Jack Lang: «Le Maroc est l’un des pays les plus créatifs et les plus inventifs du monde arabe»

1422
Crédit: DR

Le Maroc est l’un des pays les plus créatifs et les plus inventifs du monde arabe, à travers les écritures, l’architecture, l’expression musicale et aujourd’hui encore dans l’art contemporain et le cinéma, affirme Jack Lang, président de l’Institut du Monde Arabe (IMA).

Dans un entretien accordé à la MAP à l’occasion du 30e anniversaire de l’IMA, Lang a jugé qu’il était donc « très légitime que le royaume soit présent en force dans le programme de cette institution ». « La contribution du Maroc et des Marocains à l’IMA est sans prix, elle est exceptionnelle. Le Maroc est un pays d’exception, les relations entre le Maroc et la France sont des relations d’exception », a souligné le président de l’institution inaugurée en 1987 par l’ancien président français, François Mitterrand.

« Le Maroc est ici chez lui et les Marocains sont ici chez eux. Certains parfois expriment des sentiments d’envie mais je leur réponds: le Maroc est le Maroc», a-t-il insisté en soulignant la signification hautement symbolique de la place attenante à l’IMA baptisée du nom de feu Mohammed V.

« Le roi Mohammed VI a une sympathie particulière pour l’IMA, Il nous a fait l’honneur de nous rendre visite à plusieurs reprises et de présenter, ici même, la maquette du futur centre culturel marocain » en cours de réalisation à Paris, s’est félicité le président de l’IMA.

Tout au long des 30 années d’existence de l’IMA, « le Maroc a toujours été présent et j’ai veillé personnellement à ce que ce soit le cas », a affirmé l’ancien ministre français de la culture, en citant notamment les fabuleuses expositions : »le Maroc contemporain » et « Splendeurs de l’écriture au Maroc, manuscrits rares et inédits », inaugurée par la princesse Lalla Meriem et l’ancien président français François Hollande ou encore la présence très forte du Maroc dans l’exposition sur « Les trésors de l’Islam en Afrique subsaharienne ».

Interrogé sur les perspectives d’avenir pour l’IMA, Lang a tenu à préciser tout d’abord que « l’œuvre accomplie depuis ces 30 dernières années a été immense, en dépit des hauts et des bas », soulignant que depuis son accession à la tête de cette institution, il n’a cessé d’accorder une plus grande place à la fois à la tradition et à la modernité et « le meilleur exemple en est l’exposition sur le Maroc contemporain qui a occupé tout l’immeuble et qui a été un immense succès ».

Pour lui, l’important dans les années à venir « c’est de développer ce que nous avons changé », citant pour exemple la langue arabe, dont le département a connu un essor nouveau. Le nombre des élèves a considérablement augmenté et nous sommes actuellement en train de négocier avec des organismes internationaux la possibilité que la langue arabe puisse, à partir de l’IMA, bénéficier d’une certification de différents niveaux, a-t-il précisé.

« Nous avons, par ailleurs, souhaité qu’a côté des grands événements, la partie colloques, forums, échanges entre universités se développe. A une époque où l’ignorance entraine fanatisme et obscurantisme, il est important que l’IMA offre ici l’occasion d’enrichir la connaissance, les savoirs et la culture », a-t-il dit.

S’agissant du programme mis au point dans le cadre des festivités marquant le 30e anniversaire de l’IMA, Lang a indiqué que tout au long des prochaines semaines, différents évènements seront organisés, citant notamment la deuxième édition de la Biennale des photographes du monde arabe contemporain qui s’ouvrira le 13 septembre, au cours de laquelle un hommage sera rendu à la photographe marocaine feu Leila Alaoui.

Il a cité également l’exposition « Chrétiens d’Orient, 2000 ans d’histoire », qui devrait être inaugurée le 26 septembre par le président français Emmanuel Macron, une série de «cartes blanches» qui seront données à plusieurs personnalités du monde de la culture, dont l’écrivain et journaliste marocain Taher Benjelloun, ou encore l’événement célébrant la remise en mouvement des fameux Moucharabieh de la façade méridionale du bâtiment de l’IMA, qui étaient supposées s’ouvrir et se fermer en fonction de la lumière, comme la pupille de l’œil mais qui, pour des raisons techniques, ont été bloqués pratiquement depuis l’ouverture de l’Institut.

Le président de l’IMA a fait savoir, par ailleurs, que dans le cadre de l’ouverture de l’Institut sur le monde économique, un important forum sur le développement sera organisé, le 19 septembre, en vue de mettre en lumière les liens étroits entre la France, le Monde Arabe et l’Afrique. Ce forum connaitra la participation de nombreuses personnalités du monde de l’économie, notamment en provenance du Maroc.