dans les hôpitaux en renfort face à cette situation critique, ainsi que ceux venant des orphelinats.

 

Akhbar Al Yaoum
Voici les critères des bavettes autorisées

• . Dans le cadre des mesures prises pour la lutte contre la propagation du Covid-19 et afin de préserver la santé des citoyens, la fabrication des masques de protection en tissu non tissé est dorénavant soumise à l’obligation de respecter les spécificités techniques dictées par la norme marocaine NM ST 21.5.200, souligne le ministre de l’Industrie, du Commerce, de l’Economie verte et numérique dans un communiqué. Cette obligation normative est entrée en vigueur suite à la publication de l’arrêté n°1060-20 du 8 avril 2020 du Ministre qui appelle les fabricants et les distributeurs des masques de protection en tissu non tissé à usage non médical à se conformer aux caractéristiques techniques définies par le document normatif y afférant, élaboré conjointement par les différentes parties prenantes, précise la même source.

 

Al Massae
Austérité: les ministères fixent leurs priorités

• . Dans le sillage des mesures d’austérité prévues par le gouvernement et qui consistent en un gel des dépenses non nécessaires, les différents départements ministériels et établissements publics ont effectivement commencé à établir des listes des allocations dont ils auront besoin durant la prochaine étape, et ce en vue des réunions qu’ils auront avec les services du ministère de l’Économie et des finances. L’objectif de ces réunion, selon le journal, est de trancher en ce qui concerne la nature des allocations qui seront attribuées a chaque département. La même source affirme que tous les départements ont été informées du cadre général qui fixe la nature des dépenses concernées qu’il s’agisse des dépenses de gestion ou celles d’investissement, tout en préservant certaines dépenses essentielles comme les salaires des fonctionnaires, les loyers et les frais d’électricité.

Bayane Al Yaoum
Appel à renforcer la prévention dans les unités industrielles et de production

• Dans le cadre des mesures prises pour faire face à la pandémie du nouveau coronavirus (covid-19) et compte tenu de la situation épidémique de cette semaine marquée par la découverte de foyers de cas liés à des activités commerciales et industrielles portant sur des unités dans certaines régions du Royaume, les ministères de la Santé, de l’Industrie, du commerce et de l’économie verte et numérique, du Travail et de l’insertion professionnelle appellent les patrons et gérants des entreprises et des unités industrielles à renforcer les mesures de prévention. Il s’agit de veiller sur la propreté des lieux et équipements de travail selon un programme quotidien et en permanence, de fournir les produits d’hygiène afin que les employés et les clients puissent laver leurs mains régulièrement et d’aérer l’ensemble des lieux de travail, indiquent les ministères dans un communiqué conjoint.

 

Rissalat Al Oumma
El Otmani rassure les professionnels non affiliés à la CNSS

•  Le chef du gouvernement, Saâd Dine El Otmani, a promis d’allouer des aides aux professionnels non affiliés à la CNSS affectés par les répercussions de la pandémie du Coronavirus, à l’instar des travailleurs affiliées à la Caisse. S’adressant aux membres de l’Espace marocain des professionnels, El Otmani a annoncé la mise en place prochaine d’un dispositif de déclaration réservé aux professionnels non affiliés a la CNSS, pour qu’ils puissent bénéficier du soutien du Fonds spécial dédié à la gestion de la pandémie du Covid-19.

Les notaires reprennent progressivement

• . Le Conseil national de l’Ordre des Notaires a décidé la reprise d’activité pour les études notariales à compter du jeudi 23 avril 2020, et ce de façon progressive et facultative, tout en veillant au strict respect des mesures sanitaires requises, ainsi que l’adoption d’un certain nombre de recommandations permettant aux notaires de reprendre leur activité notariale. Aussi, le Conseil national de l’ordre des notaire a appelé à la nécessité d’accélérer la dématérialisation de l’acte notarié pour assurer la continuité de l’activité notariale, notamment en cette période de confinement général. Pour ce faire, deux mesures sont proposées : l’achèvement du processus d’échange électronique des données entre le notaire et les différentes administrations partenaires et un accompagnement en matière réglementaire. Le Conseil National a aussi insisté sur l’importance de l’élargissement de l’utilisation de la signature électronique eSign pour signer électroniquement les actes et les authentifier en ligne lors des différentes formalités moyennant un certificat électronique sécurisé et ce, conformément à la loi 53-05 relative à l’échange électronique de données juridiques.