H24Info est un produit du groupe

    GEOMEDIA est l’un des groupes-médias les plus importants au Maroc avec 3 titres majeurs (Print et Web):

    Crée en 2013, H24Info s’est imposé comme le support-média francophone de référence auprès de lecteurs en quête d’une information fiable et instantanée sur le canal digital. H24 Info enregistre plus de 30 Millions de visites annuelles.

    Numéro dépôt légal : ص 2018/22

    Médicaments: la pénurie fait polémique, La révolution de la durabilité en marche à l’OCP, Magistrature: la course aux élections, Changement climatique: 1,9 million de Marocains risquent de migrer d’ici 2050, 767,5 millions d’euros consentis par la BEI au Maroc, les laboratoires contre plafonnement des prix des tests PCR… Voici les principaux titres développés par la presse nationale parue jeudi:

     

    Aujourd’hui le Maroc
    La révolution de la durabilité en marche à l’OCP

     

    Conscient de la nécessité de concilier croissance économique et préservation des ressources, OCP mène depuis des années un vaste chantier de transformation durable intégrant la Sustainability dans sa stratégie globale. Leader mondial sur le marché des engrais phosphatés, le Groupe OCP a implémenté une stratégie qui lui permet de renforcer son statut de producteur d’engrais parmi les plus durables au monde, intégrant ainsi les Objectifs de développement durable (ODD) fixés par l’Organisation des Nations Unies. La politique de développement durable du Groupe est traduite en objectifs ambitieux qui évoluent en permanence pour accompagner la croissance et transformer les contraintes en opportunités.

     

    Changement climatique: 1,9 million de Marocains risquent de migrer d’ici 2050

    Dans une nouvelle édition du rapport Groundswell, la Banque mondiale estime que, si les responsables ne prennent aucune mesure en faveur du climat, 1,9 million de Marocains seraient amenés à migrer à l’intérieur du Royaume à l’horizon 2050. Le rapport met en exergue trois scénarios concernant la migration climatique interne : le scénario pessimiste (émissions élevées de gaz à effet de serre combinées à des trajectoires de développement inégales), le scénario de développement plus inclusif (émissions toujours élevées mais combinées à des trajectoires de développement améliorées) et le scénario plus favorable au climat (émissions de gaz à effet de serre réduites). Dans les deux premiers scénarios, les migrants climatiques vont constituer à l’horizon 2050 respectivement 21%, 52% du total des migrants internes au Maroc. Dans le cas du 3ème scénario, ils représentent 10% du total des migrants internes.

     

    L’Economiste
    Magistrature: la course aux élections démarre

    Une année électorale par excellence. Après les élections des chambres professionnelles, parlementaires, communales et régionales, plus de 4.000 magistrats sont appelés à élire leurs représentants le 23 octobre prochain. C’est leur deuxième rendez-vous électoral depuis la consécration constitutionnelle de l’indépendance de la justice en 2011. Le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire a tracé une ligne de conduite pour les candidats. Exemplarité, probité, dignité, indépendance… Des valeurs que les candidats, et les élus heureux surtout, doivent défendre haut et fort. Les déclarations de candidatures doivent prendre fin ce vendredi.

     

    Quand la construction va, les matériaux se requinquent

    Après une première moitié de 2020 chaotique dans bien des cas, l’activité dans certains secteurs a enregistré un redressement spectaculaire. Après six mois, le chiffre d’affaires des professionnels des matériaux de construction s’est redressé de 34% à 9,5 milliards de DH. Avec près de 6 milliards de DH de revenus entre janvier et juin, les cimentiers font mieux qu’au premier semestre 2019. Dans la sidérurgie, Sonasid a réalisé un chiffre d’affaires de plus de 2 milliards de DH, soit 13% au-dessus de celui de 2019. En attendant les résultats complets de Ciments du Maroc et Sonasid, LafargeHolcim Maroc a dégagé un bénéfice de plus de 1 milliard de DH sur la période contre 431 millions de DH en 2020.

     

    Le Matin
    767,5 millions d’euros consentis par la BEI au Maroc depuis le début de la crise Covid-19

    Depuis le début de la crise Covid-19 en 2020 jusqu’à mi-septembre 2021, la Banque européenne d’investissement (BEI) a signé des accords de financements pour 767,5 millions d’euros en faveur des secteurs public et privé marocains. Soit plus du double du niveau enregistré entre 2018 et 2019 (360 millions d’euros). Les prêts ont été consacrés à plusieurs secteurs, en priorité au renforcement de la santé publique, du système de garantie des financements et à l’appui aux TPME, notamment agricoles.

     

    L’Opinion
    Médicaments: la pénurie fait polémique, la tutelle en quête d’alternative

    Après la vitamine C et le Zinc, c’est au tour de l’Actemra de se faire rare dans les rayons des pharmacies et des services de soins intensifs des hôpitaux. Ce médicament, utilisé pour le traitement du cancer et qui a été approuvé, en juin dernier, par l’agence américaine Food and Drug Administration (FDA) pour le traitement des cas Covid, connaît une rupture de stock mondiale, condamnant le Royaume à une pénurie sévère. Après la grande colère des pharmaciens et des professionnels de la Santé, les autorités sanitaires font la course contre la montre pour trouver une solution alternative.

     

    Al Massae
    Le plafonnement des prix des tests PCR doit tenir compte des contraintes et du coût réel

     

    Le plafonnement des prix des tests PCR de dépistage du virus Sars-Cov2 doit tenir compte des contraintes et du coût réel de la pratique de ces tests dans le contexte du pays, selon les directeurs des laboratoires d’analyses biologiques et médicales du secteur libéral représentés par leurs instances, le Conseil des pharmaciens biologistes et la chambre syndicale des biologistes. La grille tarifaire présentée dans le communiqué du département des affaires générales daté du 06 Septembre 2021 et portant sur le plafonnement des tests de diagnostic de la Covid-19 risque d’entamer fortement la qualité des résultats rendus et de décourager de nombreux laboratoires d’analyses médicales à initier ou maintenir l’effort de contribution au diagnostic de la Covid-19 par RT-PCR, s’il n’y a pas une baisse conséquente du coût de ces réactifs et consommables, selon deux communiqués distincts du Conseil des pharmaciens biologistes et de la chambre syndicale des biologistes.

    Share.

    Comments are closed.