La revue de presse de ce lundi 4 janvier

2054
DR.

Une unité de production des vaccins d’ici 2023, financement des entreprises : 150 millions d’euros de la BEI à la CCG, retraites: le comité des suivi réactivé, vers la suppression des examens dans l’enseignement?, 2.205 ha de plus pour l’arganier… Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce lundi :

 

Le Matin
Financement des entreprises : 150 millions d’euros de la BEI à la CCG

•. C’est fait. La Banque européenne d’investissement vient de signer un contrat de financement avec la Caisse Centrale de Garantie (CCG). Il met à la disposition de la CCG une ligne de crédit de 150 millions d’euros afin de renforcer son dispositif de garantie au profit des micro, petites et moyennes entreprises (MPME ou TPME) face à la crise du coronavirus. Le prêt de la BEI, qui est la banque de l’Union européenne, consolide la liquidité de la CCG pour fournir les garanties nécessaires aux banques partenaires afin de les inciter à accorder de nouveaux prêts aux TPME. Il appuiera notamment les mécanismes de garantie Damane Relance, TPE Relance, déployés pour financer le retour progressif des entreprises à une activité normale. Face à la crise de la Covid-19 et ses impacts sur les entreprises, les deux parties ont accéléré leur négociation pour la mobilisation des lignes de crédit afin d’apporter les fonds de roulement nécessaires aux entreprises manquant de liquidités.

 

Noor PV II – 1ère Phase: lancement de l’appel à projets

• Le ministère de l’Energie, des mines et de l’environnement et l’Agence marocaine pour l’énergie durable (Masen) ont annoncé le lancement, à compter du 1er janvier 2021, de l’appel à projets relatif au programme solaire multi-sites Noor PV II – Phase 1. Lancé suite à l’Appel à Manifestation d’Intérêt relatif et compte tenu du fort intérêt exprimé par les opérateurs nationaux et internationaux, cet appel à projets, qui concerne le programme d’allocation de capacités dans des sites qualifiés et pré-équipés par Masen pour le développement de projets photovoltaïques, d’une puissance totale d’environ 400 MW, constitue la deuxième et dernière étape du processus de sélection des opérateurs privés dans le cadre de cette 1ère phase dudit Programme, précise Masen dans un communiqué. Les entreprises intéressées à participer à ce programme sont invitées à télécharger l’avis d’appel à projets disponible sur le lien « https://masen.local-trust.com » et ce, à compter du 1er janvier, fait savoir la même source, soulignant que la date limite pour la soumission des dossiers de demande de retrait du document d’appel à projets est fixée au 31 janvier 2021 à 16h00, heure marocaine.

 

L’Economiste
Location des bacs de La Samir: 100 MDH de perte par mois

• La location des bacs pétroliers de la Samir est-elle encore à l’ordre du jour? L’Etat en a fait la demande au tribunal de commerce de Casablanca en mai 2020. Ce projet avait nourri beaucoup d’espoir chez les 600 salariés de la raffinerie. « La location des cuves allait assurer une entrée d’argent pour la compagnie et augmenter les réserves nationales de pétrole. Le retard accusé dans la concrétisation de ce projet coûte de l’argent. Les pertes sont estimées à 100 millions de DH (MDH) par mois au titre des redevances de la location des bacs », selon le Front national pour le sauvetage de la raffinerie marocaine de pétrole. Son bureau exécutif exprime son inquiétude et son mécontentement face aux atermoiements de l’exécutif. La location des bacs aurait pu entre autres limiter les prix excessifs des hydrocarbures sur le marché national.

 

Retraites: le comité des suivi réactivé

• Le dossier des retraites avance à petits pas. La deuxième phase de l’étude sur les scénarios de réforme pourrait être validée au cours des prochaines semaines. Le ministère des Finances a réactivé le comité de suivi sur cette réforme difficile mais, inéluctable. Celle-ci devra aboutir à la constitution de deux pôles, l’un dédié au secteur privé et l’autre au public. Elle s’achèvera par l’agrégation des deux régimes. Ce qui nécessitera une convergence des différents paramètres. En attendant ce « big bang », une nouvelle alerte vient d’être donnée. Cette fois, elle provient du Comité de Coordination et de Surveillance des Risques Systémiques (CCSRS) lors de sa réunion annuelle. Le comité regroupant les principaux régulateurs pointe la sous tarification des droits acquis dans le cadre de la branche long-terme de la CNSS et du régime général du RCAR, laquelle conduit à une forte accumulation des dettes implicites des deux régimes.

 

Aujourd’hui le Maroc
Enseignement: vers la suppression des examens ?

• Le système national d’évaluation scolaire remis à plat. Dans ce sens, la crise actuelle risque d’être un catalyseur de la métamorphose de l’école et son fonctionnement. Après l’annulation des examens de la dernière année du primaire et de la troisième année du système collégial, le tour de l’enseignement secondaire va probablement venir. Si aucune décision officielle n’est pour le moment prise, le Maroc va certainement revoir prochainement son système d’examen, la crise sanitaire accélérant les choses. Un système qui vise à rejoindre d’autres décisions qui concernent notamment la suppression des concours d’accès aux grandes écoles et institutions d’enseignement supérieur publiques. Annoncée depuis plusieurs années, l’annulation des concours d’accès à certaines écoles et établissements d’enseignement supérieur a été officiellement adoptée en 2020. Dans ce sens, les bacheliers voulant accéder à certaines grandes écoles d’enseignement supérieur comme l’ENSA, l’ENSAM, l’ENSAD et l’ENCG ne devraient plus passer par l’étape des fameux concours.

Projet Dared: 2.205 ha de plus pour l’arganier

• L’Agence nationale pour le développement des zones oasiennes et de l’arganier lance un grand projet de plantation et d’entretien arboricole d’arganier sur une superficie totale de 2.205 ha en 7 lots, et ce dans le cadre du projet de développement de l’arganiculture en environnement dégradé (DARED) cofinancé par le Fonds vert pour le climat (GCF) et le gouvernement marocain et dont l’accord subsidiaire signé entre l’Andzoa et l’ADA régit sa mise en œuvre. Dans les détails, le projet de plantation d’arganier concerne les périmètres relevant des provinces et cercles d’Essaouira (945), Taroudant (400), Tiznit (368), Chtouka (307), et Sidi Ifni (185). Celui-ci a fait l’objet d’un appel d’offres lancé dernièrement par l’Andzoa. En effet, le programme Dared qui consiste en la plantation de l’arganier sur les terrains privés, concerne toute la Réserve de biosphère d’arganier faisant partie de la zone d’action de l’Andzoa.

 

Maroc le Jour :
Une unité de production des vaccins d’ici 2023

• Le Conseil d’Administration de l’Institut Pasteur a adopté les projets programmés dans le cadre du plan stratégique 2019/2023. Dans un communiqué, l’Institut indique que cette réunion, présidée par le ministre de la Santé Khalid Ait Taleb, a notamment été dédiée à l’examen du projet de création d’une unité industrielle pour la production des vaccins et des produits biologiques et le projet de création d’un centre national d’expertise dans les analyses biologiques médicales spécialisées. Selon la même source, la mise en place de cette unité industrielle permettra de répondre à la demande nationale en matière de vaccins pour lutter contre les maladies infectieuses et les intoxications résultant des morsures des serpents et des scorpions et renforcera de même le positionnement du Maroc parmi les pays producteurs de produits biologiques, conformément aux recommandations de l’OMS.

 

Al Ahdath Al Maghribiya
Amazigh: 400 enseignants formés chaque année

• L’examen des moyens d’accélérer la généralisation de l’enseignement de l’amazighe, dans les trois cycles de l’enseignement, a été au centre d’une réunion, tenue à Rabat. Cette réunion a été présidée par le ministre de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, porte-parole du gouvernement, Saaid Amzazi et le recteur de l’Institut royal de la culture amazighe (IRCAM), Ahmed Boukous, en présence du secrétaire général du département de l’éducation nationale et des responsables relevant du ministère et de l’institut. Dans un communiqué du ministère, Amzazi a souligné à cette occasion la pleine implication de son département dans ce chantier national, en établissant une feuille de route claire basée sur un certain nombre d’axes, dont la reprise des travaux du comité mixte entre le ministère et l’Institut, tout en donnant une forte impulsion à la formation de professeurs spécialisés dans l’enseignement de la langue amazighe, à travers l’élargissement de la carte de formation et l’augmentation du nombre de enseignants formés, à raison de 400 chaque année, à partir de l’année prochaine, en plus de l’inclusion d’un module spécial en langue amazighe dans la formation de base des inspecteurs et des cadres de l’administration de l’éducation.