La revue de presse de ce lundi 10 mai

950

La menace de l’informel, Bachelor: la moitié des facs des sciences sont prêtes, un guide pour les candidats au bac, la production de Néfflier dans l’Oriental, la croissance du PIB réel au Maroc prévue à 4,8% en 2021… Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce lundi :

 

Le Matin
Baccalauréat 2021: publication d’un guide des candidats

• Le ministère de l’Education nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique a annoncé la publication d’un guide destiné aux candidats qui passeront les examens du baccalauréat au titre de la session 2021. Ce guide, qui sera remis aux intéressés via leur adresse électronique « [email protected] », vise à aider les candidats et encadrer leurs efforts de préparation à cet examen, précise le ministère dans un communiqué. Le document comprend tous les aspects organisationnels et réglementaires, les nouveautés de la session 2021, ainsi que les instructions et mesures préventives mises en place pour éviter toute contamination à la Covid-19 pendant les examens du baccalauréat, explique le communiqué.

 

L’Economiste
Bachelor: la moitié des facs des sciences sont prêtes

 

• Lors de sa dernière réunion à Rabat, le réseau des facultés des sciences et des facultés polydisciplinaires a constitué des équipes pédagogiques nationales pour travailler sur les modules disciplinaires de la première année du bachelor (SI et S2). Un tour d’horizon des établissements a également été mené. Selon le premier bilan établi, 50% des facultés du réseau sont prêtes à lancer le bachelor à la rentrée 2021-2022.

 

La menace de l’informel

•. Le marché noir et les circuits parallèles d’importation représentent une menace réelle pour les marques présentes au Maroc ainsi que la santé des Consommateurs. Grâce aux nombreux contrôles effectués aux frontières par les autorités ces deux dernières années, l’informel a néanmoins reculé, mais il subsiste encore. Les principaux acteurs du marché investissent dans la chaîne de valeur pour garantir un produit de qualité au consommateur avec le respect de la chaîne du froid notamment, alors que les produits parallèles qui entrent directement depuis l’Europe ne respectent pas ces exigences. Cela leur permet d’ être plus compétitifs en termes de prix, mais la santé du consommateur est en jeu. Pour contrer ce phénomène, il est important de continuer à réguler les infiltrations en provenance d’Europe et d’améliorer encore davantage le contrôle sur le marché informel.

 

Aujourd’hui le Maroc
Microcrédit : le projet de loi N°50-20 adopté

• La refonte de la microfinance emprunte une nouvelle trajectoire. Le Conseil de gouvernement a statué lors de sa dernière réunion sur le nouveau texte qui vient cadrer l’activité du microcrédit. En effet, le projet de loi n°50.20 a été adopté conférant ainsi au secteur de nouvelles orientations qui viendront le dynamiser et favoriser l’inclusion financière au Royaume. En effet, ce secteur se veut un levier majeur de lutte contre la précarité. Il finance près de 1 million de porteurs d’activité génératrice de revenu. L’émergence desdites activités au niveau national profite indirectement à environ 4,5 millions de Marocains. Des chiffres qui illustrent l’impact positif qu’aurait à jouer l’essor de la microfinance sur une population qui est dans son ensemble fragile aussi bien sur le plan économique que social.

 

Néflier : la production dépasse les 10.000 tonnes dans l’Oriental

• La récolte du néflier dans la région de l’Oriental s’annonce bonne. Ayant à peine démarré, la production de ce fruit dépasse les 10.000 tonnes avec un gain en termes de calibre et de qualité gustative. C’est ce que l’on peut relever de la direction régionale de l’agriculture de l’Oriental qui précise que grâce aux dernières pluies du mois d’avril, le fruit est plus juteux et plus sucré avec un calibre agréable. A noter que plus d’un million de dirhams ont été investis, sur la période 2015-2019, pour le développement du néflier dans la région. L’objectif étant d’améliorer les techniques de production, valoriser la production et mieux commercialiser la production.

 

Maroc le jour
La croissance du PIB réel au Maroc prévue à 4,8% en 2021

•. La croissance du produit intérieur brut (PIB) réel au Maroc devrait rebondir à 4,8% en 2021, tirée par un assouplissement des perturbations liées à la crise sanitaire et une meilleure pluviométrie après deux années marquées par la sécheresse, prévoit l’Agence de notation américaine Fitch. Cette croissance se poursuivrait jusqu’au moins 2022, indique Fitch dans une note de synthèse publiée sur son site internet, estimant que le lancement d’un fonds d’investissement stratégique, baptisé « Fonds Mohammed VI pour l’Investissement », devrait soutenir la reprise économique dans le Royaume. Par ailleurs, l’agence de notation a confirmé la notation par défaut des émetteurs en devises à long terme du Maroc à « BB + » avec une perspective stable.

 

Amekraz : la régionalisation de l’emploi, un choix stratégique

•. La régionalisation de l’emploi est un choix stratégique du plan national de promotion de l’emploi, a affirmé, à Fès, le ministre du Travail et de l’Insertion professionnelle, Mohamed Amekraz. « Ce choix s’explique par la place de la Région, qui est l’espace idoine pour coordonner les efforts et les actions des intervenants et développer la convergence entre les différentes politiques publiques, les programmes et les plans sectoriels », a dit le ministre, qui s’exprimait lors d’une cérémonie de signature de deux conventions de partenariat destinées à promouvoir l’emploi dans la région Fès-Meknès, dans le cadre de la mise en œuvre du contrat programme 2020-2022 entre l’Etat et la région Fès Meknès. Amekraz a rappelé que le plan national de promotion de l’emploi, lancé par le ministère en coordination avec les divers partenaires et secteurs concernés, malgré les circonstances imposées par la pandémie de Covid-19, a atteint des « résultats importants » par rapport aux objectifs tracés.

 

L’Opinion
Al Akhawayn pilote un projet de transformation des huiles de friture en biodiesel carburant

•. L’Université Al Akhawayn (AUI) mène actuellement un projet multidisciplinaire et multidimensionnel de transformation des huiles de friture de la ville d’Ifrane en biodiesel carburant. Financée par la Région de Fès-Meknès, cette initiative, pilotée par le professeur Abdelghni El Asli, a connu une forte mobilisation des habitants de la ville, dont 200 étudiants et professeurs d’Al Akhawayn, indique un communiqué d’AUI, ajoutant qu’une moyenne de 300 litres d’huiles de friture usagées (HFU) est collectée chaque semaine à partir des différents points de collecte de la ville. Ces HFU sont ensuite traitées par une unité pilote de transformation en biodiesel développée par les professeurs et étudiants d’AUI.

 

Conventions adoptées au Conseil de la commune de Casablanca

• Le Conseil de la commune de Casablanca a adopté lors de sa session ordinaire de mai, des conventions relatives notamment au renforcement des infrastructures et des services outre des projets à caractère culturel. Ainsi, les membres du Conseil de la commune, ont adopté, lors de la première séance de l’actuelle session, la programmation de la septième tranche du prêt de la Banque mondiale à la commune et le remboursement des personnes qui n’ont pas bénéficié de plusieurs projets tels Souk Almassira et les projets immobiliers Ouled Ziane et Sidi Maarouf, situés respectivement à Roches Noires et Ain-Chock.