La revue de presse de ce lundi 29 juin

2647
DR.

Bourita et le multilatéralisme, le Haut Commissariat au Plan (HCP) menacé, le Maroc et la cause palestinienne… Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce lundi:

Le Matin 
Bourita: le Maroc défend un “multilatéralisme solidaire »

• Le Maroc défend l’idée d’un multilatéralisme “solidaire, pragmatique, décomplexé, flexible et fondé sur la connaissance des faits”, a souligné le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita. « Le Maroc s’est pleinement inscrit dans toutes les initiatives visant à adapter le système multilatéral à la complexité des défis du monde contemporain, défendant l’idée d’un multilatéralisme solidaire, pragmatique, décomplexé, flexible et fondé sur la connaissance des faits », a indiqué Bourita qui s’exprimait lors d’une réunion ministérielle virtuelle de l’Alliance pour le multilatéralisme ayant pour thème « Renforcer l’architecture multilatérale de santé ». Conformément à la Haute Vision de SM le Roi, le Maroc n’a eu de cesse de défendre un multilatéralisme « avant tout solidaire » et d’appeler à une attention particulière aux défis particuliers de l’Afrique, a-t-il insisté.

 

L’Economiste
L’indépendance du HCP menacée

• Le texte de loi sur la création d’un Conseil national de la statistique refait surface. Il s’agit d’un avant projet distribué à différents départements ministériels, comme le veut la procédure, pour avis. Ce texte prévoit la création du conseil national de l’information statistique et de l’Agence nationale de la statistique. Si l’idée d’un conseil est bien perçue, celle de la mise en place d’une agence est fortement critiquée. L’avant projet de loi prévoit de remplacer le Haut Commissariat au Plan (HCP) par l’Agence de la statistique. Celle-ci est censée récupérer toutes les prérogatives du HCP. Cette instance serait gérée par un directeur général et un conseil d’administration dont les membres seraient nommés par le chef du gouvernement.

 

Médicaments: Le plaidoyer du Conseil de la concurrence

• « L’Agence nationale de l’assurance maladie a besoin de plus d’autonomie de gestion et d’indépendance effective » vis-à-vis de l’exécutif. C’est du moins l’une des recommandations du Conseil de la concurrence dans son dernier avis sur les médicaments. Son « diagnostic sans équivoque » sur le secteur relève « l’existence de dysfonctionnements » d’un marché « très administré et très réglementé. La législation qui régit ce secteur est qualifiée «d’ inappropriée et dépassée».

 

Aujourd’hui le Maroc
Covid-19 : une proposition de loi pour pérenniser les indemnités

• Après les syndicats, c’est au tour du monde politique de demander officiellement le maintien des indemnités Covid-19. Dans ce sens, une proposition de loi se trouve actuellement à la commission des secteurs sociaux à la Chambre des représentants. Déposé par le groupe haraki (majorité parlementaire), le texte propose de créer une indemnité pour les personnes qui se sont retrouvées au chômage depuis au moins un mois. Mais ce n’est pas tout. Le texte propose également de couvrir les chômeurs diplômés à la recherche d’un emploi. Concrètement, l’article 2 de la proposition de loi stipule que «ce régime bénéficie aux personnes adultes capables de travailler, se trouvant à la recherche d’un emploi ou bien ayant perdu leur travail depuis au moins un mois». Pour ce faire, les députés comptent sur le Registre social unifié qui doit permettre un meilleur ciblage des aides publiques en faveur des familles démunies.

Echanges commerciaux : l’Europe le partenaire privilégié du Royaume

• Au titre de l’année 2019, l’Europe reste le partenaire privilégié du Maroc avec 65,8% du total des échanges commerciaux, soit 508,6 milliards de dirhams (MMDH). Selon le dernier rapport annuel du commerce extérieur du Maroc établi par l’Office des changes, «ce chiffre est soutenu par les échanges effectués avec l’Espagne (144,4 MMDH) et la France (120,9 MMDH) qui contribuent à eux seuls à 52,2% des échanges du Maroc avec ce continent. Le déficit commercial vis-à-vis de l’Europe s’établit à 107,8 MMDH, en amélioration de 8,2 MMDH par rapport à celui enregistré en 2018». Du côté des échanges avec l’Asie, ils affichent un total de 131,7 MMDH (soit 17% des échanges contre 16,2% une année auparavant) avec un déficit commercial de 76,3 MMDH, en baisse de 10,3 MMDH comparativement au déficit de l’année précédente. Il en ressort également que les échanges.

Maroc le Jour
L’engagement du Maroc envers la cause palestinienne salué

• Une vingtaine de collectifs d’associations et des organisations non gouvernementales (ONG) d’Al Qods, des acteurs sociaux, des enseignants, des experts et des chercheurs dans les domaines de la santé et de l’enseignement ont salué l’engagement du Maroc envers les causes de la nation, notamment la question palestinienne, sous la conduite de SM le Roi Mohammed VI, Président du Comité Al-Qods Acharif. Intervenant lors d’une réunion de concertation à distance, organisée par l’Agence Bayt Mal Al Qods Acharif entre Rabat et la ville d’Al Qods, au sujet du « Nouveau modèle d’édification de partenariats à Al-Qods à travers la plateforme électronique de projets », ces acteurs ont loué les efforts intenses consentis par SM le Roi afin de conserver, ancrer, promouvoir et étendre les racines marocaines à Al Qods, comme moyen de soutenir, d’appuyer et de préserver la présence palestinienne dans cette ville.

 

L’Opinion
L’écosystème de la presse a son plan public de sauvetage

• La presse a enfin de la visibilité sur le court terme et les moyens de sortir de la crise dans laquelle l’a enfoncée le coronavirus. Le confinement a même arrêté les rotatives et fait basculer la presse papier sur le web. Quoique douloureuse, cette expérience présente des opportunités en termes de résilience et de maintien de marque. Le plan de relance mis en place par l’Etat, décliné en Commission parlementaire par le ministre de la Culture, en charge de la Communication, Othman El Ferdaous, est une opportunité pour regarder l’avenir avec un autre œil. Mais ce plan de relance devra être accompagné d’une vision plus prospective sur les fondamentaux économiques du secteur de la presse au Maroc. Il en va de la survie de la presse marocaine à moyen et long termes.

 

Hausse des cas positifs au Covid-19 : le ministère de la Santé s’exprime

•. Après un long silence sur l’explosion des cas de contamination dans le Royaume (1900 cas en une semaine), le ministère de la Santé s’est enfin prononcé, soulignant que les nombreux cas positifs enregistrés ces derniers jours ne secouent pas l’optimisme de ses départements. «La situation épidémiologique dans notre pays est contrôlée et stable », précise la tutelle dans un communiqué, ajoutant que «la forte incidence de Covid-19 est due à l’élargissement du cercle de détection précoce et active de masse afin de contenir l’épidémie». Néanmoins la situation «reste maîtrisée et stable, compte tenu du nombre réduit des cas critiques et du très faible taux de létalité». Pour corroborer ses propos le ministère met l’accent sur le nombre limité de cas graves ou critiques, la faible proportion des décès, et que la majorité des cas détectés sont asymptomatiques (98%) tout en étant vecteurs du virus.

Al Bayane
Marocains bloqués à l’étranger : Un nouveau groupe de 633 personnes regagne le Royaume.

• L’opération de rapatriement des Marocains bloqués à l’étranger suite à la fermeture des frontières aériennes, terrestres et maritimes en raison de la pandémie du Covid-19, s’est poursuivie, samedi, à l’Aéroport international Marrakech-Menara avec l’arrivée d’un nouveau groupe de 633 personnes, tous âges confondus. Quatre avions de la Royal Air Maroc (RAM), avec à bord de chaque appareil entre 157 et 159 passagers, ont atterri à l’Aéroport international de la cité ocre, en provenance de la France (3 vols, 476 citoyens) et de l’Allemagne (un vol, 157 personnes). Ces nouveaux arrivants, dont des bébés, portent à 1.550 le nombre des citoyens ayant regagné la Mère Patrie via l’Aéroport Marrakech-Menara durant les dernières 24 heures à bord de 10 vols au total, en provenance de la Grande Bretagne, de la France, des Pays-Bas, de la Côte d’Ivoire, du Sénégal et de l’Allemagne.

 

Nouvelle génération de programmes d’appui pour la relance des TPME industrielles

•. Le ministère de l’Industrie, du commerce et de l’économie verte et numérique a lancé, à travers l’Agence Maroc PME, une nouvelle génération de programmes d’appui pour la relance des TPME industrielles qui vise à donner une forte impulsion à leur croissance et compétitivité. Les programmes d’accompagnement actuels ont été reconfigurés en deux nouveaux programmes avec des taux d’appui plus intéressants et des conditions d’accès et de paiements simplifiées, indique le ministère dans un communiqué. Il s’agit en l’occurrence du programme ISTITMAR qui porte sur l’appui à l’investissement des TPME industrielles, pouvant aller jusqu’à 30% du programme d’investissement. Les projets réalisés au niveau des provinces et préfectures situées en dehors de l’axe atlantique Tanger-Casablanca peuvent bénéficier d’un appui additionnel de 5%. Le ministère ajoute qu’il s’agit également du programme MOWAKABA qui prévoit une prise en charge des coûts d’assistance technique et conseil au profit des TPME industrielles pouvant aller jusqu’à 80% pour les PME (au lieu de 70% actuellement) et 90% pour les TPE.

 

Akhbar Al Yaoum
Transport routier: Les bus de la CTM regagnent les routes

•. Après plusieurs mois d’arrêt d’activité, la Compagnie de transports au Maroc (CTM) a repris, jeudi, son activité avec la réouverture de ces différentes agences aux passagers, avec l’entrée en vigueur de la 2ème phase d’allègement du confinement sanitaire. Une reprise amorcée dans un strict respect des mesures de prévention et de sécurité préconisées par les autorités sanitaires, dont le port de masque obligatoire, la vérification de la température, le marquage de distanciation au sol, la distanciation inter-sièges, le nettoyage et la désinfection fréquents et réguliers, la récupération des bagages, l’embarquement et le débarquement par petits groupes, la mise en place de points de désinfection des mains et le respect de la distance de sécurité d’au moins 1 mètres.

 

Al Ahdath Al Maghribiya
Les ménages impactés par les effets psychologiques du confinement sanitaire.

• Les conclusions d’une étude réalisée par l’Université Ibn Tofaïl sur les effets psychologiques du confinement sanitaire chez les ménages se rapprochent des résultats de l’enquête réalisée par le Haut-Commissariat au Plan (HCP), du 14 au 23 avril 2020, sur l’adaptation du mode de vie des ménages sous la contrainte du confinement. Ainsi sur les 2 350 ménages sondés, 49% pensent que l’anxiété est le principal impact psychologique du confinement. Pour ce qui est de la peur, elle est ressentie par 41% des marocains alors 30% des ménages expriment un sentiment de claustrophobie.

 

Bayane Al Yaoum
Sahara: Les mensonges du « polisario » mis à nu par l’un de ses anciens soutiens à Santiago du Chili

•. Les mensonges du polisario et de ses relais algériens ont été mis à nu à Santiago du Chili par un ancien soutien « désenchanté » par ces contre-vérités véhiculées afin de cacher « les violations des droits de l’Homme, le vol de l’aide humanitaire et l’enlèvement et l’emprisonnement de personnes ». Dans une tribune publiée dans la revue chilienne « ElSiete.cl La Revista », Rafael Pizarro se dit victime depuis plusieurs années des mensonges des relais des séparatistes qui essayent de se frayer un chemin au sein des ONGs chiliennes au moyen de discours basés sur des parallélismes trompeurs avec les dérives de la dictature d’Augusto Pinochet. Dans cet article, intitulé « La tromperie dont nous étions la cible: Le vrai visage du polisario », le professeur Rafael Pizarro a énuméré une série de contre-vérités véhiculées au Chili par Esteban Silva, le soutien attitré des séparatistes « qui a menti ouvertement (…) aux personnes qu’il a utilisées ». Face au détournement par les dirigeants du « polisario » des aides humanitaires envoyées aux réfugiés depuis l’Europe, la persécution des dissidents, l’emprisonnement et même les assassinats des membres du mouvement, le Pr Rafael Pizarro s’est dit être victime de désinformation et d’avoir été induit en erreur.