Un journaliste marocain expulsé de Mauritanie pour avoir enquêté sur l'esclavage

1057
Credits: Seif Kousmate

Seif Kousmat a été détenu pendant plus de trois jours puis expulsé de la Mauritanie à cause d’un reportage qu’il réalisait sur l’esclavage, sujet tabou dans le pays.
Le reporter Seif Kousmat a été interpellé le 20 mars dernier par les autorités mauritaniennes, alors qu’il s’apprêtait à rentrer au Maroc. Le Franco-marocain a d’abord été soupçonné de terrorisme, mais après avoir inspecté son matériel, les agents ont compris la raison de son séjour dans le pays. Il venait, en effet, de terminer un reportage 20 jours sur l’esclavage, sujet tabou chez nos voisins du sud.
Dès lors, Kousmat est soumis à de longs interrogatoires, qui durent plus de trois jours au siège de la police de Nouakchott, rapportent Reporters sans Frontières. Le journaliste est même interrogé sur ses liens avec Biram Dah Abeid, ex-candidat à la présidentielle et figure du mouvement anti-esclavagiste, qu’il a interviewé au cours du reportage.
Les autorités mauritaniennes expulsent finalement le journaliste du pays, non sans avoir au préalable effacé toutes ses photos, car il aurait travaillé sans autorisation. Seif Kousmat, qui est arrivé à Casablanca le 24 mars, affirme toutefois avoir assez d’éléments pour publier son reportage très bientôt.
RSF souligne, par ailleurs, que Kousmat n’est pas le seul journaliste à avoir été expulsé de Mauritanie à cause d’un reportage sur l’esclavage. L’an dernier, Tiphaine Gosse, une journaliste indépendante française enquêtant sur le même sujet, avait déjà été « sommée de quitter le territoire sous peine de se retrouver en prison ».