Italie: des milliers de Marocains seront expulsés

Quelques semaines après la visite d’une délégation de sécuritaires Marocains en Italie, présidée par Hammouchi, les Italiens s’apprêtent à expulser un grand nombre de migrants marocains illégaux. 

Les ministères italiens des Affaires étrangères et de la Justice ont récemment publié un décret ministériel visant à accélérer le traitement des demandes d’asile et le rapatriement des migrants clandestins de 13 pays, dont le Maro, rapporte le quotidien Al Massae dans sa livraison du vendredi 11 octobre.

Le quotidien arabophone ajoute que des milliers de Marocains sont concernés par cette décision et devront être expulsés dans les mois à venir.

Lors d’une conférence de presse conjointe, le ministre des Affaires étrangères, Luigi di Mayo, et le ministre de la Justice, Alfonso Bonafede, ont dévoilé un décret ministériel dans le cadre de la politique du nouveau gouvernement visant à lutter contre le phénomène de l’immigration, en rapatriant notamment un grand nombre de migrants clandestins vers leurs pays d’origine.

Di Mayo a révélé, à cette occasion, que le décret ministériel, qu’il avait signé avec le ministre de la Justice, devra accélérer les opérations de rapatriement des migrants clandestins issus de 13 pays. Il s’agit du Maroc, de l’Algérie, la Tunisie, l’Albanie, la Bosnie, le Cap-Vert, le Ghana, le Kosovo, la Macédoine du Nord, le Monténégro, le Sénégal, la Serbie et l’Ukraine, rapporte Al Massae.

 

Lire aussi: Mansouri et Hammouchi à Rome pour s’entretenir avec de hauts responsables italiens

 

Le ministre de la Justice a expliqué que ces derniers représentent 30% des 7 000 migrants clandestins qui sont arrivés en Italie cette année. Alfonso Bonafede a par ailleurs souligné que des accords de rapatriement avaient déjà été signés avec le Maroc et la Tunisie, mais doivent encore être ratifiés.

Notons qu’une délégation sécuritaire marocaine, présidée par le patron de la DGSN, Abdellatif Hammouchi, s’est rendu en Italie en début du mois de septembre. La délégation a eu des entretiens avec des responsables politiques et sécuritaires italiens de haut niveau.