La revue de presse de ce mardi 1er juin

1888

Immobilier: l’incitation fiscale expire le 30 juin, Occupation du domaine public: la réforme chez les députés, Alerte sur le stock de sang !, Tabagisme: plus de 13% des adultes marocains fument, Office des aéroports: pertes de deux milliards de dirhams…Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce mardi :

L’Economiste
Immobilier: l’incitation fiscale expire le 30 juin

Les personnes qui comptent acheter un logement ou un terrain nu en bénéficiant de l’incitation fiscale prévue par la loi de finances 2021 ont jusqu’au 30 juin pour le faire. Passé ce délai, elles payeront le plein tarif. La mesure consiste en l’exonération des droits d’enregistrement (logement social à 250.000 DH HTVA et à faible valeur immobilière à 140.000 DH) ou la réduction de 50% (prix plafonné à 4 millions de DH). Elle s’applique aux biens immeubles et aux terrains destinés à la construction de l’habitation personnelle (principale ou secondaire). À partir du 1er juillet, les droits d’enregistrement reviendront au barème normal qui est de 4% pour l’achat d’un logement et de 5% pour les terrains nus. La mesure avait été introduite par la loi de finances rectificative 2020 pour favoriser les transactions immobilières dans un contexte marqué par la pandémie du coronavirus.

Occupation du domaine public: la réforme chez les députés

Très attendue, la réforme de l’arsenal juridique relatif à l’occupation temporaire du domaine public de l’État arrive au Parlement. Après son adoption en Conseil de gouvernement il y a quelques semaines, ce texte a été présenté, hier lundi, à la Commission des infrastructures de la Chambre des représentants. La nouvelle mouture vise la modernisation du dispositif actuel, datant de 1918, marqué notamment par l’absence de critères clairs pour l’octroi des autorisations d’ occupation, réalisée parfois pour des besoins personnels au détriment de l’investissement. Désormais, le projet de loi soumis au Parlement interdit formellement l’autorisation de l’occupation temporaire du domaine public de l’État pour la construction d’un habitat principal ou secondaire. En vertu du nouveau cadre juridique, l’autorisation d’occupation sera soumise à une procédure de concurrence.

Aujourd’hui le Maroc
Alerte sur le stock de sang !

Les stocks sanguins sont dans un état critique. Selon le Dr. Khadija Lahjouji, directrice du Centre national de transfusion sanguine et d’hématologie du Maroc (CNTSH), à la date du lundi 31 mai, les stocks de produits sanguins au niveau national sont de 3.220 poches de sang, ce qui est l’équivalent d’une consommation d’à peine 3 jours. «La situation est pratiquement toujours la même depuis le début de la pandémie. Nous avons toujours du mal à recueillir davantage de poches de sang», indique la directrice du centre qui rappelle que l’OMS recommande un stock minimum de sécurité de 7 jours. Dans les grandes villes qui disposent de CHU, la situation est toujours aussi alarmante. C’est notamment le cas de Casablanca qui fait toujours face à une grosse pénurie de sang alors que la demande ne cesse d’augmenter.

Al Massae
Tabagisme: plus de 13% des adultes marocains fument

Le ministère de la Santé a mis en garde contre les dangers liés au tabagisme, qui provoque des maladies mortelles. La prévalence du tabagisme au Maroc est de 13.4% chez les adultes âgés de plus de 18 ans, dont 26.9% des hommes et 0,4% des femmes, selon les résultats de l’enquête nationale sur les facteurs de risque communs liés aux Maladies non transmissibles (2018). La prévalence du tabagisme chez les élèves âgés de 13 à 15 ans est de 6% (statistiques 2016), alors qu’environ 35.6% de la population est exposée au tabagisme passif dans les lieux publics et professionnels, selon la même source.

Al Ahdath Al Maghribia
Office des aéroports: pertes de deux milliards de dirhams

À l’instar de Royal Air Maroc et d’autres compagnies aériennes opérant au Maroc, l’Office National des Aéroports n’a pas échappé aux pertes infligées par la pandémie de coronavirus. Selon les données financières, l’Office a accusé un déficit de près de 2 milliards de dirhams (1,91 milliard de dirhams au cours de l’année 2020). Ce résultat n’est pas surprenant, étant donné que le transport aérien a été le plus touché par la pandémie qui, en raison des mesures prises au cours de l’année dernière, a eu des répercussions sans précédent sur les activités de l’Office. Ainsi, le chiffre d’affaires est passé de 4,24 milliards de dirhams en 2019 à 1,58 milliard de dirhams uniquement au cours de l’année écoulée, sachant que 916 millions de dirhams de ce chiffre ont été réalisés au cours des trois premiers mois de l’année 2020.

Le Matin
Économie verte: bientôt des filières de formation dédiées chez l’OFPPT

L’Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail (OFPPT) entend accompagner la dynamique de développement de l’économie verte dans le Royaume. L’institution planche ainsi sur la mise en place de formations flexibles dédiées et adaptées aux besoins actuels et futurs de ce marché. Elle doit mobiliser le 14 juin une assistance technique afin d’assurer l’ingénierie de nouvelles filières à créer selon l’approche par compétences et accompagner leur implantation. «Le secteur de l’environnement est intrinsèquement marqué par la transversalité de ses activités et par conséquent de l’emploi. L’accroissement de la réglementation du secteur, en lien avec les stratégies nationales et les engagements internationaux, professionnalise et normalise le secteur. Les acteurs reconnaissent que cette tendance est structurante et constitue un défi pour la mise à disposition de ressources adéquates», explique l’OFPPT.

L’Opinion
Casablanca: des espaces verts dotés de kiosques de lecture

La Commune urbaine de Casablanca a construit des kiosques de lecture dans les parcs publics des 16 arrondissements de la ville blanche, dont Hay Mohammadi, Moulay Rachid, Sidi Othman, Ben M’sick, etc. Destinés aux amateurs de la lecture, ces kiosques mettront à la disposition des riverains plusieurs livres et ouvrages gratuitement. Il suffit d’être muni de la Carte Nationale d’identité ou d’une carte d’étudiant pour pouvoir bénéficier de ce service qui vise à donner le goût de la lecture aux Casablancais, notamment aux jeunes, et les sensibiliser à l’importance du livre.