La revue de presse de ce jeudi 3 décembre

2245
DR.

Une nouvelle campagne touristique de la capitale, le “made in Maroc” boudé par les consommateurs, le retard des tests antigéniques… Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce jeudi:

 

L’Economiste
Les universités s’engagent par contrat pour la réforme

• C’est par projet que les universités déclineront les dispositions de la loi-cadre pour la réforme de l’enseignement. Elles s’engageront également, auprès de leur ministère de tutelle par contrat. Le sujet a été au cœur de la rencontre, la semaine dernière à Rabat, du ministre de l’Education nationale, Saaid Amzazi, avec les présidents d’université. Les projets de réforme sont répartis sur quatre grands programmes: Enseignement supérieur, recherche scientifique et innovation, soutien social aux étudiants et gouvernance. “La loi-cadre dispose un financement dans le cadre d’une contractualisation. Chaque université signera donc un contrat dans ce sens avec le ministère. Des contrats seront ensuite paraphés entre les universités et leurs établissements respectifs”, explique Yahia Boughaleb, président de l’université d’El Jadida.

 

Le “made in Maroc” boudé par les consommateurs

• Agro-alimentaire, produits de première nécessité, prêt à porter, cosmétiques, meubles, accessoires… Une pléthore de produits de consommation courante sont importés. Pourtant, le Maroc dispose d’une offre assez variée avec des produits de qualité irréprochable, qui plus est font l’essentiel de l’offre exportable “made in Maroc”. Or, même si cette offre est prisée à l’export, il n’en demeure pas moins qu’elle reste en grande partie boudée sur le marché local. Des a priori négatifs, souvent subjectifs et non fondés sur le “made in Maroc”, plaident en faveur des produits importés plutôt mieux perçus par l’imaginaire collectif. Or, depuis mars dernier, le contexte Covid-19 a entraîné la fermeture des frontières. Ce qui s’est traduit par une raréfaction de nombreux produits importés. Plus encore, ce contexte inédit s’est traduit par un élan de solidarité et de patriotisme. Ce qui représente une aubaine voire une opportunité pour promouvoir et encourager l’achat de produits d’origine marocaine.

 

Aujourd’hui le Maroc
Fiscalité locale: le sort des contribuables entre les mains des conseillers

• Ce sont les conseillers parlementaires qui vont s’exprimer en premier sur les futures taxes locales. En effet, le gouvernement a choisi de déposer le projet de loi directement à la Chambre haute du pays. Et pour cause. L’Exécutif n’a eu d’autres choix que de mettre en œuvre les dispositions de la Constitution. Selon le gouvernement, ce projet de loi constitue un élément de base pour la mise en place d’une fiscalité permettant la réalisation de la justice fiscale pour tous et la contribution au développement des ressources propres des collectivités territoriales. La même source précise que ce texte repose sur plusieurs axes, à savoir l’adéquation de la fiscalité locale avec son environnement juridique, en conformité avec le contenu de la Constitution du Royaume et les évolutions intervenues dans son environnement juridique depuis la réforme fiscale entrée en vigueur le 1er janvier 2008.

 

Indemnités Covid: de nouveaux métiers bientôt éligibles

• Les indemnités Covid seront maintenues et même élargies. Dans ce sens, le ministère de l’emploi annonce la publication d’une nouvelle liste de métiers éligibles. Si les métiers concernés n’ont pas encore été dévoilés officiellement, il n’en demeure pas moins que plusieurs activités économiques sont encore totalement ou partiellement paralysées en raison de la crise sanitaire. C’est le cas notamment des salles de sport ainsi que les employés des hammams et bains publics. Quoi qu’il en soit, les autorités gouvernementales se dirigent à adopter le même schéma pour le dépôt des demandes et le versement des indemnités. A noter que le Conseil de gouvernement avait adopté en septembre un projet de décret-loi relatif aux mesures exceptionnelles au profit d’employeurs déclarés, ainsi que certaines catégories de travailleurs indépendants et de personnes non-salariées assurées auprès de la CNSS, ayant souffert des répercussions du coronavirus.

 

Maroc le Jour
Ministère de l’Agriculture : budget d’investissement de 14,8 MMDH

• Le ministre de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et Forêts, Aziz Akhannouch, a indiqué que le budget d’investissement de son département s’élève à 14,8 milliards de dirhams (MMDH) en 2021. Le ministre, qui exposait le budget du ministère devant les membres de la Commission de l’agriculture et des secteurs productifs à la Chambre des Conseillers, a précisé que ce budget est en hausse de 14% par rapport à celui de 2020, qui a totalisé plus de 12,94 MMDH. Dans le détail, le ministre a précisé que ce budget est réparti notamment sur les départements de l’agriculture à hauteur de 10,58 MMDH (+5%) et du développement rural à raison de 2,71 MMDH, en hausse de 56%, rappelant que la programmation budgétaire 2021 prévoit la reprise des différents projets ruraux entamés durant l’année en cours, en vue de renforcer la dynamique du secteur rural. Il s’agit également de consacrer 1,28 MMDH aux Eaux et Forêts, en hausse de 34% par rapport à 2020, et 221 millions de dirhams (MDH) à la Pêche maritime (+5%), au titre du budget d’investissement 2021, a-t-il ajouté.

 

L’ONMT entame une tournée régionale

• L’Office National Marocain du Tourisme (ONMT) entame, jeudi, une tournée dans les 12 régions du Royaume afin de rencontrer les responsables des Conseils Régionaux du Tourisme (CRT) et les professionnels du secteur, dans l’objectif de mettre en place la feuille de route du plan de relance. Cette tournée, qui intervient avec l’appui de la Confédération Nationale du Tourisme (CNT), vise à mettre en place la feuille de route du plan de relance en matière de promotion touristique non seulement pour les marchés internationaux mais également pour le tourisme national, indique un communiqué de l’ONMT. Cette tournée démarrera avec comme première région, Dakhla Oued Eddahab, destination stratégique pour le tourisme balnéaire, et se poursuivra dans la foulée dans toutes les régions du pays, l’une après l’autre.

 

L’Opinion
Tests antigéniques: les raisons du retard

• Alors que la campagne de vaccination approche à grands pas, le Maroc a décidé de déployer les tests antigéniques en vue d’améliorer la détection précoce des malades Covid, et procéder à des dépistages ciblés. Une démarche préventive qui intervient à un moment où la situation épidémiologique dans le Royaume continue à se dégrader de manière alarmante. Une source proche du dossier indique que parmi les raisons du retard, figure, entre autres, l’aspect sécuritaire et infrastructurel, «l’introduction de ces tests ne pouvait pas se faire durant les premiers mois, primo, du fait qu’il y avait encore un doute sur leur fiabilité. Secundo, il fallait assurer l’ordre déjà dans les rues, puisque les gens avaient peur en début de pandémie, raison pour laquelle les autorités publiques accompagnent les ambulances pour récupérer les personnes infectées». Au niveau infrastructurel, la même source confie au journal que l’introduction des tests rapides accentue le risque de surcharge des hôpitaux, déjà à bout de souffle.

 

« MatmchichB3id », la nouvelle campagne touristique de la capitale

• Le Conseil régional du tourisme (CRT) de Rabat-Salé-Kenitra s’apprête à lancer une campagne visant la promotion du tourisme domestique. Baptisée « MatmchichB3id », cette campagne menée de concert avec l’Office national marocain du tourisme (ONMT) sera l’occasion, selon un communiqué du CRT de Rabat-Salé-Kénitra, de mieux connaître les voyageurs et leurs besoins afin d’affiner l’offre et mieux positionner la destination, ainsi que d’installer une proximité et un échange afin de mieux cerner les besoins de chacun. « Des efforts qui viendront s’additionner à ceux du ministère du Tourisme, de l’Artisanat, du Transport aérien et de l’Économie sociale et de l’ONMT pour continuer d’améliorer le positionnement de la destination Maroc, que ce soit au niveau local ou international », a fait savoir la même source. « L’accent sera mis sur les plateformes réseaux sociaux +Visit Rabat+ avec une stratégie de gestion des communautés (community management) qui privilégie la conversation et le +User Generated Content (UGC)+, grande tendance du web qui consiste à favoriser la production de contenus par les internautes », explique le Conseil.

 

Rissalat Al Oumma
Fonds Mohammed VI pour l’Investissement, fer de lance de la relance économique

• Fer de lance de la relance économique, placée en tête des priorités tracées par le Royaume pour surmonter les impacts de la crise engendrée par la pandémie de Covid-19, le Fonds Mohammed VI pour l’Investissement, annoncé par SM le Roi Mohammed VI, se veut un outil de premier plan dans la promotion de l’investissement et le relèvement des capacités de l’économie nationale. Adopté par le conseil de gouvernement, le Fonds Mohammed VI pour l’Investissement passe à la phase d’opérationnalisation ouvrant la voie à la concrétisation du plan de relance économique, avec comme objectifs: soutenir l’économie nationale, appuyer les secteurs productifs, aider les entreprises à améliorer leur capacité d’investissement, en vue de créer la richesse, booster l’emploi et distribuer les revenus aux ménages. « Ce fonds, doté d’une enveloppe totale de 45 MMDH, est appelé à contribuer au financement de grands projets d’investissement et de les accompagner au niveau national et territorial dans le cadre de partenariats avec le secteur privé », a relevé le fiscaliste et enseignant à l’Institut supérieur de commerce et d’administration des entreprises (ISCAE), Mohamed Rahj, dans une déclaration à la MAP.

 

Bayane Al Yaoum
Les indicateurs du secteur de l’Habitat en hausse

• Les indicateurs du secteur de l’Habitat ont enregistré une nette hausse grâce aux mesures prévues dans la loi de Finances rectificative, a indiqué la ministre de l’Aménagement du Territoire national, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de la Ville, Nouzha Bouchareb. En réponse à une question orale autour du niveau d’achèvement des projets de logement à la Chambre des conseillers, Mme Bouchareb a souligné que le secteur de l’Habitat a accusé une baisse de 17% en raison des répercussions de la pandémie de la Covid-19, mais il a connu une hausse significative après la mise en œuvre d’une série de mesures prévues dans la loi de Finances rectificative et ce, grâce à l’adhésion et l’engagement de tous les intervenants et les professionnels. Elle a, dans ce sens, mis en avant la réalisation d’environ 500.000 unités de logement, permettant ainsi de réduire le déficit en logements en passant de 1,2 million d’unités à 390.000 unités, notant que les projets en la matière sont maintenus malgré la crise sanitaire, puisqu’il a été procédé à la création de 50.000 unités de logement lors du premier semestre de cette année.