Arrêté dans le Rif, un journaliste algérien risque l’expulsion

©DR

Le journaliste algérien Djamel Alilat a été arrêté dans le Rif, où il « couvrait » les événements récents. Alors que son employeur se dit étonné de cette arrestation, qu’en est-il de la version marocaine?

Djamel Alilat, journaliste au quotidien algérien El Watan, a été arrêté dimanche aux environs de 22h00 dans la région du Rif, où il couvrait les manifestations qui ont lieu depuis quelques jours. Selon son frère, cité par El Watan, le concerné, qui est actuellement détenu dans un commissariat de Nador, devrait être expulsé du royaume dans les prochaines heures.

Après l’annonce de lundi matin de l’arrestation d’Alilat, la direction de son journal s’est dite «très étonnée et très préoccupée par cette interpellation» et a demandé la libération du reporter. Le Syndicat national des journalistes (SNJ) de l’Algérie, lui, dénonce une arrestation « brutale et abusive ». De son côté, le ministère des Affaires étrangères du voisin de l’est a déclaré avoir «chargé ses services consulaires d’assurer la protection d’Alilat».

Quid de la version marocaine?
Si El Watan dit être étonné de l’arrestation de son journaliste, nos confrères de Le360 croient savoir qu’Alilat a été arrêté car il ne disposait d’aucun document justifiant sa présence à Nador et n’a demandé aucune accréditation auprès du ministère de la Communication ni d’autorisation auprès des autorités locales.